RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.1
(8 votes)
Caleb, Tyler, Pogue et Reid sont les descendants des familles qui fondèrent leur ville à l'époque des sorcières de Salem. Chacun d'eux est l'héritier de grands pouvoirs magiques qui se transmettent à l'aîné de chaque famille. Le lendemain d'une fête étudiante illégale sur une plage non loin de la ville, le corps d'un universitaire visiblement mort d'une overdose est retrouvé dans sa voiture. Immédiatement, les soupçons se portent sur les quatre mystérieux garçons qui eux, savent que quelque chose cloche au sein de leur école et que quelqu'un en veut probablement à leurs pouvoirs. C'est dans ce climat tendu que Caleb s'éprend d'une énigmatique nouvelle étudiante qui se sent constamment épiée et rencontre Chase, un nouveau qui semble en savoir plus qu'il en a l'air sur les quatre amis.



Bon… On sait bien que quand on va voir un film de Renny Harlin, on ne va pas assister à la projection d'un grand film. On s'attend plutôt à se vider la tête devant une pellicule divertissante, généreuse et efficace mais sans grande originalité. Ben figurez vous qu'avec "Le Pacte du Sang", Renny Harlin ne remplit même pas ce contrat passé licitement avec le spectateur. La dernière réalisation de l'auteur des plutôt bons "58 minutes pour vivre", "Ford Fairlane", "Au Revoir à Jamais" et de sympathiques navets comme "Profession : Profiler", "L'Exorciste au Commencement" et "Driven" est un échec total au capital sympathie niveau zéro.



Déjà, il y a ce scénario, qui à l'image du pitch, est dénué de toute originalité et apparaît comme une resucée d'Harry Potter pour grands ados mal dans leur peau, ou de "Dangereuse Alliance". Si ce n'était que ça, passe encore, mais le problème est qu'il n'y a aucun enjeu dans tout le film et que l'on se contrefiche totalement du sort des quatre garçons dont le seul véritable but est de préserver leur secret ancestral (on a vu plus palpitant !). Et lorsque arrive le traditionnel face à face final, on a plus hâte que ça se termine au plus vite qu'autre chose. Bref, on se croirait dans l'un des mauvais films de David DeCoteau, le casting masculin composé de beaux gosses ne faisant que renforcer la comparaison avec les films de ce réalisateur.



Impossible, donc, de rentrer dans le film à moins de n'avoir jamais été au cinéma de sa vie, chose plutôt ardue de nos jours. Impossibilité renforcée par des acteurs d'une insipidité si affligeante qu'il en devient difficile de distinguer les personnages principaux. Et la distinction de se faire carrément impossible lorsque le chef maquilleur leur fait mettre des lentilles noires façon "métalleux" en colère lorsque les quatre ados s'énervent et que le chef des costumes les accoutre façon "Matrix" ou "Blade" lorsqu'ils sortent le soir.



Les effets spéciaux tout en CGI rappellent les téléfilms catastrophes fauchés du samedi soir. Ils se limitent à quelques boules d'énergies translucides pas du tout impressionnantes et à deux, trois cascades, allez soyons gentils, plutôt marrantes. La réalisation de Renny Harlin est vraiment basique et jamais inventive excepté au niveau de quelques décors et éclairages qui donnent un petit aspect gothique pas désagréable au film, mais là j'essaie vraiment de positiver…