RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.7
(3 votes)
Un virus s'est propagé, transformant la population en véritables zombies errant dans les rues des villes désertées, à la recherche de chair fraîche. Trois amis, Morgan, Ash et Johnny, vivent cloisonnés dans leur maison, à l'abri des zombies, et ne doivent leur survie qu'à leur volonté de rester discrets entre leurs quatre murs tout en ne manquant pas de faire des sorties éclairs dans les commerces du coin pour se ravitailler une fois le réfrigérateur criant famine. Mais, un beau jour, lors d'une de leurs virées dans le quartier décimé par l'épidémie, nos trois compères tombent sur une jeune femme non contaminée qui doit apporter un échantillon de sang de zombie à un laboratoire non loin de là où des scientifiques pensent avoir trouvé un antidote contre cette horrible maladie. Ensemble, ils vont alors se mettre en quête d'un échantillon de sang de mort-vivant, persuadés qu'ils peuvent sauver le monde de cette épidémie hors du commun. Mais le chemin est semé d'embûches et nos amis n'ont pas fini d'en démordre avec leurs assaillants qui ont envahi peu à peu la ville dans laquelle ils se trouvent…



Sorti en dvd le 20 octobre 2009, "last of the living" est un petit film de zombies flirtant avec la comédie, voire même parfois l'absurde (dans la lignée d'un certain "shaun of the dead" dont les clins d'œil sont parfois plus qu'évidents). Réalisé par un certain Logan Mc Millian, ce petit film tout droit venu de Nouvelle-Zélande présente, comme nous allons le voir dans cette critique, de nombreux défauts mais également quelques petites séquences originales qui permettront au spectateur amateur de films comico-horrifiques d'y trouver toutefois un certain intérêt, aussi petit soit-il.
N'attendons pas plus longtemps et voyons de suite ce que "last of the living" a dans le ventre!



D'emblée, une chose est claire : "last of the living" ne brille certainement pas pour son scénario. Tenant sur une feuille de papier toilette (et recto attention, le verso n'étant que très rarement utilisé si vous ne voulez pas vous en mettre plein les doigts! RIRES), l'histoire est on ne peut plus simple et déjà vue : nous avons trois amis (légèrement crétins sur les bords il faut l'avouer mais on leur excusera : ils ne sortent pas s'aérer beaucoup ces derniers temps…) vivant isolés dans leur maison à l'abri des zombies qui ont envahi la ville, suite à un virus qui a décimé la population et transformé chaque habitant du coin en morts-vivants. Mais, ô miracle (bah oui, parce que sinon il n'y aurait pas d'histoire, hé!), nos amis ont fait la connaissance d'une jeune femme non contaminée qui peut aider la Science à trouver un antidote contre le virus en ramenant un échantillon de sang de zombie (rien que ça!). Persuadés qu'ils peuvent sauver le Monde des vilains zombies pas beaux, nos trois crétins décident d'aider Stef dans sa mission (ouais, enfin, deux d'entre eux voudraient bien la sauter aussi, soit dit en passant…). Voilà la base de l'histoire (contents?) : bon, d'accord, c'est ringard, c'est bateau, mais, à ma grande surprise (car oui j'ai été surpris par moments, ou plutôt petits moments…), quelques séquences sympas réussissent tout de même à pointer leur nez (un zombie qui conduit l'avion dans lequel se trouvent nos jeunes amis / une séquence d'écrasements de morts-vivants / les tentatives de drague de Morgan / une grande partie des scènes de Johnny, être totalement décalé et déconnecté du monde dans lequel il vit…) et à nous faire oublier le temps d'un moment que nous sommes en train de regarder un film fait à la va-vite.

Un sentiment de "film fait à la va-vite" qui va progressivement prendre racine dans la tête du spectateur qui se voit confronté à des incohérences énormes tout au long du film (bon certes l'idée de base est complètement décalée, et c'est le but du film, mais certaines scènes sont vraiment trop tirées par les cheveux…) : des zombies qui coursent une voiture et la rattrapent au final, ces mêmes morts-vivants qui soudainement se mettent à courir en direction d'un avion qui décolle alors que Morgan est à leur portée (moins de 3m!), des zombies qui sortent de n'importe où comme par exemple d'une caisse, d'une armoire…(ah bah ça les surprises y'en a!) ou encore notre cher Morgan qui se zombifie en 5 minutes alors que normalement le processus met environ une heure… Bref, de nombreuses incohérences qui gênent un peu le bon visionnage du film.

Comme dit avant, le scénario n'est pas très recherché et semble déjà vu en grande partie du fait que "last of the living" puise les trois quarts de ses idées dans d'autres films (qui bien entendu n'ont pas trop mal marché eux, voire très bien pour certains : tant qu'à faire, autant repiquer des idées de films à succès que de films merdiques…). Ainsi, dès le début du film, on flirte sans hésitation avec le très bon "28 jours plus tard" (une ville désertée, un mec qui erre dans les rues sans trop savoir où aller…), puis c'est "shaun of the dead" qui est calqué (nos jeunes gens un peu à l'ouest et vivant leur vie de débauche dans leur maison entourée de zombies), "je suis une légende" (bah oui, nos amis doivent bien manger alors ils font les commerces du coin, tous abandonnés, et se servent à leur guise sans pour autant lâcher leurs armes), ou encore le pseudo remake "l'armée des morts" (Johnny a retapé sa voiture en un véritable engin d'assaut) et j'en passe…

Mais toutes ses inspirations (que je vois plus comme des repompages que des clins d'œil, soit dit en passant) ne permettent cependant pas au long-métrage de Logan Mc Millian d'être captivant du début à la fin (en fait seule peut-être une trentaine de minutes de ce film suscite un réel intérêt), "last of the living" étant bien ennuyeux et présentant des séquences si absurdes que le spectateur Lambda décrochera, jetant un coup d'œil à sa montre de temps en temps.
Le principal défaut de ce film est de ne pas donner suffisamment dans l'humour : alors que l'on s'attend à un film de zombies ne se prenant pas au sérieux et accumulant gags sur gags, on se retrouve devant un film bien timide en termes de franches rigolades, n'allant pas au bout de ce qu'il entreprend et préférant verser dans le lourd (le classique gag à répétitions, au cas où on l'aurait pas compris du premier coup…) et l'absurde (certains longs dialogues n'ont ni queue ni tête et servent plus volontiers de remplissage que de séquences détentes) plutôt que dans un humour décalé, inventif et bien dosé (n'est pas "shaun of the dead" ou "le retour des morts-vivants" qui veut).



