RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.7
(7 votes)
Peu de temps après avoir perdu son emploi et sa petite amie, Puchit reçoit un mystérieux coup de téléphone l'invitant à participer à un jeu pouvant lui permettre de rafler 100 millions de bahts (soit environ 2 millions d'euros). Les règles du jeu sont simples : 13 épreuves vont être imposées à Puchit qui devra les réussir les unes après les autres. A chaque épreuve réussie, le joueur percevra une certaine somme qui augmentera au fur et à mesure des succès, mais à la moindre épreuve ratée ou dès abandon, toute la cagnotte accumulée sera perdue. Mais Puchit va vite se rendre compte que gagner une telle somme n'est pas si facile et qu'il faut parfois faire preuve de courage, pire de haine et de cruauté…



"Encore un direct-to-dvd!" diront certains. Oui mais parfois de bonnes surprises peuvent émaner de ce type de production et c'est le cas de ce bon petit "13 : jeux de mort" sorti le 20 mai 2009 dans les bacs. En effet, Chukiat Sakveerakul nous offre là un sympathique petit film thaïlandais adapté d'un comic d'Eakasit Thairatana mêlant habilement une critique de la téléréalité (et cet appât du gain pouvant parfois faire perdre la tête à plus d'un) et des scènes parfois trashs et décalées où la violence fait bien souvent son apparition.

Pourtant produit par Prachya Pinkaew, le réalisateur de "ong bak" (certainement l'un des films les plus vides scénaristiquement parlant depuis le début du 21ème siècle), "13 : jeux de mort" possède une histoire très intéressante et fortement ancrée dans l'ère contemporaine (téléréalité, crise financière, pauvreté ignorée…).
Le film de Chukiat Sakveerakul nous raconte l'histoire d'un homme au bout du rouleau (perte d'emploi, départ de sa petite amie) qui va tomber sur un jeu téléphonique pouvant lui rapporter la bagatelle somme de 2 millions d'euros. Un chiffre pouvant faire tourner la tête de bon nombre de personnes mais surtout un chiffre synonyme de redémarrage dans la vie pour notre malheureux Puchit qui va se laisser entraîner, par l'appât du gain, dans des choses que lui-même n'aurait pas souhaité, ni même pensé, faire un jour…



Ce qui fait de "13 : jeux de mort" un direct-to-video qui sort du lot, c'est ce savoureux mélange de divers genres. Parfois trash (notre héros doit avaler des excréments de chiens), souvent drôle (certains personnages sont totalement déjantés), très violent par moments (notre malheureux Puchit s'en prend plein la figure, au même titre que ses victimes : coups de savates, bastonnade à coups de chaise… Des scènes plutôt saisissantes de réalisme) et teinté d'un zeste d'humour noir, ce petit film thaïlandais nous entraîne dans une descente aux enfers pas comme les autres!

Certains pourront cependant reprocher une certaine lenteur au film, ce qui n'est pas totalement faux (certains passages cassent radicalement le rythme) mais bizarrement on ne s'ennuie à aucun moment durant ce long-métrage, les rares temps morts étant suffisamment enrichis de dialogues renforçant le désespoir et le mal-être de notre cher Puchit que ceux-ci deviennent même assez vite essentiels pour comprendre les ressentis de notre malheureux jeune homme. Un petit mal pour un bien donc.
Le principal défaut que l'on pourrait peut-être reprocher au scénario de "13 : jeux de mort", c'est de ne pas aller au bout de son histoire : au final, on ne saura jamais grand-chose de cette téléréalité scandaleuse, et encore moins de ce jeune garçon tout juste sorti de l'adolescence qui semble en être l'un des fondateurs (on ressent un peu cette même volonté d'en savoir plus que l'on pouvait avoir à la fin de "hostel" où l'on ne sait au final pas grand-chose de cet organisme secret)… Même si expliciter un scénario n'est pas l'un des points forts de nos amis asiatiques (qui eux préfèrent l'art de la suggestion et de la réflexion plutôt que d'offrir un film déjà tout fait comme le font leurs confrères de l'autre côté du planisphère), il est assez dommage de voir le film se terminer aussi vite, même si le scénario en lui-même est très compréhensible… Petite déception de ce côté donc.



