RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.2
(7 votes)
La quête de Harry Potter touche à sa fin. Le château de Poudlard s'apprête à accueillir le dernier affrontement entre sorciers. Les enjeux n'ont jamais été si considérables et personne n'est en sécurité. Mais c'est Harry Potter qui pourrait être appelé pour l'ultime sacrifice alors que se rapproche l'ultime épreuve de force avec Voldemort. C'est ici que tout prend fin.



Cette fois, nous y sommes. Après 10 ans de bons et loyaux services sur grand écran, Harry Potter tire sa révérence avec un huitième et dernier film devant enfin nous montrer le dernier face à face entre Lord Voldemort et le jeune sorcier à la cicatrice en forme d'éclair. Profitant d'un "Harry Potter et les reliques de la mort partie 1" fort réussi et d'une bande-annonce allechante, cette seconde partie devait clôre ces aventures de belle façon. Pourtant, mon principal sentiment en sortant de la salle, en plus de maudire les vacances scolaires, était celui d'une déception diffuse. Pas que le film soit mauvais, loin de là, mais il m'était difficile de ne pas attendre mieux de cette conclusion...



Le film reprend donc à la fin de la première partie : Lord Voldemort s'est emparé de la baguette de sureau, l'une des trois reliques de la mort qui doit le rendre encore plus puissant ; Harry Potter et ses amis viennent quant à eux d'enterrer l'elfe Dobby après s'être échappés du manoir des Malefoy, et doivent reprendre leur recherche des horcruxes. Ceux qui ont lu le roman le savent, il ne reste dès lors que deux événements centraux avant la fin de l'aventure, dont la bataille de Poudlard destinée à occuper une place importante dans le film...Une place si importante qu'on a l'impression que le réalisateur est pressé d'y arriver, ce qui rend toute la première partie plutôt laborieuse, manquant souvent de fluidité, peut-être à cause d'ellipses plus visibles que dans le film précédent.

Heureusement, cette première partie est marquée par la visite de la banque Gringotts, l'occasion de profiter d'une scène d'action très spectaculaire et bénéficiant d'impressionnants effets spéciaux. L'apéritif parfait pour le plat principal qui nous attend bientôt avec le retour à Poudlard, dont la bataille tant attendue, si elle débute assez tôt dans le film, ne sera pas si présente que ce que la bande-annonce semblait indiquer. Néanmoins, elle sera le cadre de passages épiques (la formidable préparation des défenses de l'école), rappelant à quelques occasions la démesure du Seigneur des anneaux de Peter Jackson. Un côté épique qu'aurait encore pu renforcer la 3D, mais il n'en sera malheureusement rien : alors que le procédé aurait pu donner un résultat impressionnant, il ne sert ici strictement à rien (et pourtant, je suis plutôt bon public en ce qui concerne le relief), sinon à vous délester de quelques euros supplémentaires.



Autour de cette bataille spectaculaire, David Yates nous offre de nombreux passages émouvants, notamment avec le destin de certains personnages ou les révélations d'autres protagonistes (le passage de la Pensine reste un moment très fort). On notera également de nombreuses touches humoristiques, principalement grâce à Ron Weasley, mais aussi grâce à Minerva McGonagall. Mais surtout, ce dernier film est, comme l'était le livre, l'occasion de se remémorer l'ensemble de la saga grâce à quelques clins d'oeil : on rencontre ainsi quelques lutins des Cornouailles, on aperçoit brièvement le terrain de Quidditch, on retrouve plusieurs lieux familiers (Poudlard évidemment, Gringotts, la Chambre des secrets...) et quelques anciens visages.



Bref, on a parfois l'impression d'être entre deux feux : beaucoup de passages réussis, mais quelques déceptions, notamment lors d'une dernière partie qui, à trop vouloir nous offrir un ultime affrontement spectaculaire, ne réussit qu'à se prendre les pieds dans le tapis et vire même au ridicule. De quoi laisser un dernier goût amer en guise de conclusion, ce qui est franchement regrettable, d'autant qu'entre les scènes d'action épiques, l'émotion, l'humour, "Harry Potter et les reliques de la mort partie 2", s'il reste un bon film, avait largement les arguments pour offrir au sorcier une sortie bien plus réussie.