RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.6
(5 votes)
Vous êtes fan de cette nouvelle vague Punk si populaire parmi les skaters et en plus vous aimez les slashers? Alors "Punk Rock Holocaust" est fait pour vous. Belial est à la tête d'une grande maison de disque. Chaque année il organise le Vans Warped Tour, un festival itinérant de musique punk, skate et barbecues! L'édition de cette année (2003), est couverte par une jeune journaliste dont les talents d'enquêteuse vont être mis à rude épreuve puisque les cadavres vont très rapidement s'accumuler. Kevin Lyman, le responsable du Vans Warped Tour semble tout faire pour couvrir l'affaire. Est-il responsable de ces crimes immondes qui frappent aussi bien le public que les musiciens ou tente-t-il seulement de préserver son projet de la faillite?



Avec son tueur affublé d'une paire de lunette de piscine, d'un bandana à damier qui lui couvre le visage et d'un katana très affûté, "Punk Rock Holocaust" ne pouvait que faire mouche.

L'originalité du "film", outre l'accoutrement du tueur, réside dans le fait qu'il n'y a aucun acteur (excepté Lloyd "Terror Firmer" Kaufman). Tous les protagonistes jouent leurs propres rôles. Cet aspect réaliste est hautement facilité par le fait que le Vans Warped Tour est un véritable festival, avec de véritables groupes de punk!

Doug Sakmann n'a donc eu "qu'à" promener sa caméra sur les lieux des festivités et de mettre en scène son tueur déjanté. Un exercice périlleux donc, puisque tout est filmé en direct, le résultat est donc brut de décoffrage.



Pour être honnête, même si la difficulté du travail que s'est imposé Doug Sakmann laisse rêveur, il faut avouer que le résultat n'est pas toujours à la hauteur. Tout particulièrement d'un point de vue matériel.
La totalité du métrage est filmé à la DV et les limites de l'engin se font vite ressentir.
L'image est très bruitée (tout particulièrement lors des séquences de nuit), et le son est parfois à la limite de l'audible. C'est tout à fait dommageable, du fait que le film se déroule majoritairement aux abords de la scène alors que des groupes sont en train de jouer.

Mais le maître mot de "Punk Rock Holocaust" étant "De la musique Punk et du fun," ses insuffisances se font vite oublier. On imagine effectivement combien il a dû être jouissif de parcourir les lieux du Vans Warped Tour à la recherche d'acteurs potentiels. Il faut dire que le public et les groupes en présence se prêtent tous au jeu avec un plaisir non feint.

Et on les comprend!



Cependant malgré le plaisir flagrant des "acteurs", le film souffre de certaines longueurs. L'action est répétitive, et après une heure on n'attend plus qu'une chose : être surpris par ce "Punk Rock Holocaust", certes fort sympathique, mais qui aurait demandé quelques approfondissements scénaristiques. Il est vrai que le film aurait gagné à ne pas être une simple promenade sur le Tour agrémenté de quelques meurtres.

Fort heureusement, le final est sympathique. La débandade la plus totale règne, et un groupe de "Français énervés" met fin au métrage. Si je mets des guillemets, c'est qu'un sérieux doute est permis quant à l'origine du groupe : The Bérets.



Au final une question se pose : est-ce véritablement un film, un coup de pub pour le Vans Warped Tour ou une succession de concerts scénarisés?

Le véritable problème est qu'il est tout à la fois, sans jamais réellement se positionner. D'où une certaine lassitude qui s'invite pour gâcher la fête. C'était inévitable: trop axé sur les concerts pour être un véritable film. Cependant le son est insuffisant durant les prestations pour prétendre au statut de DVD musical scénarisé. Reste le coup de pub, mais une publicité d'une heure et demie, c'est un peu long…

Verdict? Fun mais bancal; corrosif mais longuet… Loin d'être indispensable ou culte, "Punk Rock Holocaust" ravira tout de même les fans du Tour, des groupes en présence, et des métrages originaux.

Disponible en dvd zone 2 français chez http://www.lechatquifume.com

Une suite a été donné au film, sous le titre "Punk rock holocaust 2" en 2005.