RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.2
(24 votes)
Aujourd'hui est un grand jour pour la Terre entière : les Martiens vont débarquer d'une minute à l'autre sur le continent américain et tout semble prêt pour les accueillir. Mais, alors qu'on les croyait pacifiques au vu de leurs technologies avancées, nos petits hommes verts au cerveau aussi gros qu'une pastèque se montrent tout ce qu'il y a de plus hostiles. L'endroit du débarquement de leur soucoupe volante se transforme vite en champs de bataille où s'amoncellent les squelettes humains, seuls restes suite aux multiples coups de rayons lasers de nos extraterrestres à la pointe de la technologie. Mais les méchants petits hommes venus de Mars ne comptent pas en rester là : ceux-ci comptent bien faire régner la terreur et le chaos un peu partout sur Terre. Ainsi, Las Vegas tombe sous le poids des attaques extraterrestres, même sort pour Washington, Paris et toutes les grandes villes dispatchées aux quatre coins du Monde. Alors que le combat fait rage, la résistance se prépare…



Tim Burton. A la simple mention de son nom à la réalisation d'un film, vous pouvez d'ores et déjà vous dire que le film va faire parler de lui. Hé bien ce "Mars attacks!" ne déroge pas à la règle mais malheureusement ce ne sera pas pour en dire autant de bien que pour les précédents films du réalisateur californien ("Beetlejuice" en 1988, "Batman" en 1989, "Edward aux mains d'argent" en 1991, "Batman le défi" en 1992, "Ed Wood" en 1995).
En effet, "Mars Attacks!" est le premier échec commercial de Tim Burton. Le pourquoi de ceci? Et bien la plupart des grands fans du réalisateur américain avouent ne pas retrouver cet esprit fantastique et noir à la fois que l'on retrouve dans ses films habituellement, cet univers fantastique et mystérieux qui provient, comme le dit lui-même Tim Burton dans bon nombre d'interviews, de ses propres rêves et cauchemars.

Car "Mars attacks!" est avant tout une parodie de science fiction mêlant satire sociale des valeurs américaines (le patriotisme et l'Armée Américaine en prennent un sacré coup…) et humour noir en veux-tu en voilà. Finis les univers noirs, tantôt mélancoliques tantôt frissonnants, et place à un film très fun et coloré.

Alors certes le film de Tim Burton tranche radicalement avec ses autres réalisations mais ce résultat un brin décevant au box-office est-il justifié? Décortiquons rapidement le film (l'occasion de nous replonger dans ce délire cosmique) et voyons de plus prêt ce que nos petits hommes verts aux yeux globuleux ont dans le ventre.



D'octobre 1996 à novembre 1997, ce sont 5 gros films très attendus dans le domaine de la science-fiction qui font leurs entrées dans les salles obscures : "independance day" (octobre 1996), "Mars attacks!" (février 1997), "le cinquième élément" (mai 1997), "men in black" (août 1997) et "Alien la résurrection" (novembre 1997).
Inutile donc de dire que les extraterrestres et autres engins spatiaux seront monnaie courante durant ces mois mais ce "Mars attacks!" réussit toutefois à se démarquer du lot de part notamment un casting surprenant et fort alléchant aux premiers abords. Imaginez : Jack Nicholson, Glenn Close, Pierce Brosnan, Annette Bening, Danny DeVito, Michael J.Fox, Sarah Jessica Parker, Nathalie Portman, Tom Jones, Jack Black et Christina Applegate dans le même film! Alors certes, certains auront des rôles éclairs (c'est le cas de l'excentrique Danny DeVito par exemple), mais il faut bien avouer qu'encore aujourd'hui ce casting enchanteur en ferait saliver plus d'un ne connaissant pas le film.
Et, en effet, c'est l'un des aspects sur lequel les médias tentent de jouer pour attirer le public dans les salles obscures (même si, comme nous l'avons dit plus haut, le résultat ne sera pas celui prévu mais qu'importe : Tim Burton, comme il le dira dans des interviews plus tard, voulait se faire plaisir en tournant un film d'aliens, point barre).

Alors, certes, les grosses têtes d'Hollywood sont bien là pour jouer dans le film de notre cher Tim Burton, mais le résultat est-il à la hauteur de nos attentes? Hé bien ma fois, même si le film est monté par petits segments rattachés les uns au bout des autres (on suit le Président à Washington, on va à Las Vegas voir les excentricités d'un texan mégalo et les actes de courage d'un ancien champion de boxe, puis on rend visite à une petite famille de ringards vivant dans une caravane, on entre dans la vie privée d'un couple de journalistes…) impliquant que l'on ne voit que très peu au final chaque acteur, il faut avouer que le produit fini est plutôt aguicheur, chaque personnage étant très stéréotypé mais suffisamment excentrique (le texan mégalo et sa femme alcoolique reine de la relaxation / le jeune soldat patriote à 100% et son père raciste / la grand-mère sénile à 100% / un haut gradé de l'Armée tout fou de botter le cul aux petits bonhommes verts…) ou tout simplement amusant (le Président toujours à l'ouest et ne comprenant pas qu'il y a danger / Danny DeVito dans son rôle d'avocat poltron / le porte-parole du Président adepte de prostituées…) pour passer un bon moment de franches rigolades devant autant de débilité et de délires en tous genres.



