RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5
(2 votes)
Un vampire, gardien de nuit dans une banque du sang tombe amoureux d'une collègue de bureau ; un pédiatre décide, pour sa dernière émission radio, de se rendre dans une demeure où vit une petite fille très mal élevée ; dans un restaurant au bord de la faillite, un commis trouve la recette miracle qui attire toute la clientèle du comté.



LE VAMPIRE RECALCITRANT :

Certainement pas le plus sanglant des épisodes, mais l'un des plus drôles, à coup sûr, car truffé de références et de pastiches des films de genre (cf. le cercueil escamotable) ! Malcolm McDowell (Monsieur "Orange mécanique"), affublé pour l'occasion d'une ridicule queue de cheval, est formidable dans son rôle de vampire fatigué au nom prédestiné ("Longtooth", dent longue en français) qui, pendant des années, a tué de nombreux humains pour se nourrir et se retrouve désormais gardien de nuit dans une banque du sang. Ici, avec son rat domestique, il peut à loisir et en toute impunité, déguster du plasma d'origines diverses et variées. Toutefois, les affaires sont rudes et Longtooth est obligé de sortir la nuit et de tuer de nouveau afin de renflouer les caisses. Très tôt, il est suspecté par son avide et désagréable patron associé à l'inusable Dr. Van Helsing. Ce dernier est campé par un Michaël Berryman au sommet de sa forme, et qui peut, encore une fois, remercier dame nature de l'avoir doté d'une apparence ô combien propice aux films d'horreur ! Ses yeux gigantesques et sa démarche authentique collent parfaitement au personnage du célèbre chasseur de vampires à la fois mystérieux et inquiétant. George Wendt, le patron impitoyable, est également excellent tant il accentue le trait sur la méchanceté et la vénalité de ce type de protagoniste. Enfin, n'oublions pas de signaler la présence au casting de Sandra Dickinson, la secrétaire vieille fille frustrée sexuellement et très attirée par notre vampire aux dents longues. Pour les fans, "Le vampire récalcitrant" sera donc très sympathique à regarder entre deux épisodes de la série qu'on voudra plus saignants...



LA DERNIERE MISSION :

Assurément l'un des plus sombres épisodes de la série et ce malgré un certain manque de sang et d'action. Ce conte est tout simplement le condensé adéquat d'une très bonne distribution, d'un décor sinistre hyper bien choisi et d'un scénario qui fait froid dans le dos.
Le docteur Alan Getz, autrefois psychologue pour enfants de renom, donne désormais des conseils aux mères désespérées demandant de l'aide par la voie des ondes hertziennes. Son leitmotiv : ignorez le comportement rebelle de vos enfants. Quand son producteur menace de le licencier, le docteur se sert de sa plus fidèle auditrice en promettant personnellement de venir soigner sa fille, Felicity, à son domicile. Mauvaise idée puisque la fille, tout comme la mère est mentalement très instable et vit dans un univers qu'elle s'est imaginé. Les enfants psychotiques sont effrayants, c'est bien connu, pensez à l'adorable Damien ! Ils le sont encore plus lorsque, comme dans ce conte, ils portent des masques blancs sur le visage et qu'ils vous font tourner en bourrique quand ils jouent à cache-cache dans une demeure labyrinthique ! A côté de cela, David Warner est excellent dans le rôle de l'odieux docteur sûr de son fait. Zelda Rubinstein (vous savez la naine exorciste de "Poltergeist" à la voix suraiguë insupportable !), quant à elle, interprète parfaitement la mère frappadingue. Ce conte rassemble à lui seul exactement ce que l'on attend de ce type de série : une bonne dose de terreur, un côté malsain, de l'humour noir et un twist final très surprenant. Toutefois, la réalisation n'avait pas été confiée à n'importe qui non plus. Peter Medak n'est en effet pas un débutant, puisque déjà dans "L'enfant du diable" (une sombre histoire de maison hantée où un esprit tente de communiquer avec le nouveau locataire), il avait montré qu'il savait comment créer une atmosphère claustrophobe à souhait. A recommander hautement !



QU'EST-CE QUE TU MIJOTES ? :


Une histoire sympathique et pas prise de tête, un peu de gore, de l'humour morbide et des visages connus dans des rôles inhabituels. Voici à peu près ce que tout bon fan des contes de la crypte est en droit d'attendre d'un épisode de bonne facture. Eh bien c'est ce que l'on retrouve dans ce segment où le regretté Christopher Reeve en patron de restaurant dont tous les plats sont à base de calmar (pas très rentable comme plan ma foi !) est menacé d'expulsion par son propriétaire, monsieur Chumley. Puis, comme tombé du ciel, Gaston, un des sans abri du coin, lui propose une recette de steak infaillible et ultra rentable. Le restaurant "Fred and Erma" transformé rapidement en grill devient petit à petit le must incontournable de la région entière en matière de steak. Quel est toutefois l'ingrédient secret utilisé par Gaston ? Et où est passé monsieur Chumley qui a disparu très soudainement sans laisser la moindre trace ?
Bon, vous l'aurez deviné car vous êtes hyper malins, il y a du "Eating Raoul" de Paul Bartel là-dessous puisque vous aurez vite saisi de quelle viande proviennent les steaks.
Certes, le scénario n'offre aucune surprise, mais c'est rondement réalisé par Gilbert Adler (l'un des principaux producteurs de la franchise), les acteurs sont habités (Christopher Reeve, Art LaFleur et Meat Loaf -qui a dû être choisi pour son nom de scène- sont très crédibles, et notamment Judd Nelson, qui semble prendre beaucoup de plaisir à jouer les fournisseurs de viande fraîche!) et il y a très peu de temps morts.
En outre, c'est vrai que ces steaks, malgré leur provenance plus que douteuse, ont l'air très appétissants, alors foncez sur le menu !










Du même réalisateur :