RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2
(1 vote)
LA CRYPTE DES MORTS-VIVANTS Un groupe d'amis se retrouvent dans un château bâti sur les ruines d'une prison abandonnée. Au cours d'une séance d'ouija, nos jeunes amis vont faire revenir à la vie des esprits malveillants… VISION D'HORREUR Un scientifique amateur vient de mettre au point un produit permettant d'ouvrir une porte vers la huitième dimension, un Monde parallèle jusqu'alors impénétrable. Malheureusement, lors de l'essai du produit miracle, une créature parvient à franchir la frontière entre les deux Mondes et entre dans l'œil d'un cobaye de notre apprenti savant fou. Très vite, la créature prend la forme d'un gros œil et sème la terreur dans l'immeuble… LES MAITRES DE LA MORT Afin de venger sa grand-mère qui s'est faite maltraitée par une bande de voyous, un jeune homme pactise avec l'Homme de l'Ombre, un puissant sorcier qui va lancer un maléfice sur les malfrats. Un maléfice que l'Homme de l'Ombre place dans une poupée de chiffon qui va alors prendre vie et aller assassiner les agresseurs. Mais ce que le jeune homme ne sait pas, c'est qu'il vient de pactiser avec un être machiavélique qui va vite se retourner contre lui…



"Horrific" est un film à sketches sorti en direct-to-video que nous avons décidé de vous faire connaitre par le biais de cette chronique. Sorti le 03 février 2009 chez Elephant Films, le dvd recense trois petites histoires d'environ 30 minutes chacune et traitant de registres bien différents. Alors que le premier segment mise avant tout sur l'horreur pure avec ses morts-vivants et ses sorcières revenues de l'au-delà, le deuxième sketch quant à lui navigue plus dans le domaine de la science-fiction avec une histoire de créature venue d'une autre dimension, tandis que le troisième segment mise sur le paranormal et les rituels vaudous avec une histoire de maléfice incorporé dans une poupée tueuse.

Bon, autant être sincère dès le départ, nous ne sommes pas face à un chef-d'œuvre, bien loin de là. Il suffit de savoir qui a réalisé deux des sketches de la galette pour se donner déjà une petite idée du contenu de ce dvd : David Decoteau himself. Un nom qui en dit déjà long sur ce que nous allons voir : des hommes bien foutus à moitié nus (ce qui ravira la gente féminine à coup sûr), une photographie criant misère (hou le vilain bleu, gris et noir du premier segment) et surtout des scénarios au ras des pâquerettes…
Hé bien, vous verrez suite à ma critique que je ne me suis pas trompé. En route moussaillon pour une petite dissection de ce dvd!



LA CRYPTE DES MORTS-VIVANTS

Ce premier segment nous plonge dans un château bâti sur les ruines d'une ancienne prison en compagnie d'un groupe d'amis. Le fils du propriétaire des lieux annonce, au milieu d'une discussion, que son père est prêt à offrir une coquette somme d'argent à celui qui dénicherait la clé des Enfers. Cette clé permettrait, d'après de vieux livres, d'ouvrir une porte derrière laquelle seraient enfermés les esprits de vilaines sorcières, gardés par les fantômes des anciens bourreaux de la prison. Alors que les jeunes gens font une séance d'ouija, ceux-ci vont ramener à la vie les terrifiants et sanguinaires bourreaux mais également les esprits des sorcières…

Bon, le scénario ne casse pas quatre pattes à un canard, il faut bien le reconnaitre, mais que dire de ce sketch? Hé bien, pas grand-chose de positif malheureusement : il s'agit là du plus mauvais segment du dvd (c'est d'ailleurs assez curieux de l'avoir positionné en premier sur le dvd mais bon…). Très peu de choses sont à sauver dans cette histoire concernant le scénario : c'est long à démarrer, c'est très longuet pour ne pas dire chiant (on s'ennuie énormément entre les dialogues creux et les réactions plus qu'approximatives de nos personnages) et c'est vraiment pas recherché…

Les interprétations sont plus que médiocres, notre cher David Decoteau (passé pour l'occasion sous le pseudonyme de Victoria Sloan dans le générique, grande folle va!) paraissant plus vouloir nous montrer l'un de ses beaux étalons en boxer blanc plutôt que de nous offrir un véritable spectacle horrifique… La gente féminine appréciera en effet les deux trois beaux jeunes hommes présents dans le casting pendant que leurs conjoints se tourneront les pouces devant cette niaiserie.