En ce qui concerne le scénario, il faut bien avouer que, malgré une simplicité à toute épreuve, celui-ci demeure fort rythmé (on suit nos extraterrestres lors de leurs multiples débarquements sur Terre qui finissent toujours par des coups de rayons lasers en pagaille et par la panique générale) et possède son lot de scènes excentriques (la tête d'une femme greffée sur un corps de chien et vice-versa / un extraterrestre déguisé en bombe sensuelle aux titis bien pointus…).

Mais "Mars attacks!" est avant tout un film teinté d'humour tantôt noir tantôt absurde (qu'importe, le principal est que l'on rit devant tant de folie). Les situations décrites tout au long du film sont totalement déjantées et les personnages risibles au possible. Lire ci-dessous ces quelques lignes qui auraient pu servir de résumé au film suffit amplement à prouver le degré de loufoquerie qui plane au-dessus de "Mars attacks!" :
"Alors que la panique grandit au cœur même d'un Las Vegas assiégé par des extraterrestres plus crétins les uns que les autres, une poignée d'américains (un ancien champion de boxe, un avocat trouillard, une alcoolique ravagée et Tom Jones en personne) vont essayer de se frayer un chemin parmi les décombres de la ville tout en essayant de fuir l'Etat. Pendant ce temps, un texan un brin mégalo et complètement à côté de la plaque veut profiter de ces nouveaux venus sur Terre pour les accueillir dans son nouveau Casino, tandis qu'un jeune homme ne pense qu'à une chose : sauver sa grand-mère sénile des griffes des extraterrestres… De l'autre côté du continent, alors que le porte parole du Président fait mumuse avec des prostituées, le Président himself est en proie aux attaques d'aliens incessantes et tente de sauver sa peau, aidé par un colonel de l'Armée, véritable bulldog humanisé raciste et teigneux."

Et que dire de nos chers extraterrestres! Peau verdâtre, petite taille faisant farce vis-à-vis de leur cerveau surdimensionné, gros yeux globuleux et démarche de pantin (voire même parfois de pingouin), ceux-ci n'ont rien de bien terrifiant et confortent surtout le fait que nous sommes bien face à une parodie de films de science fiction. Leurs comportements sont également totalement loufoques : la défonce à l'uranium semble être pour eux un joyeux passe-temps, tout comme le fait de se prêter à des expériences idiotes et sans but (une greffe de tête humaine sur un corps de chien…) auxquelles leur chef ne semble pas porter grand intérêt, celui-ci préférant de loin regarder les pages centrales des magazines Playboy. Et que seraient enfin nos chers petits hommes verts sans leurs ricanements idiots et leurs voix faisant penser à un Donald sous hélium! Quelle déconne!



Concernant les SFX, il faut bien avouer que le film de Tim Burton a pris un léger coup de vieux (les rayons lasers par exemple…) mais certains effets restent encore très potables (les corps humains se transformant en squelettes, les deux hybrides femme-chien…), bien que très souvent assez kitchs! (et c'est bien ça qu'on aime!)
La première scène de débarquement qui tourne en cauchemar est par ailleurs très bien orchestrée (rayons lasers, explosions…), tout comme les séquences de destruction dans les villes avec les buildings qui s'écroulent et ces gens qui courent partout sous les attaques des soucoupes volantes.

Les paysages sont également très sympas et nous plongent tantôt dans les plaines arides et les déserts du Kansas et de l'Arizona, tantôt dans la jungle urbaine de l'Etat de Washington, tantôt dans un Las Vegas qui brille de mille paillettes… Un cadre très américain donc mais assez diversifié au final, l'action se passant simultanément sur les côtes est et ouest du continent nord-américain.

Au final, malgré un scénario tournant un peu en rond mais cependant parsemé de péripéties à gogo, "Mars attacks!" ne mérite en aucun cas son statut de film médiocre que bon nombre de critiques de part le Monde se sont empressés de lui donner. Certes, le film se démarque nettement de la majeure partie des films de Tim Burton mais n'est pas pour autant le vilain petit canard de la filmographie burtonienne à fuir de toute urgence. Rythmé et teinté d'un humour bien décalé, "Mars attacks!" demeure un très bon divertissement à mettre entre toutes les mains!