RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.5
(19 votes)
Batman, justicier légendaire de Gotham City entreprend d'éradiquer complètement la criminalité des rues de la ville. Pour se faire, il compte sur l'aide précieuse du lieutenant de police Jim Gordon, un des seuls pouvant le contacter à tout moment à l'aide d'un projecteur envoyant l'image d'une chauve-souris dans le ciel étoilé de Gotham et du procureur Harvey Dent, fervent partisan du démantèlement total des criminels en tous genres. La machine est bien huilée et tout fonctionne parfaitement pour la nouvelle association puisque les parrains et autres caïds sont incarcérés illico presto bien souvent lors d'arrestations plutôt musclées de la part du vengeur masqué. Toutefois, le trio justicier ne tarde pas à se heurter au nouveau génie du crime qui fait parler de lui en ville notamment par ses hold-up à grande échelle et ses méthodes criminelles peu orthodoxes : le Joker, étrange personnage grimé en clown au sourire inquiétant incrusté en permanence sur son visage et semeur d'anarchie et de chaos…



Film représentant la vision de Christopher Nolan au sujet de la rencontre entre le justicier masqué et le Joker après qu'il nous ait donné sa version des origines de l'homme chauve-souris dans "Batman Begins", le nouveau Batman est certainement le film le plus attendu de cet été 2008 et un énorme buzz flotte au-dessus du métrage. Plusieurs raisons à cela : le film est en train de battre tous les records au box-office américain et menace même le "Titanic" de James Cameron, les premières minutes du long-métrage sont visibles sur le Web et surtout, le tournage a été endeuillé en septembre 2007 par la mort accidentelle du cascadeur Conway Wickliffe et en janvier 2008 par le décès de Heath Ledger, l'interprète du Joker qui avait déjà tourné l'intégralité de ses scènes et dont c'est là le dernier rôle au cinéma. Il n'en fallait donc pas moins pour bâtir la légende du dernier opus de la série, le sixième sur grand écran. Mais à part ça, il est comment ce nouvel épisode de notre chauve-souris préférée ? avez-vous envie de me demander impatiemment. Ben il déchire grave en fait !
Jusqu'à maintenant je pensais que "Batman Begins" était le meilleur de la franchise mais celui-ci, est tout bonnement phénoménal ! Il y a de l'action à couper le souffle, le script est super bien élaboré, la psychologie des protagonistes est également très soignée pour un film de ce genre car les personnages ne sont pas fades mais entiers justement, mais c'est également sombre, violent et super bien joué.
C'est Christian Bale (déjà présent dans les très bons "The machinist" et "Equilibrium") qui endosse encore une fois le costume du Chevalier Noir/Bruce Wayne et tout ce que l'on peut dire, c'est qu'il joue bien le lascar ! Son personnage est sans cesse tiraillé entre la folie et le bon sens si bien que sa perception de la justice lui cause d'énormes doutes, qu'il soit un homme riche en costard malade de voir tant d'injustices dans la ville de Gotham ou bien un justicier en costume combattant le crime et décidant de donner à tous ces psychopathes ce qu'ils méritent. A cause justement de cette lisière ténue entre la loyauté et l'envie de tout écraser violemment à la fois dérangeante mais nécessaire car elle maintient Batman/ Bruce Wayne sur le qui-vive, Bale arrive à nous captiver beaucoup plus que les Keaton, Kilmer et autres Clooney par son jeu tout en nuances et sur le point d'exploser à tout moment.

Bon évidemment, la star du film c'est le regretté Heath Ledger qui "possède" littéralement toutes les scènes dans lesquelles il joue tellement sa présence est impressionnante. Le Joker, c'est lui, même si Jack Nicholson était très bon déjà dans le premier opus, feu Heath le ferait presque passer pour un acteur de seconde zone tant il est bluffant. Il a d'ailleurs passé pas mal de temps seul dans une chambre d'hôtel pour s'immerger dans la peau du plus célèbre psychopathe de Gotham City. Le personnage en lui-même est vil, sarcastique, psychotique et terrifiant par moments (notamment dans les scènes où il joue avec son couteau près de la bouche de ses proies). Mais tout ça, c'est grâce à l'interprétation de Ledger, complètement habité par son perso et qui montre que le Joker est la Némésis de Batman tout en étant proche de lui puisque le justicier masqué est aussi "un monstre" ("a freak" en version originale) aux yeux de l'opinion publique. Ce ne fut néanmoins pas gagné d'avance pour l'acteur décédé il y a peu, puisque Sean Penn, Adrien Brody et Robin Williams furent un temps pressentis pour incarner ce personnage insaisissable et destructeur. Je suis donc d'accord avec la majorité des critiques de cinéma quand ils prétendent que la performance d'Heath Ledger deviendra légendaire et qu'il mérite à coup sûr un Oscar à titre posthume, il le mérite. On verra bien...
Le reste du casting est excellent et rempli de stars. Aaron Eckart est superbe également en procureur dont la soif de justice est insatiable. Maggie Gyllenhaal remplace au pied levé Katie Holmes (qui officiellement était indisponible pour jouer dans cette suite…) et se montre peut-être un peu plus sensible que madame Cruise dont l'interprétation était un peu plate. Michael Caine (le fidèle serviteur Alfred), Gary Oldman (l'incorruptible lieutenant Gordon) et Morgan Freeman (travaillant dans les coulisses des entreprises Wayne) sont également très crédibles et servent de "conscience" à Bruce/Batman en le conseillant sur certains de ses choix. Enfin, on peut aussi mentionner la présence de Michael Jai White ("Spawn"), d'Eric Roberts (en parrain de la mafia) et de William Fichtner (Mahone dans la série "Prison Break") dont les caméos sont de très bonne facture. Seul petit bémol, le personnage de l'épouvantail (incarné par Cillian Murphy, déjà vu dans " 28 jours plus tard") n'est pas assez exploité à mon goût car n'apparaît que très peu de temps à l'écran, enfin bon, ça c'est pour faire la fine bouche !

