RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.4
(9 votes)
Victoria Remmington et sa sœur sont deux délicieuses vieilles dames. Leur gentillesse n'a d'égal que leur naïveté. Alors lorsqu'elles invitent toute la famille pour leur anniversaire, celle-ci s'y rend dans l'unique but de s'attirer les faveurs des deux taties, afin de voir leur nom couché sur le testament. Toutes les personnalités les plus immondes et hypocrites sont en présence au repas de famille. Toutes? Non, car Christophe n'a pas été invité; la famille ne lui a pas pardonné ses exactions à la tête d'un culte satanique. Pourtant ce soir Christophe a envoyé un présent à ses deux tantes. Mais le cadeau va s'avérer pour le moins fumant, et sous le coup d'un quelconque sortilège les deux vieilles femmes vont se transformer en démons...



Le film débute par une plongée en abîme dans le caca amassé par la famille. Une sacrée bande d'hypocrites gluants. Tous sont plus visqueux les uns que les autres, le genre de personne que personne n'aime avoir à table pour un repas de famille.
Chaque membre en a après l'héritage et essaie de s'attirer les faveurs des deux taties, tout en enfonçant lamentablement les concurrents. Pas de doute, c'est une réussite que ces 35 premières minutes pendant lesquelles, s'il ne se passe strictement rien, les personnages sont cernés.
A la 36ème minute, les tantes sont sous l'influence d'un sort jeté par leur neveu sataniste et commence le massacre.



Ce qu'il faut savoir c'est qu'au départ la pré-production avait été faite pour un tout autre projet, un film d'action qui aurait dû s'appeler "Tallion". Mais le producteur a laissé tomber le projet avant même qu'une seule image soit tournée.
A ce moment-là un membre de l'équipe de tournage explique qu'il a un projet de film d'horreur. Comme la production se retrouve avec tout le matériau nécessaire pour le tournage, commence alors la réalisation de "Rabid Grannies". Puis, le métrage belge sera finalement acheté par Troma. Rien d'étonnant à cela tant l'esprit des mémés cannibales colle avec celui des précédentes œuvres de la compagnie New Yorkaise.

En effet la réalisation de Emmanuel Kervyn s'avère à la fois gore et drôle, et finalement on peut y observer une paire de seins. Tout y est pour faire un parfait Troma !



N'hésitant pas à faire preuve d'un humour très noir, le réalisateur belge charme par sa maîtrise d'un scénario qui s'avère au final assez original. Certes la course poursuite entre force du bien et force du mal n'a rien d'original, mais présentée sous l'angle de deux vieilles femmes cruelles et facétieuses, le mélange s'avère plutôt rafraîchissant. Si l'on pense à "BrainDead" en ce qui concerne l'alliance Humour noir & gore, il ne faut toutefois pas oublier que les mémés cannibales ont vu le jour 4 ans avant les zombies de Peter Jackson.

Loin d'être aussi gore, le film est toutefois un peu plus corrosif. Les vieilles transformées en démons jouent avec leurs victimes et n'hésitent pas à attaquer les enfants. A ce titre il existe une scène coupée très intéressante, mettant en scène l'une des deux tantes, une gamine et un chien. Probablement du fait de la présence d'une enfant, cette scène a été retirée du montage final… dommage.



La mise en scène quant à elle recèle de petites perles. Cependant les plans réellement époustouflants ne sont pas légion, et sont noyés dans une réalisation pour l'essentiel très efficace mais peu originale. Rien de suffisamment maladroit pour gâcher le plaisir.

Le véritable problème est posé par l'édition du DVD proposée par Sony. Outre une image pitoyable, la bande a été "recadrée". Pour être plus exact, Sony a coupé tout ce qui dépassait du cadre de la télévision (alors que le format original n'est nullement 1.33). On assiste donc a des scènes où les interlocuteurs sont hors-champ, parfois le nez d'un protagoniste en premier plan traîne sur l'image... Merci Sony ! (Je ne parle bien sûr pas des bonus miteux et non sous-titrés, ou je vais m'énerver). Le film valait vraiment une édition plus propre que celle-ci. A défaut…

Récompensé du prix du "meilleur film" au festival Fantasporto.

Connu aussi sous le titre "les mémés cannibales"






Du même réalisateur :