RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 1
(4 votes)
Après avoir braqué une banque, une bande de criminels prend la fuite et heurte de plein fouet le véhicule d'une jeune femme. Erin, c'est son nom, s'apprêtait à recommencer une nouvelle vie suite à une déception amoureuse mais le malheur semble la poursuivre : les cinq braqueurs de banque la prennent en otage et décident de s'enfoncer dans la forêt pour échapper à la police. Mais ces derniers ne sont pas seuls dans les bois : une affreuse créature y a élu domicile depuis de nombreuses années et ne compte pas se laisser piquer son territoire aussi facilement. Rapidement, une traque à l'homme a lieu dans les bois avec comme unique objectif la survie…



Les films de Bigfoot et autres yétis représentent déjà une bonne petite poignée de longs-métrages dans le cinéma de genre ("abominable", "the untold", "yéti", "sasquatch hunters"…) mais Steve R. Monroe s'en moque. Après "it waits" dans lequel il mettait déjà en scène un monstre, ce dernier récidive avec ce "sasquatch mountain" traitant, comme le titre le dit si bien, de la légende du Sasquatch (appelé également Bigfoot), un primate humanoïde proche du Yéti.

Voilà donc encore un direct-to-dvd de monster movie ! Une jaquette accrocheuse, une production SciFi Channel, une critique visiblement bonne du magazine américain Variety… Bref à première vue cela peut s'annoncer pas trop mal ou du moins distrayant pour une toute fin de soirée. Mais qu'en est-il exactement de ce petit film sorti d'on ne sait où? Pour le savoir, lisez ces quelques lignes…



Des films de monstres, on en voit à la pelle (les monstres légendaires, les monstres génétiquement modifiés…) mais ce qui est bien dans ce type de catégorie du cinéma de genre c'est que l'on arrive toujours à trouver quelques points positifs (monstre pas trop mal fichu, quelques scènes bien sanguinolentes, une histoire finalement pas trop mal étoffée ou encore des personnages attachants…), même dans un film médiocre!
Hé bien, "sasquatch mountain" sera peut-être l'une des très rares exceptions car visiblement rien n'a été épargné dans cette bouse filmique…

Doté d'un scénario vide en tout point et déjà vu à de nombreuses reprises (mais en mieux), "sasquatch mountain" ne bénéficie même pas d'un rythme soutenu : on s'ennuie terriblement dans les longues scènes de dialogues, les flashbacks pénibles et cette traversée usante de la forêt. Même les rares scènes (et je dis bien "rares"!) où apparait notre abominable homme des forêts ne réussissent qu'à nous faire rapidement lever les paupières le temps de quelques secondes avant de les refermer pour une bonne quinzaine de minutes à nouveau… Car oui, il n'y a vraiment pas grand-chose à se mettre sous la dent dans le film de Steve R. Monroe (notre Bigfoot non plus d'ailleurs n'a pas grand-chose à se mettre sous la dent : le pauvre semble à la diète mais j'y reviendrais un peu plus tard…).

Un rythme très mou que la musique du film n'arrange pas du tout : momolle à souhait, celle-ci aura raison du dernier spectateur ayant réussi à garder les yeux ouverts jusque là! Mais le rythme n'est pas le seul fléau de ce film à petit budget car le scénario, lui-même déjà bien creux, part totalement en vrille une fois parvenus dans la dernière partie : on assiste là à du grand n'importe quoi où les méchants et les policiers se rendent service (c'est tout juste s'ils ne se font pas des politesses) jusqu'à en devenir presque potes, et où les braqueurs se battent eux-mêmes entre eux alors que ces trous du c** savent pertinemment que le danger rôde à tout instant (enfin façon de parler hein!) dans ces bois.



Je ne citerai pas également les séquences sans queue ni tête (comme notre Bigfoot d'ailleurs…) parsemées tout au long de cette vague fumisterie. Enfin si : je vais en citer quand-même quelques unes car j'aime bien avoir l'esprit moqueur (et je suis là pour critiquer avant tout)! Nous aurons donc droit à une scène où une jeune fille vend dans un vide-grenier une VHS où l'on voit sa mère se faire tuer (sigh!), un passage où notre Bigfoot balance des pierres sur la maison où se sont réfugiés nos lascars, une séquence où notre cher Bigfoot (toujours lui) balance un mec dans un arbre (bah oui il n'a pas trop faim ces temps-ci!) etc etc…

Du côté des personnages, on pourra peut-être signaler un tout petit point positif : les acteurs (-trices) sont correct(e)s, on sent qu'il y a du potentiel chez certains, mais malheureusement ce sont les personnages qu'ils (elles) incarnent dans le film qui ne conviennent pas!

D'un côté, nous avons donc nos criminels : le chef qui semble plus inquiété par la Bourse que par les flics qui les ont pris en chasse, la belle asiatique qui en fait légèrement un peu trop dans le genre bad girl, les deux idiots qui ne cessent de se mettre sur la gueule (dont l'un passe son temps à faire les jolis cœurs et drague tout ce qui se trouve à quelques mètres de lui)…
En face, nous avons la belle brochette de flics : un shérif de 70 ans en tant que leader, un adjoint mexicain qui se la joue fin limier et un puceau de la gâchette, trouillard à souhait!

Ce qui est amusant dans nos deux petites bandes de rigolos sans cervelle, c'est qu'ils aiment tirer n'importe où : dès qu'ils entendent le moindre craquement de branche, les voilà qui mitraillent dans le vide jusqu'à en vider les chargeurs (les idiots!).

Enfin, viennent se fourrer dans cette histoire (pas de bol) un ami du shérif très débrouillard, posé et n'ayant pas froid aux yeux (joué par Lance Henriksen himself! Vieille branche va! Toujours dans les sales coups alors!?), un traqueur sorti tout droit de la guerre du Vietnam qui se croit dans une partie de paintball et enfin une bien belle jeune femme (avec des atouts renversants soit dit en passant) qui se retrouve mêlée à tout ça à cause d'un accident de voiture…



Et le Bigfoot dans tout ça? Hé bien je ne pourrai pas vous en dire grand-chose car je ne l'ai pas beaucoup vu à vrai dire… Celui-ci reste souvent dans le noir ou dans un flou dégueulasse qui m'empêchent d'en voir les traits (d'ailleurs j'ai eu du mal à extraire ma dernière capture).

Tout ce que je peux en dire, c'est qu'il est plutôt grand (2m environ), tient bien entendu sur ses deux pattes arrières (forme humanoïde) et ressemble à une grosse boule de poils (de son visage, nous n'apercevrons que très rapidement un gros nez et une petite bouche bien discrète : on le voit d'ailleurs bien mieux sur la jaquette du dvd en fait…).
Sinon, à part ça c'est sûr il est bête et semble frugivore et végétarien : il préfère donner des gifles et envoyer valdinguer ses ennemis dans les arbres plutôt que de les manger! Ce qui nous ramène à un point que beaucoup attendent certainement avec impatience : l'hémoglobine! Hé bien je vais faire vite : y'en a pas!

Au final, ce "sasquatch mountain" est le genre de film que l'on offre un premier avril. Scénario bas de gamme et ennuyeux, monstre ridicule et peu revanchard, personnages idiots pour la plupart, absence de scènes sanglantes, musique momolle… Bref, voilà bien un film à éviter (seule la très belle Cerina Vincent a attiré mon attention c'est dire…)! M'en vais planter des navets tiens…

Encore une jaquette racoleuse qui m'a fait faire une connerie! (Ah! Heureusement que le marché de l'occasion existe aussi!)








Du même réalisateur :