RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(6 votes)
C'est la fin de l'année scolaire pour Anne et Lore, jeunes adolescentes cloîtrées dans un pensionnat religieux qu'elles supportent de moins en moins, faisant tourner en bourrique leurs camarades, ainsi que les prêtres et les nonnes de l'établissement. Constamment soudées, les deux créatures délaissent leurs parents pour s'adonner à des jeux pervers de plus en plus risqués, et qui vont se retourner rapidement contre elles…



Féru adepte d'une certaine poésie paillarde, Joël Séria s'inspire pour son premier film du même fait divers qui a donné vie à "Créatures Célestes" : cependant, si l'on parle bien d'une amitié "extrême" dans les deux films, ils restent particulièrement différents.
Reconnu avant tout pour "Les galettes de Pont-Aven", Séria se vautre constamment dans la drôlerie, dans le réalisme ; parfois dans le glauque ou le salace. Une autre image de la France…



Une brune, une blonde : un charmant duo… quoique malfaisant ici. La brunette, c'est la superbe (et je pèse mes mots) Jeanne Goupil, actrice fétiche de Séria ; c'est l'éternelle jolie poupée, l'éternelle jolie fille, l'éternelle vierge ; la blondinette, c'est la moins connue Catherine Wagener, qui s'aventurera deux ans plus tard chez Max Pecas, misère !

Séria tient le parfait décor ici de "comédie de mœurs" française de la belle époque : jolies filles, campagne, soleil, vacances d'été, vilaines bêtises… Un décor rural qui aurait pu parfaitement convenir à un petit film érotique soft 70's : il n'en est rien ici, ou presque.
L'œuvre de Séria se verra allégée par la censure française après une interdiction de plusieurs mois, et se fera même classer X en dehors de l'hexagone : le côté immoral et anticlérical du film n'a pas dû plaire aux censeurs, c'est bien sûr !!



Issues toutes deux d'un milieu bourgeois et stricte, Anne et Lore ont l'air de deux filles angéliques…mais visiblement, pas question de se fier aux apparences !! Même dans le pensionnat religieux où elle se trouvent durant l'année, elle n'hésitent pas à voler ou à jouer les voyeuses, épiant le baiser de deux sœurs à travers la serrure, ou "chauffant" littéralement le curé avec des confessions douteuses.
Le monde des adultes n'est qu'idioties, et ce n'est pas les convictions religieuses de certains qui les remettront sur le droit chemin ! Et au passage, Séria nous offre une séquence "messe du dimanche" tout à fait gratinée…
La campagne ensoleillée devient le terrain de jeu favori des deux pestes, ne trouvant ainsi plus aucunes limites.



Si le film se veut comme amusant dans sa première partie, les choses changent très rapidement, autant pour le spectateur que pour les deux héroïnes : très influencées par les écrits de Lautréamont ou de Baudelaire, ces demoiselles organisent une messe noire pour se lier définitivement à Satan. C'est ainsi qu'elles vont joyeusement tuer les oiseaux d'un jardinier débile ou s'adonner à un acte de pyromanie pour se venger d'un paysan.
La comédie noire se fait drame, puis film d'horreur…
C'est au détour d'une scène de séduction que Séria instaure un long, très long malaise ; une scène de séduction pourtant amusante au premier abord, tournant malheureusement au demi viol pédophile. L'ambiance se fait lourde malgré la beauté des paysages, la caméra ne lésine sur aucun détail.
Tout comme dans "Créatures célestes", la mort fait lentement son apparition, et les jeunes filles atteindront brutalement le point de non-retour. La sombre conclusion se teint de poésie macabre, rappelant une certaine "Carrie au bal du diable", bercée par une poignée de vers signés Baudelaire et une rengaine musicale aussi douce et ambiguë que les deux jeunes héroïnes.
Une perle déviante venue de notre cher pays, ça ne se refuse pas, surtout que l'on peut aujourd'hui la redécouvrir grâce à l'éditeur dvd "Mondo Macabro" : à ne pas manquer donc !!








Du même réalisateur :