RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Cliquez pour noter..
Bon, ben maintenant faudrait penser à arrêter de fumer des pétards, et à faire un film, hein ? Là, je suis censé faire un résumé de l'histoire. Censé car, dans le cas présent, ça risque d'être difficile car j'ai eu un peu de mal à saisir les tenants et les aboutissants de ce métrage. Un inspecteur de police arrive dans un lycée, où traînent plein d'armes et cartouches de fusils vides. Mais qu'a-t-il bien pu se passer ? Les élèves semblent s'être rebellés contre des professeurs trop exigeants, écrasant l'éducation dans un bain de sang.



Ce n'est plus un mystère pour personne, je suis un fan de Troma. Un fan éclairé et conscient que la firme New Yorkaise est capable de nous présenter le meilleur comme le pire. Et là, en un seul métrage, il nous est jeté en pâture, le pire comme le meilleur.

Commençons donc par le pire si vous n'y voyez pas d'inconvénient. Déjà, la photographie est immonde. Certes, le lycée où "Medley" a été réalisé est fort propice à un tournage. Cependant, l'image immonde dessert le film au plus haut degré. Des plans surexposés, d'autres sous-exposés et l'on passera sur le cadrage raté de certaines scènes où sur l'inutilité agaçante de quelques plans.

Le problème majeur est que le scénario ne sauve pas les meubles.



A vrai dire, le script brûle lesdits meubles. Incompréhensible et brouillon sont les deux qualificatifs qui me paraissent les plus appropriés en l'espèce.

"- Ah, mais il est pas mort il y a deux secondes, lui ?
- J'sais pas, je le reconnais pas, il sort d'où celui-là ?
- Tu peux revenir en arrière, j'ai pô compris pourquoi il l'a tué.
- Bah, pourtant ça me paraît assez simple : il lui a donné une mauvaise note.
- Ah."

Voilà à peu près ce que cela pourrait donner si vous trouviez quelqu'un pour regarder le film avec vous. Le scénario est donc assez incompréhensible. Peut-être ne faut-il pas y chercher une quelconque histoire, mais plutôt une succession de scènes de violence scolaire ?



Quoiqu'il en soit, ce ne sera pas le montage anarchique (démontage ?) qui vous servira de fil rouge pour ne pas vous perdre dans les méandres de l'esprit enfumé des créateurs de "Medley". Et pourtant – petits coquins que vous êtes – la note attribuée est au-dessus de la moyenne.
Et bien, oui, car il est parfois essentiel de se laisser glisser dans les délires cinématographiques de certains cinéastes, sans y trouver une quelconque signification. Justement, c'est là que le film prendra tout son sens : un gros trip déjanté monté à la sauvage.

Le résultat est pour le moins électrique, à peu de chose près, trois milles volts entre les oreilles, et droit dans les yeux.



Un Troma Made In Italy qui n'a pas froid aux yeux donc. Les élèves rivalisent d'idées pour se dispenser de cours, ou pour annihiler leurs enseignants. Ces derniers sont, quant à eux, fort cruels, et n'hésitent pas à mépriser leurs élèves.

Pour sûr ce n'est pas le film du siècle, pourtant ce débordement d'énergie ne saurait que satisfaire les tromites (Fan de Troma), surtout ceux qui auront apprécié "Atomic college". Pour les autres, les "anciens", peut-être cela vous rappellera-t-il un certain mois de mai.








Du même réalisateur :