Côté partition musicale on retrouve le même duo de choc qui officiait déjà sur le premier opus, à savoir : Hans Zimmer ("Hannibal", "Pirates des Caraïbes", "Da Vinci code", entre autres) et James Newton Howard ("Le village", "L'expérience interdite", "King Kong"…). Deux compositeurs de nationalités différentes (un européen et un américain), donc deux visions distinctes, un tandem de dualités si l'on peut dire, un peu comme dans "The Dark Knight" avec la paire Batman/The Joker pour, si l'on schématise à l'extrême car c'est en fait beaucoup plus compliqué que cela : le Bien/le Mal ou bien, pour les schizos : Bruce Wayne/Batman, couple plus compliqué que le précédent à mon sens, puisque le Chevalier Noir est sans cesse tiraillé entre sa soif de justice et ses propres émotions. Mais revenons-en au score, plutôt que de faire de la psychanalyse de comptoir. Le fait qu'il y ait deux arrangeurs musicaux rend la bande-son du métrage très atypique puisque nous ne rencontrons pas, ici, de musique dite "classique" de films de super-héros avec les envolées héroïco-lyriques habituelles. En effet, on a affaire là, à un subtil mélange d'effets sonores à base de synthétiseurs modernes et de musiques d'ambiance plus conventionnelles avec une mention spéciale pour le thème principal du film centré sur le Joker, personnage ô combien torturé et imprévisible, et bon sang ça marche bien tellement tout semble réglé au millimètre près si bien qu'on imagine mal une autre bande originale derrière chaque scène ! Bref, du travail de pros.

Si "Batman Begins" renouvelait une franchise qui s'essoufflait au fil des épisodes, The Dark Knight sonne le glas des précédents opus en révolutionnant totalement la série avec force effets spéciaux stupéfiants. Avec Nick Davis (ayant opéré sur quelques Batman et Harry Potter) aux commandes, les effets visuels sont somptueux et hyper réalistes. Les innovations techniques sont également légion. Que ce soit l'utilisation de maquettes reconstituant certaines infrastructures, quelques images d'animation en 3D afin de remplacer virtuellement des personnages lors de scènes d'action invraisemblables, l'usage du format Imax pour tourner certains plans, le maquillage des protagonistes (notamment celui d'un super-vilain dont je tairai le nom mais les fans du Comics auront deviné !) ou bien encore les nouveaux gadgets usités (le sky hook, un procédé d'extraction réellement crée par la CIA, le Batpod, un nouveau véhicule de la chauve-souris masquée ainsi que le perfectionnement du costume de Batman), tout est époustouflant et crédible au plus haut point. Mention spéciale toutefois à la cascade du camion effectuant un tonneau en pleine rue : un pur chef-d'œuvre ! C'est encore plus surprenant quand on sait que la scène a été tournée dans Chicago avec un véritable camion !
Mais ce n'est pas tout visuellement puisque même les décors et les costumes ont été étudiés sous toutes les coutures, si je puis me permettre ce jeu de mots un peu foireux ! Notre chauve-souris adorée joue en effet la touriste puisque le tournage s'est à la fois déroulé à Chicago (dont la ville de Gotham City est inspirée), à Hong Kong et à Londres. Quant aux accoutrements, ils sont magnifiques, que ce soit les toilettes des dames lors de réceptions mondaines chez le sieur Wayne, le costume de Batman plus sophistiqué que jamais ou bien la tenue du Joker, à la fois dandy et grunge avec ses chaussures de clown, l'ensemble est très éclectique mais divinement bien étudié et a dû demander, en amont, un travail plus que considérable tant cela semble parfait.

Le script quant à lui (écrit majoritairement par le frère de Nolan, Jonathan) est hyper riche. Les protagonistes sont très dépouillés et l'histoire ne souffre d'aucune faiblesse. Pour une adaptation de Comics, le résultat sonne très réaliste : tout en effet est très crédible, malgré la longueur du film (plus de 2h30 tout de même). On a même parfois l'impression d'assister à une saga épique digne de la trilogie "Le parrain" et autres "Les incorruptibles" et ça, c'est un sacré tour de force de la part du réalisateur qui réussit à nous passionner et à nous tenir en haleine avec son film de super-héros !

Ainsi, rien ne serait aussi parfait si Christopher Nolan ne savait y faire. Depuis le très remarqué "Memento", il a su nous montrer qu'il savait réaliser un film. Les scènes dramatiques ne sont pas convenues et celles d'action sont parfois tellement saisissantes qu'elles vous colleront sur vos sièges tant elles ont un côté vériste et qu'elles apparaissent réalisables.
En résumé, c'est le meilleur opus d'une franchise partie pour durer puisqu'un troisième épisode est prévu pour 2010 avec, selon les rumeurs, Angelina Jolie dans le rôle de Catwoman, mais par la force du destin sans Heath Ledger dans le rôle du Joker dont ce dernier segment devait parler et devait se centrer sur le procès de l'ennemi numéro un de Batman. M'enfin, gageons que les frères Nolan sauront lui trouver un remplaçant à la hauteur. En attendant, allez voir leur dernier film, je vous le recommande vivement !