RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.9
(6 votes)
Canada, 1815. Deux sœurs, Ginger et Brigitte, survivent au naufrage de leur bateau et s'enfoncent dans les forêts à la recherche d'un toit et de nourriture. Elles font alors la rencontre d'un indien qui les amène jusqu'à un fort perdu au beau milieu des bois. Alors qu'elles se croient en sécurité, elles apprennent que les habitants du fort sont forcés de rester derrière leurs grands remparts car autour d'eux, dans la forêt environnante et menaçante, vit une meute de loups-garous assoiffés de sang. Mais rapidement, la population se rend compte que la menace est également présente à l'intérieur du fort…



Après deux épisodes fort réussis, la saga "Ginger snaps" voit naitre un troisième opus, voulu être une préquelle par rapport au premier volet. On y retrouve alors nos deux actrices Katharine Isabelle et Emily Perkins, mais cette fois-ci plongées en plein XIXème siècle, dans le Grand Nord américain.

La première chose qui frappe à la vue de ce troisième volet, c'est que nous avons là un film se voulant une préquelle mais n'ayant strictement rien à voir avec l'un ou l'autre des deux opus précédents.
Certes, nous retrouvons nos deux sœurs Ginger et Brigitte confrontées à ce phénomène de lycanthropie mais le cadre a totalement changé, aucun élément des deux précédents films ne refaisant surface ici. Nous retrouvons nos deux malheureuses sœurs environ 200 ans en arrière, perdues au beau milieu des bois, avec des indiens et des colons… Inutile de chercher un quelconque rapprochement avec les deux opus précédents, il n'y en a pas!

Par contre, ce qui est quand-même incroyable dans cet opus, c'est que l'on reprend les grosses ficelles du premier volet et on les emboîte les unes aux autres pour recréer ce troisième film : Ginger se transforme en loup-garou, sa sœur Brigitte essaye de l'aider du mieux qu'elle peut etc etc… Les filles ont le même nom que celles des deux autres opus mais à une époque totalement différente, c'est à ne rien y comprendre. Mais bon, passons ce détail étrange (mais tout de même sacrément déroutant), le mieux étant je pense de ne pas se remémorer les deux opus précédents lors du visionnage de celui-ci (ce que j'ai fait tout au long du film) et de regarder celui-ci comme un tout, un film unique.



Malheureusement, le scénario lui-même n'aide pas au visionnage de ce film. Nous avons droit ici à un véritable cirque dans lequel prennent part au spectacle des indiens, des colons, une voyante, un révérant pas très net, des loups-garous… Mais dans quel bordel Ginger et Brigitte sont-elles venues se foutre?!

Alors que le scénario est déjà un cafouillis monstre, il faut en plus que l'on s'y ennuie amèrement! En effet, les rares scènes d'action sont rapidement expédiées aux oubliettes pour laisser place à des séquences de dialogues chiants et sans grand intérêt la plupart du temps. On suit tout au long du film la vie de nos colons dans leur fort sans trop d'intérêt, les dialogues étant suffisamment banals et les quelques scènes d'actions bien trop courtes.

Les personnages ne sont pas en reste non plus. Alors qu'Emily Perkins (alias Brigitte) était le personnage phare du deuxième volet (Ginger interprétée par la belle Katherine Isabelle ne faisant que de brèves apparitions dans les pensées de sa sœur), la voilà quasi effacée de ce dernier opus faisant la part belle à nouveau à Katherine Isabelle (dommage quand on voit le potentiel d'Emily Perkins…). On se consolera comme on pourra en se disant qu'Emily Perkins n'a jamais été aussi belle que dans ce troisième volet! (hé oui maigre consolation…).

Nous avons donc ici en tant que personnage central Ginger et son tempérament tantôt doux et tantôt ténébreux que l'on aime tant, la jeune fille jouant toujours aussi bien son rôle. A ses côtés une Brigitte discrète mais qui réussit encore une fois à nous faire part d'une solide interprétation, aussi peu soit-elle mise en valeur dans cet opus…
Aux côtés de nos héroïnes, c'est autre chose par contre… Les personnages secondaires sont malheureusement peu travaillés et sont parfois un tantinet stéréotypés (le grand et courageux indien, le méchant révérant qui voit le mal partout, la mystérieuse voyante qui apparait et disparait d'une minute à l'autre…).



Si le scénario et les personnages ne valent pas tripette, le spectateur se tournera plus vers l'aspect visuel de "Ginger snaps 3". Les décors sont vraiment saisissants et collent bien-entendu plus vers le mythe du loup-garou que ceux des deux autres opus (lycée et hôpital) : une forêt lugubre et un fort isolé au milieu des bois, le tout dans un XIXème siècle canadien fort bien retranscrit (costumes, habitats…).

De même, on appréciera les effets spéciaux, toujours réalisés par nos amis de chez KNB, notamment le visage du petit garçon en pleine mutation (voir photo). Par ailleurs, les loups-garous ont subi un petit lifting, ceux-ci étant bien plus hideux que ceux vus dans les deux opus précédents (exit la gueule de loup ordinaire montrant les crocs). D'ailleurs au passage, vous remarquerez que j'ai dit "LES loups-garous" : en effet, nos vilaines bêbêtes sont une bonne dizaine dans cet opus, pour la plus grande joie du spectateur (et non de Ginger et Brigitte).

Par contre, dans les petits points négatifs (bah oui y'en a quand-même!) on pourra regretter une certaine régression dans la façon qu'ont les lycans de se mouvoir par moments (démarches de marionnettes…) mais bon ne chipotons pas plus sur les loups-garous.
Non, ce qui gêne plus par contre, ce sont plus ces scènes que l'on ne nous montre pas mais que les amateurs d'hémoglobine auraient peut-être souhaité au moins entrevoir (la scène du meurtre de la voyante qui n'est que racontée par l'indien ou encore le passage où le gosse en pleine mutation se jette sur Ginger…).

Citons toutefois que, comme pour les deux autres opus, vous n'aurez droit qu'au minimum en termes de scènes saignantes (effusions de sang et autres morsures), la saga étant assez avare sur ce point.



Au final, ce troisième opus réalisé par un certain Grant Harvey n'est cependant pas à la hauteur des deux premiers volets, la faute à un scénario médiocre et à des personnages peu travaillés. Heureusement, les effets spéciaux et les décors réussissent toutefois à remonter un peu la cote de ce film mais c'est une maigre consolation à côté du flot d'incohérences et de scènes ennuyeuses qui subsistent dans cet opus. Une déception, tout simplement…








Du même réalisateur :