RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Lamberto Bava

Scénariste
Lamberto Bava, Dardano Sacchetti

Date de sortie
1988

Genre
diable et démons

Tagline


Cast
Paolo Malco
Virginia Bryant
Sabrina Ferilli


Pays
Italie

Production


Musique
Simon Boswell

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3.8
(5 votes)
Un couple composé d'une écrivain, son mari et leur jeune fils, décide de passer ses vacances dans un village reculé de l'Italie. Décidés à passer un agréable séjour, ils ont loué un petit château qui semble connu alentours pour les légendes qu'il transporte. C'est dans cet endroit que "Cheryl" revivra les cauchemars de son enfance…



Ce film faisant partie de la série Brivido Giallo au même titre que "le château de Yurek", et bien que tourné avant ce dernier, il paraît néammoins légèrement plus abouti.
Le casting se révèle relativement banal, on y retrouve cependant Paolo Malco qui manie la hache comme à la grande époque. L'interprétation soporifique ne laisse à aucun moment place à un zeste d'enthousiasme et de crédibilité quant à la nature des personnages, ce n'est donc pas là qu'il faut chercher les qualités du film.



La force du métrage réside avant toute chose dans les décors naturels très féériques. C'est ainsi que nous découvriront, en écoutant la musique de Simon Boswell, une partie de l'Italie traditionnelle et envoutante. Lamberto Bava sait plutôt bien nous faire partager sa vision du conte de fée moderne, avec son ogre et son imagerie magique, c'est pourquoi on trouvera dommage qu'il n'eut pas bénéficié d'éclairages travaillés car le cadre se révèle particulièrement bien choisi. Simplicité ne rime pas toujours avec efficacité.



C'est en abordant le problème de la photographie que nous évoquerons le problème des effets : du mannequin mousse aux prothèses plutôt convaincantes il y a une demi mesure, demi mesure qui n'est hélas pas exploitée ici, en effet, il n'y a pratiquement pas d'effets de maquillage. Les sporadiques scènes à effets ne sont de plus pas bien mises en valeur, ce qui résulte en un aspect caricatural de téléfilm des plus déplaisant.



"La maison de l'Ogre", tel que évoqué plus haut, souffre d'un cruel manque de rythme et ce n'est pas le scénario volontairement simpliste qui va venir au secours de ce sombre détail, ni même la fort jolie poitrine de Sabrina Ferilli. Fort heureusement, l'ambiance et la musique viennent au secours de l'ensemble et font un peu plus que sauver les meubles. A voir par curiosité et pour se rendre compte de la liberté passée du direct-to-tv. A noter que le film, bien qu'ayant été prévu pour la télévision, est disponible en 1.66…

La maison de l'Ogre est connu sous une miriade de titres, notamment Ghosthouse 2 et Démons 3.