RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2
(1 vote)
Une bande de jeunes décident de louer un chalet pour le week-end dans l'unique but de se saouler, batifoler et faire la fête. Mais le problème est que le propriétaire des lieux voit cela différemment. Cet homme, simple et aux premiers abords plutôt pépère, semble ne trouver du plaisir que dans le meurtre. Très rapidement, le week-end va virer au cauchemar pour notre bande de joyeux fêtards…



"Meurtres" (de son vrai nom "murder loves killers too") est un petit film mêlant slasher et survival, réalisé en 2008 par un certain Drew Barnhardt. Destiné au commerce du DVD en Europe, ce long-métrage a su se démarquer de la majeure partie des slashers nouvelle génération (la fameuse génération post-Scream comme bon nombre l'appellent), grâce notamment à un traitement plutôt original dans divers domaines tels que la personnalité du tueur, les cadrages ou encore la musique du film.

Sans pour autant révolutionner le genre, "meurtres" s'avère être un film plutôt sympathique même si ce dernier n'est pas exempt de défauts, loin de là même… Décortiquons donc rapidement ce petit film très peu connu dans nos contrées et voyons si celui-ci mérite ce statut de futur film culte que certains lui donnent.



Concernant le scénario, nous restons sur des bases très classiques : une bande de jeunes fêtards avides de sexe, drogue et alcool se rendent dans un chalet perdu au beau milieu des bois pour ensuite se faire charcuter par un malade trainant dans le coin. Rien de bien original de ce côté donc si ce n'est la dernière partie du film qui vous en apprendra un peu plus sur notre tueur (mais volontairement je ne parlerai pas de cette partie pour ne pas gâcher la surprise à ceux désireux de voir le film de Drew Barnhardt).

Mais c'est ce scénario décousu qui chagrine un peu dans "meurtres" : le film est découpé en trois parties bien distinctes et semble "s'embarrasser" d'une partie centrale sans grand intérêt (je dirais même une partie longue et ennuyeuse) cassant le rythme mis en place lors d'une première partie survitaminée.

Alors que l'on a droit à une floppée de meurtres dans une première partie de film très axée slasher (en moins de trente minutes, il ne reste plus qu'une survivante!), le film s'essouffle rapidement dans sa deuxième partie plus teintée survival : le réalisateur nous inflige une course-poursuite entre la dernière survivante et le tueur (tantôt dans la maison, tantôt dans les bois) des plus ennuyeuses (certains passages, comme celui où notre héroïne essaye de récupérer la clef de la chambre où elle est enfermée, semblent s'éterniser).
Il faudra attendre les dix dernières minutes du film pour retrouver quelque chose d'intéressant et vraiment original (mais je n'en dirai pas plus). C'est peu, trop peu, pour un film faisant au final 1h07…



Pour ce qui est des acteurs, passé les deux-trois rigolos de service (dont une fille stressante qui heureusement sera la première sur la liste du tueur) que l'on évincera dans la première demi-heure, les deux rôles principaux sont relativement bien joués. Christine Haeberman sait donner de la voix et montrer de la haine envers son agresseur (la séquence finale est saisissante) tandis qu'Allen Andrews (incarnant le propriétaire du chalet) nous offre là un tueur à la personnalité peu commune (calme, à l'attitude "gros nounours"), une personnalité qui sera bien plus dévoilée dans la troisième et dernière partie du film.

Concernant les effets spéciaux, il faut reconnaitre que ces derniers ne sont pas très présents. En effet, les meurtres sont peu nombreux et certains sont même très expéditifs, voire même absents (référence à la première victime). Bien souvent filmés en gros plans (corps tailladés de coups de couteau), les meurtres sont certes explicites mais peu convaincants en termes d'SFX, mis à part deux d'entre eux, plus originaux que les autres il va sans dire (un couteau enfoncé dans la bouche et une langue arrachée servant ensuite d'ustensile pour étouffer la victime).
On regrette également la "douceur" des coups infligés aux victimes par un tueur vraiment mou-mou par moments (les coups de marteaux ne sont pas bien violents, nous laissant penser que l'acteur incarnant le tueur souffrait probablement d'une tendinite...).

Dans les points positifs, on retiendra cependant les nombreux cadrages réussis (certains plans sont vraiment originaux) et la musique du film, flirtant avec divers genres musicaux fort appréciables (allant de la guitare électrique à la trompette).



Au final "meurtres" est un honnête slasher, posant des bases intéressantes mais malheureusement pas assez exploitées, la faute à un découpage du film peu enthousiasmant. En effet, passé une première partie accrocheuse et parsemée de scènes de meurtres, on tombe rapidement (au bout de trente minutes!) dans un jeu du chat et de la souris entre notre tueur et la dernière survivante qui s'éternise et nous inflige une demi-heure longue et parfois ennuyeuse. Heureusement, les dix dernières minutes relèvent de nouveau le niveau en nous dévoilant la face cachée d'un tueur peu commun.
Un film à voir mais encore une fois, comme bon nombre de slasher ou survival, pas indispensable au sein d'une dvdthèque.








Du même réalisateur :