RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Manuel Carballo

Scénariste
David Muñoz

Date de sortie
2010

Genre
possession

Tagline


Cast
Bastow
Stephen Billington
Doug Bradley
Sophie Vavasseur


Pays
Espagne

Production


Musique
/

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2.7
(3 votes)
Des événements étranges perturbent la vie des résidents de High Cross. Beaucoup ont peur et les rumeurs les plus folles circulent au sujet des Evans. Leur fille Emma, âgée de quinze ans, est sujette à des crises de plus en plus violentes. Les médecins sont impuissants mais, à l'évidence, quelque chose la consume de l'intérieur. En désespoir de cause, ses parents font appel au père Ellis. Ce dernier entame alors des séances d'hypnose avec la jeune fille afin de comprendre l'origine du mal. Un mal profondément enfoui qui ne va pas tarder à révéler son horrible visage...



Autant le dire tout de suite : cet Exorcisme, cet Exorcismus, cette Posesión de Emma Evans confirme deux tendances actuelles. Tout d'abord, le film confirme qu'il n'y a vraiment pas grand chose à tirer de ces histoires de possession démoniaques, et qu'on assiste toujours plus ou moins à la même chose depuis "L'Exorciste" de façon plus (j'ai personnellement bien aimé "Le Dernier exorcisme") ou moins ("Le Rite") efficace. Ensuite, on s'aperçoit une nouvelle fois que le cinéma fantastique espagnol, si réjouissant au début des années 2000 ("Darkness", si je dois n'en citer qu'un), commence sérieusement à tourner en rond, recyclant maladroitement ce qui a fait son succès et affichant un manque d'imagination assez regrettable.



Le résumé se trouvant au dos du DVD étant à côté de la plaque, revenons rapidement sur les faits : la jeune Emma (interprétée par Sophie Vavasseur, apparue notamment dans Resident Evil : Apocalypse) est victime d'étranges événements : elle agit sans s'en rendre compte, est parfois prise de convulsions, découvre des secrets intimes de ses proches et a même un comportement dangereux à leur égard. Le temps d'écarter une explication médicale, son oncle estime qu'elle est possédée et va donc procéder à son exorcisme. Jusque là, rien de nouveau : le comportement étrange de la fille, ses visions, on connaît. Les injures proférées avec une voix grave, la lévitation, on connaît également. Pourtant, le film ne va pas toujours se contenter de suivre le modèle classique, notamment en proposant très peu de scènes d'exorcisme au profit des conséquences de l'état d'Emma sur ses proches par le biais de scènes parfois réjouissantes. On reconnaît d'ailleurs la touche espagnole dans cette tendance à mettre en lumière les difficultés familiales par le biais du fantastique. De même, l'évolution de l'oncle de la jeune fille, hanté par un ancien exorcisme avorté, est plutôt bien pensée même si elle amène à une conclusion décevante.



Si le film n'apporte rien de bien nouveau au thème de la possession, ce n'est pas sur la forme qu'il va satisfaire. On a régulièrement l'impression que le réalisateur hésite avec le style documentaire, avec quelques plans étranges, quelques zooms étonnants donnant l'impression que la caméra est un personnage à part entière. Si certains de ses plans favorisent le sentiment que la jeune Emma n'est pas seule, la plupart sont beaucoup moins opportuns. Comme si cela ne suffisait pas, Manuel Carballo se borne à utiliser les moyens éculés pour tenter, en vain, de faire naître un peu de peur, à grands renfort de jump-scares et d'une musique médiocre et envahissante.



Malgré quelques trop rares passages réussis, "L'Exorcisme" est donc condamné à emprunter la route d'un oubli rapide et se rangera au rayon des films indiquant un déclin du cinéma fantastique espagnol, aux côtés de "Rec 2" ou d'une bonne partie des Peliculas para no dormir. A croire que les scénaristes ne soient possédés par le démon du manque d'imagination...








Du même réalisateur :

LUMIèRE SUR