RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.3
(13 votes)
Une équipe d'astronautes revient d'un long voyage dans l'espace et est accueillie à bras ouverts et sous des tonnerres d'applaudissements par la population américaine : en effet, ils sont les premiers à avoir posé les pieds sur la planète Mars. Victorieux de leur épopée spatiale, Patrick Ross et ses deux acolytes ne se doutent pas un instant qu'ils ont ramené à leur insu un parasite extraterrestre très dangereux pour l'espèce humaine. Pire, l'un des astronautes, Patrick, fils d'un sénateur ambitieux, est contaminé par ce virus. A peine rentré de son séjour interplanétaire, celui-ci va compter fleurette à plusieurs demoiselles que la police retrouve peu de temps après sauvagement mutilées, gisant dans leur propre sang, la cage thoracique éclatée. Face à la gravité de la situation, le Pentagone décide alors de retrouver au plus vite Patrick Ross ainsi que les deux autres astronautes afin de leur faire passer des tests sanguins pour savoir si oui ou non ils sont contaminés eux aussi par ce germe extraterrestre. Pour les aider dans leur quête, une experte en biologie moléculaire, Laura Baker, va utiliser le clone de la mutante Sil, tuée quelques années auparavant, qu'elle a créé et appelé Eve. Grâce aux visions de la mutante, nos traqueurs vont pouvoir localiser Patrick au plus vite et tenter de mettre un terme au carnage sanguinaire qui est en train de se produire chez la gente féminine.



Suite au succès du film "la mutante" en 1995, une suite est aussitôt préparée et sort en salles trois ans plus tard. Toujours scénarisé par Dennis Feldman, cet opus n'est par contre pas réalisé par Roger Donaldson (réalisateur du premier volet) mais par un certain Peter Medak à qui l'on doit le film "Romeo is bleeding" mais qui a surtout participé à des épisodes de séries TV ("7 à la maison", "Magnum", "Docteur House"…), ce qui n'est pas pour rassurer les fans du premier épisode de notre mutante préférée… Les domaines du fantastique et de la science fiction grouillant de sagas plus ou moins réussies et aux épisodes bien souvent inégaux, on est en droit de se demander ce que vaut réellement cette suite de "la mutante"... Pour en savoir plus sur le film de Peter Medak, suivez-moi dans ces quelques lignes.

Comme à l'accoutumée avec moi, nous allons tout d'abord nous intéresser au scénario du film. Comme vous l'aurez aisément remarqué suite à la lecture du résumé ci-dessus, l'histoire de ce deuxième opus ne brille pas par son originalité. Certes, le premier volet n'était pas non plus très recherché textuellement parlant mais possédait toutefois des qualités indéniables dans son scénario : aucune longueur, des péripéties à gogo, des scènes chocs… Le public était donc en droit d'espérer une suite du même calibre avec peut-être un petit plus pour l'originalité de l'histoire mais il n'en sera rien. Bien au contraire, cette suite s'avère encore moins recherchée que son aîné et possède même des temps morts (l'introduction du film s'avère presque être un excellent somnifère) que l'on ne percevait pas lors du visionnage du premier opus.
"La mutante 2" est un film bien inégal dans son rythme. Passé l'introduction ennuyeuse, on suit les premiers meurtres de Patrick (assez intenses et fort bien réalisés notons-le) dès le premier quart d'heure, le public étant plongé dans le feu de l'action dès le générique terminé. Puis, on bascule constamment entre les passages cadencés et les séquences molles pour finalement arriver à un final assez mouvementé, même si celui-ci reste toutefois bien moins impressionnant que le final du premier opus (avec l'ignoble bébé qui s'en prenait à notre courageux Forest Whitaker rappelez-vous). Un gros regret donc que ce rythme sans arrêt entrecoupé par des séquences plus ou moins dispensables…