Par contre, le rythme du film n'est pas trop mal dosé : bastonnades de zombies à coups de battes et autres objets trainant dans le coin (un véritable beat them all! RIRES), dégommages de morts-vivants à l'aide de la voiture de Johnny, courses poursuites, attaques surprises de zombies…
On ne pourra reprocher à "last of the living" que certaines séquences lentes et pénibles (heureusement disséminées dans le film et non mises bout à bout) comme un passage où Morgan et Ash (référence à "evil dead"?) regardent un cours de fitness en dvd ou encore une scène suffisamment longuette où l'on voit nos trois pseudos-héros piller un supermarché (référence à "zombie"?) : des séquences servant principalement de remplissage à mon humble avis…

Pour ce qui est du casting, celui-ci demeure assez inégal. Certains personnages apportent réellement quelque chose de neuf et de positif au film tandis que d'autres demeurent sans saveur voire, pire, énervants à la longue.

Dans la première catégorie, je mettrais volontiers les personnages de Johnny et Ash. Totalement opposés (le premier est bagarreur et bête, tandis que l'autre est peureux, un peu efféminé, et raisonné), ces deux personnages sont plutôt bien retranscrits devant la caméra, principalement Johnny qui, à lui tout seul, vaut le détour (un peu comme le personnage de Spike, joué par le génial Rhys Ifans, dans "coup de foudre à Nothing Hill") : excentrique, gaffeur, bête mais fort serviable (du moins il essaie de l'être), voici le parfait antihéros (à l'image de Simon Pegg, incarnant Shaun dans "shaun of the dead")! Seuls comptent pour lui trois choses : devenir une rock star (il trimballe tout le long du film sa démo personnelle, sûr de pouvoir la vendre très chère plus tard), casser du zombie (une sorte d' "Obélix contre les morts-vivants") et enfin réussir l'une des prises de catch/boxe qu'il n'est jamais parvenu à faire jusqu'à présent (et il essaye et réessaye le bougre!), c'est dire les ambitions du bonhomme (je pense que vous pouvez facilement cerner le personnage maintenant!).

Par contre, le casting souffre malheureusement de son personnage principal (Morgan) : un mec débile au possible, égocentrique, persuadé d'être irrésistible alors qu'il est le prototype (achevé et retenu!) du parfait crétin… Lourd dans nombreux de ses dialogues (d'autant plus que son doublage français est de piètre qualité), le personnage devient vite énervant et chiant à la longue. On regrettera également le personnage de Stef (à la frontière entre la petite aguicheuse maligne et la scientifique carrée), pas suffisamment exploité et demeurant au final très en retrait dans le casting…



Autre petite déception : le manque de gore. Alors que l'on s'attend à un film présentant un minimum de scènes sanglantes (comme bon nombre de films de zombies comico-horrifiques : "undead", "shaun of the dead", "dead meat", "le retour des morts-vivants" sans pour autant rentrer dans les gros films gores de zombies tels que "braindead", "Premutos" ou encore "the dead next door"), ce "last of the living" déçoit : il y a très peu de choses à se mettre sous la dent au final (deux-trois tranchages de gorges et morsures par-ci par-là, quelques têtes éclatées à coups de battes, des giclées timides de sang sur l'écran, une cervelle rapidement éclatée, une éviscération timidement montrée pour ne pas dire cachée…). A ce titre, si vous cherchez un bon petit film comico-gore avec des zombies en provenance d'Océanie, préférez le "undead" australien ou, au mieux (mais ce n'est plus comparable! RIRES!) le "braindead" néo-zélandais…

On retiendra de ces zombies surtout les quelques attaques les mettant en scène (bastons sur fond de rock et hard-rock) ainsi que les cris des zombies girls (parfois similaires à des cris de ninjas! RIRES). Pour ce qui est de leur esthétisme, quelques-uns sont ma fois sympathiques (quelques morceaux de peau pendant de leurs lèvres ou de leurs joues) tandis que d'autres sont très simplistes niveau maquillage (un peu de sang autour des lèvres et hop file faire ton numéro devant la caméra de tonton McMillian!). Enfin, leur attitude est assez étrange : tantôt ils sont mous comme des limaces, tantôt ils courent après des voitures… Etrange mais bon…

Au final, ce "last of the living" déçoit. Déçoit par son manque d'originalité, ses nombreuses incohérences, son humour parfois lourd et répétitif, sa quasi absence de scènes sanglantes et son personnage principal irritant…
Très loin d'un "shaun of the dead", d'un "retour des morts-vivants" ou d'un "dead meat", "last of the living" contient toutefois quelques scènes sympathiques et des antihéros vraiment décalés (le personnage de Johnny principalement) qui évitent au film de Mc Millian de se prendre une sévère déverrouillée… Un film à voir si, comme moi, vous aimez les films de zombies comiques mais ne vous attendez pas à grand-chose, vous aurez été prévenus.








Du même réalisateur :