RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.5
(2 votes)
Nan Barlow se passionne pour la sorcellerie et doit rédiger une étude sur ce thème. Son professeur, Alan Driscoll, expert sur ce sujet, lui conseille de se rendre dans le petit village de Whitewood, où de nombreuses personnes accusées de sorcellerie ont été brûlées au 17ème siècle, dont la sorcière Elizabeth Selwyn. Connaissant bien ce village, Driscoll aide Nan à obtenir une chambre dans la seule auberge existante. Se rendant seule à Whitewood, avec la désapprobation de son frère et de son petit ami, Nan découvre que les croyances païennes ont encore la vie dure ici et elle se met à entendre des bruits étranges semblant émerger de sous sa chambre…



John Moxey est avant tout un homme de télé. Il a réalisé un nombre conséquent d'épisode pour des séries aussi variées que Magnum, Le Saint, Mission Impossible, Kung Fu, The Avengers, Miami Vice et bien d'autres encore, la liste serait trop longue à dresser. " The City of the Dead", connu également sous son titre américain "Horror Hotel", est son premier long métrage. Réalisé en 1960, il signe d'entrée un film très plaisant à regarder, doté d'un somptueux noir et blanc, et abordant le thème de la sorcellerie. Ca tombe bien, on va pouvoir faire la critique de son film sur le site, car il le mérite amplement ! A noter qu'il réalisera par la suite "circus of fear" en 1966.

A la lecture du casting, on retient d'emblée le nom de Christopher Lee. Certes, il s'agit ici d'un rôle mineur pour l'interprète vedette du Comte Dracula mais Lee promène sa silhouette et son regard inquiétant avec grande classe, comme à l'accoutumé. Il interprète le personnage d'Alan Driscoll, professeur d'histoire spécialisé dans la sorcellerie au 17ème siècle. Un personnage plutôt étrange, dont on se dit qu'il n'est pas très clair, et que le fait d'envoyer son élève à Whitewood, village dont on connaît l'histoire liée à la magie noire de part le prologue du film, n'est pas anodin. A tord ou à raison ? Certains éléments survenant par la suite nous éclaireront un peu mieux sur ses véritables intentions.



Le reste du casting est lui aussi très bon. Venetia Stevenson qui joue Nan Burlow est parfaite dans son personnage d'étudiante ; Patricia Jessel, dans un double rôle, est excellente également, couplée au mystérieux Valentine Dyall ; En clair, tous les acteurs participent à la réussite du film, aucun n'est en deçà d'un autre.

"The City of the Dead" est donc un film traitant du satanisme, ce qui inclut donc une certaine ambiance. Et elle est bien présente ! Les amateurs d'ambiance gothique seront aux anges car de nombreuses séquences sont baignées dans le brouillard, et les rares habitations de Whitewood donnent l'impression qu'ici, "le temps s'est arrêté" comme dira l'un des personnages à Nan Burlow.

Il ne faut pas s'attendre par contre à des scènes de possession façon "l'exorciste" évidemment. Il s'agit ici de rituel, de sacrifices humains, dédiés au Maître des Enfers. Vol d'un objet appartenant à la future victime, trouvaille d'un oiseau mort par celle-ci, patronne d'auberge inquiétante, petite fille désirant dire des choses (mettre en garde ?) aux visiteurs, moines encapuchonnés se promenant dans le vieux cimetière, ces petites manifestations installent une ambiance mystérieuse, qu'on retrouvera dans des futures productions de la Hammer par exemple. Une comparaison on ne peut plus flatteuse et qui devrait inciter les amateurs à découvrir cette oeuvre…



La disparition de Nan va être le déclencheur de la prise de conscience de son frère et de son petit ami, persuadés que quelque chose de mal lui est arrivée. Leur enquête dans le village nous permettra d'en savoir plus sur le prêtre s'occupant de l'église, ainsi que sur sa fille, dirigeant une petite bibliothèque. Cette arrivée de nouvelles têtes, bien qu'entre aperçu auparavant, relance l'intérêt du film de façon classique mais habile et permet d'en apprendre davantage sur les pratiques rituelles.

Nous aurons bien sûr droit au traditionnel combat entre les forces du bien et du mal, qui sera sans réelle surprise mais parfaitement orchestré par John Moxey. Celui-ci nous réservera d'ailleurs une petite scène à la "psychose", et on ne pourra pas dire qu'Hitchcock a copié sur Moxey ou vice-versa, les deux films ayant été réalisés la même année. Une curieuse coïncidence, peut-être l'œuvre du malin…



Personnellement, je trouve que le titre "The City of the Dead" en dit beaucoup trop. "Horror Hotel" conserve plus de suspense. Je ne parlerai même pas du résumé présent sur le dvd zone 2 édité par Aventi, qui dévoile directement l'un des secrets du film, qui, même s'il était assez aisé à deviner, aurait pu être mis de côté par l'auteur de ce résumé. Préférez le résumé du dvd édité par Bach Films ! Une fois le film terminé, on se demande si Gary Sherman ne s'en est pas inspiré pour son "reincarnations" en 1981.

Si vous aimez les films d'ambiance en noir et blanc, le gothisme anglais, les sorcières, les nappes de brouillard, les personnages inquiétants, alors ce film est fait pour vous. Disponible à très faible prix sur des sites de ventes, n'hésitez pas à vous le procurer !

Disponible chez Bach Films pour la modique somme de 7 euros :
http://www.bachfilms.com






Du même réalisateur :

CIRQUE DE LA PEUR - LE