Autre déception : un casting trop inégal. Alors que certains acteurs s'en sortent haut la main (je reviendrai sur l'excellent Krissada Terrence dans le prochain paragraphe), d'autres par contre sont très peu convaincants et font perdre énormément de crédibilité au film de Chukiat Sakveerakul. Je pense notamment à l'acteur jouant le rôle du chef de police qui n'a aucun charisme, ne montre aucune émotion et semble devant la caméra uniquement dans le but de réciter son texte (alors que la scène de course-poursuite dans l'hôpital se devait d'être essoufflante et palpitante, on se retrouve en face de policiers dirigés par un pseudo-professionnel et tombants comme des playmobiles à la moindre altercation). L'actrice principale non plus ne dégage que très peu d'émotion alors que c'est elle qui incarne l'unique représentante du sexe opposé et le seul lien qui relie encore Puchit à la réalité, à la morale, à l'éthique.
Des choix donc pas toujours judicieux concernant le casting et c'est fort regrettable…

Par contre, je comprends et apprécie le choix de Krissada Terrence pour jouer le rôle principal. En effet, Krissada joue Puchit, pense comme Puchit, ressent comme Puchit : il EST Puchit! L'interprétation est magistrale, chaque émotion par laquelle passe Puchit est remarquablement retranscrite pour nous faire vivre ce changement de mentalité, cette descente aux enfers, ce pétage de plombs de notre jeune ami (tiens, ça me rappelle un certain "chute libre" avec un grand Michael Douglas ou encore le clip de "j'pète les plombs" du rappeur Disiz La Peste inspiré de ce dernier).

Notre cher Puchit connait une étrange et soudaine évolution : d'abord désespéré suite à la perte de son emploi, il prend ensuite connaissance de ce jeu de téléréalité qui lui feront faire des choses que lui-même trouve répugnantes (manger les excréments de chiens), amorales (voler de l'argent à un clochard), ou complètement dingues (frapper à mort un inconnu, sortir un cadavre d'un puits…).
Cependant, ce qui est très réaliste dans "13 : jeux de morts", c'est que notre ami est loin d'être l'un de ces jeunes écervelés que l'on voit dans la téléréalité contemporaine, que ce soit dans la réalité (loft story, secret story et autres niaiseries) ou dans le fictif ("détour mortel 2", "ghost game"…) où les participants ne rêvent que de gloire et de fortune… Puchit, lui, veut retrouver un équilibre car il redémarre dans la vie à partir de rien (plus d'emploi, plus de compagne, sans compter sa mère qui lui demande sans cesse de l'argent pour s'en sortir), la gloire ne l'intéresse pas, il veut juste vivre, s'en sortir…

Ce qui le différencie également de ces jeunes idiots participant à des jeux de téléréalité dans d'autres long-métrages, c'est qu'il conserve une certaine lucidité malgré ces folies que lui demande de faire le présentateur du jeu (par exemple : après avoir gagné une épreuve et de l'argent, l'animateur du jeu lui demande comment il se sent et ce dernier lui répond qu'il veut surtout savoir qui est au bout du fil avant toute chose / lors de la scène de repêchage du cadavre dans un puits qui lui a rapporté gros, la première chose que dit Puchit c'est quelque chose du genre "mais vous êtes malades de l'avoir laissé crever là-dedans!"…).
Les réactions de Puchit sont tout à fait crédibles et montrent que notre homme reste à l'interface entre l'éthique et l'amoral : il veut lutter contre les mauvaises actions, les mauvais penchants, mais l'appât du gain l'attire vers ce côté néfaste qu'il ne se connaissait pas… Crises de nerfs, coups de folie et excès de haine (des excès que l'on peut rapprocher de ceux des héros de "calvaire", "king of the ants" ou encore "les chiens de paille") : Puchit va se prendre rapidement au jeu et va commencer à perdre toute notion du bien et du mal, allant presque jusqu'à chercher une excuse à ses gestes (par exemple : après s'être défoulé sur le nouveau copain de son ex, il balance à celle-ci qu'il n'aimait pas comment il s'adressait à elle et comment il l'empoignait / il tue le chien de sa meilleure amie devant ses yeux car il avait le choix entre le chien et elle, alors qu'il aurait pu abandonner le jeu tout simplement…) ou même à faire machinalement ce qu'on lui demande de faire (tuer la vache, la dévorer…).

Pour finir sur la galerie des personnages, on notera par ailleurs quelques énergumènes bien décalés faisant parfois basculer l'histoire dans le grand-guignolesque (la vieille sénile à côté de la plaque, le clochard se prenant pour un seigneur…). Une bizarrerie dans le scénario qui n'est pas déplaisante et qui montre à quel point la vie de Puchit bascule dans l'inordinaire et la folie.



Pour les amateurs de scènes sanglantes, "13 : jeux de mort" possède également son petit lot de scènes sympathiques même si celles-ci ne resteront pas dans les annales (le film étant au final assez avare sur ce point) : une vache éventrée, une dégustation d'organes bovins, un jeune motard avec la moitié du crâne coupée… Encore une fois, l'univers parfois bien trash de nos amis asiatiques refait surface, le tout saupoudré par une musique collant parfaitement au film.

Au final, "13 : jeux de mort" est un fort honnête direct-to-dvd qui mérite que l'on s'y attarde. Alors, certes, le film a ses défauts pouvant en déstabiliser plus d'un mais le scénario et la remarquable interprétation de Krissada Terrence font rapidement basculer la donne. Un film à voir, tout simplement.








Du même réalisateur :