RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.5
(24 votes)
Alice Johnson est sujette à des cauchemars alors qu'elle est éveillée. Elle a des visions de Freddy Krueger, que tout le monde croit définitivement mort. Elle s'aperçoit très vite qu'elle est enceinte et que Freddy utilise les rêves de son bébé pour faire à nouveau parler de lui, et avoir une fenêtre sur le monde réel.



Avec "L'enfant du cauchemar", le croquemitaine créé par Wes Craven perdait ce qui faisait sa substance même: la Peur. Déjà amorcé par "Le cauchemar de Freddy" de Renny Harlin ("Peur bleue", "Profession profiler"), la pente descendante vers un univers de plus en plus délirant se poursuit. Il n'est guère étonnant qu'à ce sujet le film de Stephen Hopkins ("Predator 2", la série 24, "Les châtiments") ait fortement déçu lors de sa sortie les fans de Freddy Krueger, qui étaient venus pour assister à un quota de morts. N'oublions pas que nous sommes alors dans un âge d'or des slashers et que la concurrence se fait rude du côté de Crystal Lake et d'Haddonfield. Or, les concepteurs de ce cinquième chapitre misent plutôt sur un ton décalé (Freddy faisant du skateboard, l'utilisation de l'univers de la BD qui arrive comme un cheveu sur la soupe), ce qui fait que cet "Enfant du cauchemar" ne procure jamais les frissons escomptés.



Palliant ce manque, "Freddy 5" creuse un peu plus le mythe de Freddy, allant jusqu'à remonter à sa naissance. C'est l'occasion d'une scène assez "dérangeante" où Amanda se fait violer par des fous. On sait ce qu'il advint par la suite puisque de là naquit le terrible Freddy Krueger. Au travers de cette naissance, on a le parallélisme qui est fait avec l'actualité d'Alice, elle-même enceinte. Un "heureux" événement que Freddy va exploiter car les bébés passent leur temps à rêver. Une idée originale qui permet de relancer la série alors qu'on pensait l'homme aux griffes d'acier à jamais tombé dans les limbes de l'oubli.

Comme pour le précédent épisode, on ne compte pas de grandes vedettes venues se faire équarrir par notre grand brûlé. Bien sûr, toujours fidèle au poste, Robert Englund, reprend le déguisement de Freddy Krueger. Dans le rôle principal de l'héroïne, qui va tenter de lutter contre son retour, on retrouve Lisa Wilcox (une spécialiste des séries télé: "Côte Ouest", "Walker Texas Ranger"- et qui a peu officié au cinéma finalement!). Les vraies stars du film sont les effets spéciaux. C'est l'occasion pour KNB de montrer toute l'étendue de leur savoir faire en matière d'effets spéciaux (on notera à ce sujet l'étonnante fusion d'un homme avec sa moto).



**Attention SPOILERS **
On regrettera que finalement, l'histoire ne soit pas poussée dans des retranchements tragiques et qu'Alice ne soit pas contrainte de se suicider. D'ailleurs pour arriver à battre définitivement (mais le mal peut-il disparaître définitivement?) Freddy Krueger, il faut l'aide d'Amanda (la propre mère du tueur) qui enferme sa progéniture dans son ventre, comme dans une imagerie tirée de Lovecraft (mais sans les tentacules). Dans cette dernière partie, c'est d'ailleurs l'occasion de se lâcher véritablement et les décorateurs s' inspirent des travaux d'Escher, un artiste néerlandais, qui avait fait des représentations de constructions impossibles, comme des escaliers, aussi bien à l'endroit qu'à l'envers, et qui contribuent à la perte des repères spatiaux. Un vrai travail esthétique et de recherche d'un univers à part, dont l'on peut créditer les scénaristes de cet épisode.
**Fin SPOILERS**



Sans parvenir à une conclusion définitive, "A nightmare on Elm Street 5", concourt à donner une vision d'une strate de l'enfer. La fin des années 80 est d'ailleurs propice à ce type d'expérimentations au cinéma (Cf. "Hellraiser 2").
Dorénavant, Freddy Krueger ne fait plus peur, mais est bien devenu une espèce d'amuseur public, comme si les producteurs étaient conscients que son personnage était devenu trop proche du public. Il faudra attendre que Wes Craven soit de retour à la barre pour rehausser sa création, avec "Freddy sort de la nuit". En attendant, ce nouvel épisode s'avère assez mal rythmé et bien trop mou pour emporter une franche et totale adhésion.