"Bon, et au niveau des morts-vivants et des sorcières, ça donne quoi?" me demanderont certains. Et bien là aussi la déception est grande (comment ça vous vous y attendiez? Sans blague?!).
En guise de morts-vivants (nos terribles bourreaux), nous avons droit à des bonhommes cagoulés portant des armes (serpe, faucille….), marchant tels des pantins et surtout, la cerise sur le gâteau, ayant des yeux rouges ("ouh ça fait peur!" s'écrirait Scoubidou en les voyant… Sauf que là c'est censé être un film horrifique et non un énième dessin animé de notre cher ami à quatre pattes…). Il faut les voir dans la scène finale (tournée au ralenti attention! Et sous fond de tam-tam accompagné de chœurs! Magistral!) essayer d'attraper notre héros qui les slalome tous sans difficulté tel un rugbyman : ils tendent les bras vers notre ami tout en restant sur place et agitant leurs armes dans les airs (visiblement, nos terrifiantes sentinelles des ténèbres ne semblent pas trop vouloir chopper notre héros qui s'apprête pourtant à les renvoyer directement d'où ils viennent…). A se tordre de rire tellement c'est bête!
Ne cherchez pas par ailleurs des scènes bien sanguinolentes, mises à part deux-trois tranchages de gorge des plus basiques, ce segment ne montre rien d'autre (pas plus que les autres d'ailleurs…).
Pour ce qui est des sorcières, celles-ci ne seront visibles qu'à la fin (et on s'en serait passé pour être franc : des jeunes femmes qui tirent la grimace et montrent les dents d'un air méchant…) mais vont s'amuser tout au long de l'histoire à posséder les esprits de nos jeunes amis. Et il faut les voir quand ils sont possédés : ils parlent en latin en prenant une voix grave et ténébreuse, regardent en l'air (au cas où un truc leur tomberait sur le coin de la gueule où je ne sais quoi…) et basculent leur corps de gauche à droite comme le pendule de Tryphon Tournesol! (on va finir par croire que c'est voulu tellement c'est niais…).

Bref, un sketch à oublier bien vite…



VISION D'HORREUR

Ce deuxième sketch nous présente un scientifique qui vient de mettre au point un produit permettant d'ouvrir une porte vers la huitième dimension. Malheureusement, le produit en question va permettre à une créature de ce Monde parallèle de pénétrer dans notre Monde, prenant alors la forme d'un gros œil semant la terreur là où elle passe…

Hum… A en croire le résumé de ce segment, on peut se demander ce qui a bien pu encore traverser l'esprit de ce cher David Decoteau (car oui c'est encore notre ami, présenté sous le pseudonyme de Richard Chasen cette fois-ci! Petit coquin va!). Autant le dire de suite : l'histoire est stupide, les effets spéciaux minables mais alors qu'est-ce qu'on rit! Voilà certainement le sketch le plus "regardable" de ce dvd : tout y est pour nous faire rigoler aux éclats tellement c'est con!

Tout d'abord, parlons du scénario. Plus débile tu meurs : on suit les déambulations d'un gros œil en rut dans un immeuble ayant comme seule et unique volonté de vouloir s'accoupler avec une terrienne. Ca promet un sketch hors du commun, nan?

Un segment à ne prendre en aucun cas au premier degré : ici tout n'est que blague et débilité profonde, à commencer par la galerie de personnages et les dialogues. Voyez plutôt : prenez une belle femme nympho, deux beaux mâles souvent à moitié dénudés (la marque de fabrique de Richard Chasen… heu David Decoteau excusez-moi!) et bêtes comme leurs pieds (ils sont au courant du danger mais ne semblent pas vouloir quitter leur lit pour autant, bien au contraire : ils veulent sympathiser avec le gros œil! RIRE!) et un savant à deux balles courant après son œil extraterrestre tout au long du film et vous obtenez là le casting du siècle!
Et que dire des dialogues! Allez, je vous en donne un petit extrait bien savoureux :
"Vous avez vu : on dirait que l'œil a aspiré la cervelle de Joe!"
"Qu'est-ce que ça veut dire?"
"Ca veut dire qu'il pourra plus jamais jouer aux échecs"
"Mais… est-ce qu'il va bien?"
"Tu vois pas qu'il est mort?!"

