RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Tod Browning

Scénariste
Waldemar Young

Date de sortie
1927

Genre
insolite

Tagline


Cast
Lon Chaney
Joan Crawford
Norman Kerry
Nick de Ruiz
John George
Frank Lanning…


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
/

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 5.6
(8 votes)
Alonzo fait partie d'un cirque gitan. Il est fol amoureux de Nanon et prêt à tout pour obtenir son amour. Mais Nanon ne supporte pas le contact des mains des hommes. Ca tombe bien, Alonzo n'a pas de bras. Du moins en apparence…



Lon Chaney et Tod Browning. Une collaboration ayant donné au cinéma de nombreux films d'excellente facture, comme "The unholy three" en 1925, "L'oiseau noir" et "La route de mandalay" en 1926, l'incontournable mais définitivement perdu "Londres apres minuit" en 1927, ou bien encore "A l'ouest de zanzibar" en 1928. Des films qui ne rentrent pas forcément tous dans le genre "fantastique/horreur" mais qui mettent en scène des personnages insolites, étranges, interprétés avec le talent magistral de Lon Chaney, sûrement le plus grand acteur du cinéma muet. Insolite, ce n'est pas son personnage d'Alonzo dans "L'inconnu" qui viendra contredire mes propos.

L'univers du cirque n'est pas inconnu pour Tod Browning, puisqu'il a passé sa jeunesse dans un vrai cirque, en réalisant un numéro d'homme enterré vivant, ce qui nous donne déjà des indications sur son amour pour l'étrange et l'insolite. C'est dans cet univers qu'il choisit de placer l'action de son film. Une belle gitane ne voulant pas que les hommes la touche, un monsieur muscle amoureux de la gitane, un nain et un homme sans bras amoureux également de la gitane. Voilà les principaux protagonistes placés sur l'échiquier de cette tragédie. Car c'est bien d'une tragédie qu'il s'agit ici, avec un scénario et des retournements de situations que n'aurait pas renié le grand William Shakespeare.



En effet, avec cette galerie de personnages atypiques, et en particulier Alonzo, Tod Browning brode une histoire où Amour et Haine règnent en maître. Des sentiments exacerbés qui feront commettre l'irréparable à Alonzo, prêt à tout pour que Nanon ne lui appartienne qu'à lui seul. Prêt à tuer le père de sa bien aimée qui ne veut pas que sa fille le fréquente, prêt à vivre les deux bras compressés dans un corset pour que Nanon n'est rien à craindre de lui, astuce lui permettant également de cacher la difformité de son pouce et de passer inaperçu au yeux de la police, notre homme ayant sûrement de vilaines choses à cacher. Des sentiments qui le pousseront même à aller encore plus loin, à mentir auprès de Malabar, son rival masculin, et surtout, à faire une chose que je ne vous dévoilerai pas pour ne pas gâcher la vision du film, cet acte étant mis en parallèle avec une autre séquence, au même moment, et qui lui fait prendre une tournure dramatique et tragique. L'horreur de la situation apparaît clairement au spectateur et on ne peut que saluer la composition de Lon Chaney, qui passe du rire, de la joie, aux larmes, à la détresse et à la colère. Ses expressions de visage sont tout bonnement extraordinaires et nous proposent toute une palette d'émotions qui fait que l'on n'a pas besoin de la parole, le film étant muet je vous le rappelle. Le titre du film prend alors toute sa saveur. Cet "inconnu", ce n'est pas seulement Lon Chaney, c'est également vers quoi s'aventure les personnages, poussés encore une fois par l'Amour et la Haine.



Pour jouer sans les mains, il fallait bien compenser par autre chose. Ce sera les pieds évidemment. D'ou des scènes extraordinaires, où Lon Chaney prend une cigarette et l'allume avec ses pieds, tient un verre pour boire du vin, joue de la guitare, lance des poignards ou tire à la carabine. Il faut néanmoins savoir que ce n'est pas Lon Chaney qui réalise tous ses prodiges mais une doublure, à savoir Peter Dismuki, véritable acteur sans bras, qui manie ses pieds avec une dextérité confondante.

La réalisation de Tod Browning, la progression des événements, les acteurs, tout concourt à faire de "l'inconnu" un classique du cinéma. D'ailleurs, la toute jeune Joan Crawford, qui eut une carrière exemplaire par la suite, racontera que c'est avec ce film qu'elle a le plus appris. Il est vrai qu'il ne peut laisser personne indifférent, tant son aspect mélodramatique, ces situations qui pourraient paraître invraisemblables mais nous apparaissent tellement réelles, son côté insolite encore une fois, nous entraîne dans une autre dimension, nous parle de l'amour fou, avec peut-être encore plus de passion que "Roméo et Juliette". Sûrement l'œuvre la plus aboutie de Tod Browning avec son chef d'œuvre "Freaks".



Jusqu'où peut-on aller par amour, voici la question à laquelle répond "L'inconnu", qui j'espère ne le restera pas longtemps pour vous. Remercions Henri Langlois et la Cinémathèque Française d'avoir mis la main sur une version du film en 1968, ce qui permit aux spectateurs de le découvrir dans de bonnes conditions. Version disponible en bonus sur le Dvd zone 2 de "Freaks". Un achat indispensable.