RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(1 vote)
Après avoir été jetés en prison suite à une bagarre dans un saloon, Luke Budd et Elmer Winslow réussissent à s'évader et en profitent pour voler de l'argent au shérif ripoux qui les avait coffrés. Notre duo de cowboys va alors se retrouver pourchassé par le shérif, son adjoint et une poignée d'hommes armés en plein cœur du désert. Dans leur fuite, nos deux malheureux amis vont tomber nez à nez avec une guerrière apache, Sue, qui n'est autre que la nièce du grand Géronimo. La jeune femme leur explique alors que son oncle, avant de mourir, avait été à l'origine d'une malédiction qui transforme les hommes blancs en zombies. Très vite, les dires de Sue se matérialisent devant leurs yeux : le shérif et sa bande se transforment en zombies ainsi que tous les gens qui auront le malheur de se faire mordre par l'un d'entre eux…



"undead or alive" est un direct-to-dvd sorti en 2008 dans nos contrées et réalisé par un certain Glasgow Phillips, illustre inconnu dans le domaine du cinéma de genre. Véritable mélange de western et de film de zombies, cette comédie horrifique au titre bien sympathique tente de se frayer un petit chemin dans cette catégorie du cinéma de genre de plus en plus prisée (merci au passage à "shaun of the dead" qui a redonné du mordant, c'est le cas de le dire, aux films mêlant zombies et humour à gogo).
Mais que vaut réellement le film de Glasgow Phillips? Pour le savoir, mettons notre chapeau de cowboy, enfilons nos bottes et analysons rapidement ce "undead or alive"!

Partant d'une idée de départ plutôt originale, à savoir mêler des zombies à un western, "undead or alive" révèle pourtant assez rapidement ses limites. Alors que ce mélange inhabituel pouvait donner lieu à de bonnes trouvailles, toutes plus originales les unes que les autres, Glasgow Phillips se contente de suivre un fil conducteur des plus basiques (deux hommes aidés d'une femme tentent d'échapper à une bande de zombies) sans jamais oser offrir au spectateur des scènes mémorables (même sans pour autant aller dans l'inédit, ne serait-ce que quelque chose à se mettre sous la dent…).
Le scénario n'a rien d'extraordinaire, c'est même tout le contraire : nous avons droit ici à un condensé de bêtises (comme par exemple cette idée cul-cul d'expliquer l'origine des zombies par une malédiction de Géronimo, hum hum…) qui, mises bout à bout, donnent un "semblant" d'histoire dont les rares surprises sont gâchées par un humour lourd et navrant servi par des acteurs aux interprétations calamiteuses pour la plupart (et je ne parle pas de la VF déplorable).



Pourtant, avec une idée de base telle que celle de faire une comédie horrifique mélangeant Far-West et zombies, le public est en droit de s'attendre à quelque chose de granguignolesque, de complètement loufoque… bref une comédie déjantée avec son lot de zombies et de scènes saignantes! Hélas, c'est peine perdue ici, le film s'enlisant dans un humour bancal, maladroit et lourdingue par moments, et ce dès les premières minutes suivant une introduction ma fois correcte.

En effet, l'introduction s'avère bien sympathique : d'emblée, nous sommes confrontés à un père de famille zombifié dévorant la tête d'une de ses poules avant de se jeter sur sa femme et son enfant dont il ne fera qu'une bouchée! Certes, dès ces premières minutes, on comprend aisément que le film ne se veut pas sérieux pour un rond (il suffit de voir la tête d'ahuri du vieux Ben zombifié pour s'en rendre compte) et c'est tant mieux! Malheureusement, nous étions loin de penser que le film tournerait aussi vite au ridicule…

Pourtant, l'humour ça le connait Glasgow Phillips : l'homme a écrit les scénarios d'un bon petit nombre d'épisodes de South Park et on peut alors espérer de ce film un minimum de déconnades. Hé bien il n'en est rien : gags foireux, dialogues ridicules et niais, humour à répétition lourdingue… Rien ne semble vouloir tirer le spectateur de cette léthargie qui s'est développée dès les premières discussions entre nos deux héros Elmer et Luke.

