RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
John Shiban

Scénariste
John Shiban

Date de sortie
2006

Genre
survival

Tagline


Cast
Jaimie Alexander
Joey Mendicino
Deanna Russo
Joseph Lawrence
Nick Orefice…


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Bear McCreary

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3.7
(7 votes)
Nicole et son petit ami Jess partent sur les routes en direction de la Californie. Après avoir failli être percuté par un chauffard conduisant un pick-up jaune, ils s'arrêtent en chemin sur une aire de repos qui semble abandonnée. Quand Nicole ressort des toilettes, Jess et sa voiture ont disparu. Commence alors un dangereux jeu du chat et de la souris entre Nicole et le conducteur du pick-up qui est revenu et qui s'avère être un dangereux psychopathe adepte de la torture…



John Shiban a débuté sa carrière de réalisateur en 2002, en mettant en scène un épisode de la série culte "The X Files", il s'agit de l'épisode 12 de la saison 9 ("Dans les Abîmes"). Auparavant il était surtout connu pour ses talents de scénariste, notamment pour les X-Files mais aussi pour la série dérivée basée sur les "Lone Gunmen", pour "Star Trek Enterprise" et plus récemment pour la série Supernaturals. C'est en 2006 qu'il décide de repasser derrière la caméra pour mettre en image son scénario intitulé "Rest Stop".

"Rest Stop" surfe sur la lignée des "survivals", genre à nouveau très en vogue depuis le succès de films comme "Haute tension", "La colline a des yeux 2006" ou bien encore "Wolf creek". C'est d'ailleurs à ce dernier que "Rest Stop" se rapproche le plus. Route désertique, tueur pervers conduisant un pick-up et qui prend un malin plaisir à torturer ses victimes, nombreuses personnes qui "disparaissent" sur cette aire de repos abandonnée. Vous l'aurez compris, le film de John Shiban n'aura pas l'Oscar du scénario le plus original. Ni celui du meilleur film d'ailleurs…


Et c'est en effet ce côté "déjà vu" qui fait que "Rest Stop" ne restera pas comme l'un des meilleurs films du genre et l'empêche de se hisser dans notre esprit comme un film marquant ou novateur. Pire encore, certaines scènes sont tellement téléphonées qu'on se demande si on ne nous prend pas pour des idiots. Je citerai juste la séquence du policier venant aider Nicole dans l'aire de repos. Celle-ci lui explique qu'un psychopathe se balade dans un pick-up jaune, qu'il a sûrement kidnappé et tué son petit ami et croyez-le ou non, quand le tueur revient sur les lieux, le flic va à sa rencontre comme s'il s'agissait de monsieur tout le monde, le questionne rapidement puis le laisse partir comme si de rien n'était. Vous vous doutez bien de la suite…
Franchement, ce genre d'effet ultra connu, on aimerait bien ne plus les voir, ou alors, de façon plus originale parce que là, c'est quand même un peu gros.

On peut également se demander l'utilité de certaines séquences, comme celle du camion caravane par exemple. Certes, l'ambiance qui se dégage de cette scène est assez étrange et malsaine, notamment quand Nicole découvre qui se cache dans l'arrière salle du véhicule. Mais honnêtement, j'ai trouvé ça d'une gratuité totale et ça n'apporte pas grand-chose en fait, même si les images lors du générique de fin nous donnent quelques précisions sur cette famille de prédicateurs bizarroïdes.



Autre détail qui ne m'a guère convaincu, il s'agit de l'interprétation et plus particulièrement du personnage de Nicole, jouée par Jaimie Alexander. Ce n'est pas qu'elle joue mal, mais je ne sais pas comment l'expliquer, elle ne m'a pas paru assez crédible dans les scènes de tensions, ce qui fait que je ne ressentais pas grand-chose pour elle, alors qu'elle est quand même bien tourmentée par ce psychopathe. Il lui manque un petit quelque chose pour emporter mon adhésion au niveau de sa prestation dans ce film. Ce qui est dommage car si le spectateur ne parvient pas à s'attacher au personnage principal, son ressenti devant le film a de grandes chances de lorgner vers le négatif. Heureusement, le film a quand même des qualités qui font que je le situerai dans une bonne moyenne.

En effet, malgré ses quelques points négatifs, "Rest Stop" n'est pas un mauvais film. Il possède un certain charme et de bonnes idées. Déjà, le fait que l'action du film se situe principalement dans un endroit exigu (les toilettes de l'aire de repos) est une bonne chose car cela permet de créer un huis clos assez prenant, et de faire naître quelques séquences de tension assez sympathiques. Ensuite, lors des phases de poursuites entre l'héroïne et le psychopathe à bord de son véhicule, le spectateur ne peut s'empêcher de penser à "Duel" de Steven Spielberg ou plus récemment à "Jeepers Creepers". Du déjà vu encore mais les clins d'œil fonctionnent bien.

On retiendra surtout le passage de torture que réserve le psychopathe à une victime, qui fait automatiquement penser à "Hostel" en plus graphique niveau violence. Une séquence assez "choc" qui ravira les amateurs appréciant l'utilisation d'une perceuse dans un film d'horreur…

SPOILERS

On appréciera aussi le fait que le réalisateur veuille s'aventurer hors du sentier balisé du survival en incluant le paranormal dans son film. La présence des spectres des anciennes victimes du tueur est une bonne idée en soit, dommage qu'elle tombe comme un cheveu sur la soupe. A la vision du film, on se dit que John Shiban ne savait pas trop comment conjuguer toutes ses idées et cela donne au final un film un peu hybride, qui ne sait plus trop sur quel pied danser.

FIN SPOILERS



"Rest Stop" est donc un film un peu bancal, qui emprunte à trop de films connus pour s'avérer original et novateur. Néanmoins, il reste agréable à regarder et certaines scènes s'avèrent réellement efficaces, que ce soit au niveau du suspense, de la tension ou du gore. On appréciera le personnage du psychopathe, bien cinglé dans sa tête et sadique comme il faut. Un film en demi-teinte, qui trouvera certainement son public parmi les novices en survival…








Du même réalisateur :