Heureusement, afin de mieux faire passer la pilule et tenter de palier à cette faiblesse et ces lourdeurs dans le scénario, une partie du casting de "la mutante" a été gardée pour sa suite. En effet, l'une des grandes qualités du premier épisode était sans conteste son casting regroupant des acteurs fort bien ancrés dans leurs rôles respectifs et ne commettant à aucun moment un quelconque excès dans leurs jeux d'acteur. On retrouve donc avec plaisir notre belle actrice canadienne Natasha Henstridge ("la mutante", "mon voisin le tueur", "ghosts of Mars", "riders"…) toujours dans la peau d'une mutante, Sil ayant cédé sa place à Eve. On regrette toutefois énormément que notre mutante soit bien moins présente que dans le premier opus, le personnage central de ce deuxième épisode étant UN mutant : Patrick Ross (un personnage qui ne dégage guère de sentiments mise à part cette obstination à toujours vouloir courir les filles, une interprétation basique et sans trop de charisme pour ma part), interprété par un acteur presque inconnu, Justin Lazard. En plus de Natasha Henstridge, on retrouve également deux acteurs fort présents dans le premier opus : notre traqueur professionnel Press Lenox, joué par un Michael Madsen ("kill me again", "reservoir dogs", "Thelma et Louise", "sauvez Willy", "kill Bill", "blueberry"…) toujours aussi cynique et macho sur les bords (un personnage au final très attachant), et l'actrice Marg Helgenberger (notre désormais célèbre Catherine Willows dans la série "les experts" mais ayant également joué dans "bad boys" et "la mutante" principalement) dans le rôle du docteur Laura Baker, un personnage toujours plein de charisme et sans fausse note. Pour ce qui est des nouveaux venus dans la saga, on notera la présence de l'acteur Mykelti Wiliamson ("sauvez Willy", "heat", "Forrest Gump", "les ailes de l'enfer", "Ali", "les rois du désert"…) dans le rôle d'un astronaute qui se liera à Press Lenox pour traquer son vieil ami Patrick, et on remarquera la présence de James Cromwell ("Romeo is bleeding", "Babe, le cochon devenu berger", "l'effaceur", "L.A. Confidential", "deep impact", "la ligne verte", "raptor", "I, robot", "Spiderman 3"…) dans le rôle du père de Patrick, un homme qui reproche à son fils de trop glaner avec les filles au lieu de se construire un véritable avenir de politicien.

On appréciera également dans cet opus ces quelques touches d'humour distillées dans différentes séquences du film (notamment certaines remarques de Press Lenox, toujours lui) et ces quelques passages surprises amusants (je pense notamment à une scène où Press Lenox surgit à l'arrière d'une camionnette, pensant y trouver Patrick alors qu'il s'agit tout simplement d'un jeune couple en plein ébat amoureux qui s'était caché, à l'abri des regards indiscrets…) qui, malgré ce que l'on pourrait penser, ne discréditent en rien le film.



Concernant l'aspect visuel du long-métrage, on ne peut reprocher grand-chose à cet opus qui nous gratifie de plusieurs lieux d'action, tous bien distincts (dans l'espace, dans des laboratoires, dans un supermarché, dans une vieille bâtisse…), ainsi que d'effets spéciaux très saisissants. En effet, et c'est bien là la qualité à mettre indéniablement en avant, certaines scènes valent réellement le coup d'œil (à condition de visionner la version uncut du film bien entendu, le fil diffusé sur les chaînes câblées étant une version très censurée, encore plus que la version déjà bien charcutée du premier volet). L'hémoglobine coule à flot dans cet opus qui n'hésite pas à nous gratifier de scènes assez gores (un bébé qui explose la cage thoracique d'une victime de Patrick, un énorme tentacule qui sort du ventre d'une autre femme pour aller se coller sur la figure de son mari, un autre tentacule qui surgit de la boîte crânienne d'un cadavre, un headshoot bien réalisé suivi d'une régénération des tissus, une transpercée de gorge, une éviscération surprise…), chose dont le premier opus se montrait parfois un peu avare (mise à part ma scène favorite des sanitaires où une victime se faisait arracher la colonne vertébrale par notre mutante). On notera également le soin apporté à la créature en fin de film qui n'est pas sans rappeler le cafard géant dans "men in black", un monstre bien réalisé qui permet au film de terminer sur un très bon point.

Je tirerai cette fois-ci mon joker pour ce qui concerne la musique, celle-ci étant sans grand intérêt (deux-trois passages de violon qui ne retiendront pas mon attention) et très peu présente tout au long du film… Juste mentionner que la bande originale est signée Ed Shearmur (ayant déjà composé les musiques de "flic de haut vol", "sexe intentions", "allumeuses!", "Johnny English", "la porte des secrets", "big movie"…). Rien d'extraordinaire en ce qui concerne son travail sur "la mutante 2" même si cela n'est pas vraiment un reproche étant donné que le manque de musique ne se fait pas trop ressentir lors du visionnage du long-métrage de Peter Medak.



Au final, cette suite de "la mutante" est loin d'être décevante mais n'arrive pas pour autant au niveau de son aîné, la faute à un scénario bien trop simple et prévisible, un rythme bien trop inégal de bout en bout ainsi qu'une mise en second plan du personnage de Natasha Henstridge (la mutante à proprement parlée qui était sans conteste l'une des fiertés du premier volet de la saga, l'actrice avait d'ailleurs été récompensée pour sa prestation) au profit d'un acteur (jouant le rôle du mutant Patrick) pas assez charismatique à mon goût. Par contre, les scènes gores sont bel et bien présentes et méritent à elles seules que l'on donne une chance à ce film, car c'est bien là, avec le casting méritant, le seul réel intérêt de cet opus.
Un film à voir pour le plaisir des yeux surtout!