Ajoutons également dans ce segment une petite dose d'érotisme parfois agréable : pour les messieurs c'est l'occasion de voir deux jolies petites paires de seins et pour les dames vous aurez droit à un magnifique plan de l'un des deux idiots de service allongé sur le lit, les jambes écartées, en caleçon (whaaaa!). C'est con à dire mais c'est bien là l'un des rares films de Decoteau où ce sont plus les messieurs qui loucheront sur le casting que les femmes! (je parle de gente hétéro bien-sûr)

Enfin, concernant les effets spéciaux (si si il y en a!), ceux-ci se traduisent par un gros œil en plastique possédant des nerfs optiques pour se mouvoir et des tentacules pour aller ploter les jolies demoiselles! On raffolera par ailleurs des multiples séquences tournées dans un ralenti ignoble montrant l'œil disparaitre (un gros plan sur les nerfs optiques très vilain).
Pour ce qui est des effets gores, ceux-ci se résument à quelques yeux disparus de leurs orbites mais rien ne vous sera montré sur ces énucléations (rien à voir avec cette magnifique scène de "cannibal ferox" où notre cher Giovanni Lombardo Radice se fait arracher son œil…).

Un segment correct si vous aimez rigoler!



LES MAITRES DE LA MORT

Un jeune homme pactise avec un puissant sorcier qui va lancer un maléfice sur les voyous ayant agressé sa grand-mère. Suite à des incantations, une poupée de chiffon va alors prendre vie et aller assassiner les agresseurs. Mais ce que le jeune homme ne sait pas, c'est qu'à chaque mort engendrée par la poupée, l'un de ses proches va disparaitre également…

Un sketch de poupée tueuse? Pourquoi pas! Etant fan de ce genre de production ("dolls", "dolly", la saga des Chucky…), je ne pouvais que me jeter bras ouverts sur ce dernier segment et… quelle déception!

Alors que le scénario est vraiment fort intéressant (du début à la fin), nous ne pouvons que maudire cette réalisation chaotique, lente et ennuyeuse… Une réalisation poussive qui n'est pas cette fois-ci le fruit de David Decoteau mais d'un certain Ted Nicolaou (oui, moi non plus je ne connais pas!).

Je ne m'éterniserai pas sur ce segment malgré son scénario vraiment bien travaillé pour un sketch de 30 minutes. Les personnages ne sont pas attrayants (la grand-mère nous fait penser à un vieux sage mourant, la fiancée du jeune homme est un vrai légume, le terrifiant sorcier pas si horrible que ça, sans parler du voyou à la voix de travelo qui fait son apparition en milieu de sketch…).

Le rythme est trop lent et on décroche souvent, la faute à deux scènes cassant le tempo (dont un rituel ridicule) sans parler des nombreux ralentis utilisés tout au long du sketch…

Enfin, pour ce qui est de notre poupée tueuse, celle-ci reste très commune et ne possède pas de petits traits spécifiques et caractéristiques qui font que l'on se rappellera son visage dans quelques jours… A noter également que celle-ci ne doit pas faire plus de 60cm de haut mais arrive toutefois à tirer un corps d'environ 90-95 kg sur plusieurs mètres à une vitesse éclair! "Super poupée" moi j'dis!

Là encore, ne cherchez pas de scènes très sanglantes : mis à part deux-trois flots de sang sortant de la bouche des victimes, il n'y a trop rien à voir ici…

Vraiment décevant quand on pense ce qu'aurait pu donner ce scénario sur un sketch de 30 minutes…

Au final, "horrific" est une bien belle désillusion (enfin non pas vraiment car je ne me faisais pas d'illusions justement, vu ce que valent la plupart des films à sketches horrifiques de nos jours…). En fait, seul le sketch n°2 mérite que l'on s'y attarde grâce à son humour complètement décalé, ses personnages débiles et son monstre ridicule : un grand moment de rigolade! Les autres sketches sont par contre à oublier bien vite… Une bien maigre consolation que ce segment central au final.








Du même réalisateur :