Car oui, l'un des gros soucis de ce fameux "undead or alive", ce sont ses personnages. Stéréotypés à l'excès, peu travaillés et par conséquent peu attachants, les personnages principaux du film de Glasgow Phillips font chou blanc du début à la fin. Au vu du casting certes pas exceptionnel (loin de là) mais pouvant montrer un réel potentiel (James Denton vu dans la série "desperate housewives" et dans "volte face" / Chris Kattan dans "la maison de l'horreur" / Navi Rawat dans "numb3rs" et "feast"…), l'alchimie ne fonctionne pas et on s'ennuie lourdement devant les répliques très puériles (la palme revenant à l'adjoint du shérif au ricanement lourdingue et à Luke Budd avec son humour bien fade, et ceci est un euphémisme…) et les situations ridicules dans lesquelles se mettent certains des personnages (référence à Luke qui, le cœur brisé, ne cesse d'avoir la larme à l'œil, ce qui finit par agacer, notamment lors d'une scène où il s'isole pour pleurer bêtement dans son coin…).

De "undead or alive", on retiendra surtout le passage où un curé se retrouve pourchassé dans la ville par une flopée de zombies et trouve refuge dans une baraque dans laquelle il ne restera pas longtemps, tiraillé par une soif qui le fera sortir de sa cachette à ses risques et périls…



Pour ce qui est des effets spéciaux et autres maquillages, là aussi nous pouvons rester un peu sur notre faim, le film de Glasgow Phillips bénéficiant de bonnes petites scènes sanguinolentes mais malheureusement charcutées par des sortes de visions / flashbacks nous montrant, entre deux morsures de zombies, le visage de Géronimo (pfff…). Une belle déception, surtout quand on voit que les effets gores sont bien présents (arrachage de cous et de lèvres, ouverture d'un crâne en deux dans le sens de la longueur, coupage de têtes, grignotages de cervelles…).

Par contre, niveau maquillage, c'est du quitte ou double : soit le maquillage est réussi (c'est le cas du vieux Ben ou de l'épicier zombie), soit il est totalement foireux et laisse entrevoir de grossiers morceaux de latex (cas du shérif).
On déplorera également l'explosion finale, très mal rendue, qui montre indéniablement une certaine faiblesse dans le budget (mais bon, s'il n'y avait que cela…).

"Et le Far-West dans tout cela?" me demanderez-vous. Hé bien pas de doute là-dessous, nous y sommes bien et les éléments du décor ne nous feront pas penser le contraire : la ville en plein désert avec ses maisons en bois bordant la rue principale, le traditionnel saloon avec son barman, son pianiste et sa danseuse sexy, sans oublier l'immanquable prison et la potence tant redoutée par les hors-la-loi mais également les personnages phares du Far-West que sont le shérif, le croque-mort et bien-entendu les cowboys. En tout cas, la ville rend plutôt bien à l'écran, ne soyons pas médisants là-dessus!
Pour ce qui est des paysages, c'est de plutôt bonne facture là-aussi même si on regrettera de temps en temps quelques maladresses de la part de l'équipe du film, notamment ce passage où James Denton (alias Elmer Winslow) parle devant la caméra avec en arrière-plan une sorte de gros poster en guise de paysage…

Mais là où ça fait très mal, c'est au niveau de la musique du film. Alors que nous sommes pourtant en plein western, il est finalement assez rare d'entendre un bon petit air de country (mandoline, banjo, guitare…), celle-ci laissant place à du rock, voire même du métal à certains moments (sorte d'anachronisme volontaire mais terriblement décevant…).



Alors qu'il bénéficiait d'une idée de départ fort originale (faire une comédie horrifique mettant en scène des zombies au Far-West), le projet de Glasgow Phillips prend rapidement l'eau et se noie dans les méandres de la bêtise et du ridicule. Histoire sans queue ni tête, personnages superficiels, dialogues pathétiques et humour désolant, "undead or alive" est au final une énorme déception dont les seuls atouts sont quelques décors sympathiques et deux-trois effets gores réussis.

Pour ceux désireux de voir une comédie horrifique avec des zombies dans la lignée de "undead", "shaun of the dead" et bien d'autres encore, je préfère les avertir d'emblée : vous ne rigolerez pas beaucoup devant ce "undead or alive" (personnellement je n'ai ri à aucun moment, souri peut-être…).

"Quand les zombies débarquent au Far-West, c'est pas pour manger des fayots!" disait la phrase sur le dvd. Moi, je ne sais toujours pas pourquoi ils sont venus mais en tout cas ce n'est pas pour nous faire rire...








Du même réalisateur :