RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Cliquez pour noter..
Une chaîne britannique, (Channel 4), diffusait à l'origine cette série télévisée. Par la suite Troma a racheté les droits pour en sortir un DVD. L'histoire est simple au possible : le show s'intéresse à la vie d'un immeuble d'une banlieue de Londres. Chacun des occupants est une caricature outrancière de la faune Cockney ("Londonien issu de la classe ouvrière") et leurs habitudes n'ont rien de triste, cela va sans dire. Au rez-de-chaussée : un couple composé d'une hystérique et d'un artiste raté, en réalité vrai fainéant. A leur étage vit aussi une bimbo blonde sur laquelle on se rend vite compte qu'après ses seins il ne restait plus assez de matière pour faire un cerveau. Un étage plus haut, un couple homosexuel tout ce qu'il y a de plus caricatural. Puis une famille avec une grand-mère sous hallucinogène, un morveux de 8 ans, un adolescent boutonneux et… une mère nymphomane. Le tableau ne saurait être complet sans l'immonde félin amateur de vomi.



Crapston Villas est un jeux de mot basé sur la célèbre chaîne d'hôtel de luxe : Carlton Villas. A part le nom, rien en commun entre les deux établissements, l'un sent le cuir lustré et la carpette rouge quand l'autre respire le vomi de chat et les déchets domestiques.

C'est donc le second qui nous intéressera. En fait ce seront surtout ses occupants, hauts en couleurs.
Chaque épisode dure environ 10 minutes et s'intéresse à un personnage en particulier. Ce qui ne veut pas dire que les autres habitants de l'immeuble ne seront pas mis à contribution. Le premier épisode est centré sur le couple du rez-de-chaussée et annonce tout de suite la couleur : les protagonistes sont incroyablement travaillés.



En plus de leur aspect Bigger than life (plus vrai que nature), chacun des habitants à sa propre personnalité, son propre accent, ses sales petites manies…
Ce qui les rend attachants, ce ne sont pas leur qualités (si tant est qu'ils en aient) mais bien leurs travers, leurs innombrables défauts… et leur chat débile, répugnant et vicieux.

Il est vrai que chaque personnage du show est une tare vivante à lui tout seul. Pas de héro ou de personnage sans charme et sans relief comme les télévisions française et américaine nous en présentent trop souvent. La télévision britannique a pour sa part innové en la matière puisqu'elle présente et présentait de nombreux soaps (sorte de sitcom) mettant en scène des personnages de classes laborieuses dans leur emprise avec la vie.
Ce sont donc de ces vrais gens dont il sera question, les gens de la banlieue de Londres : les gamins taggent et cumulent les conneries, les drogues se fument et se boivent. Tout cela dans un esprit déviant de caricature outrancière bien sûr.



Là où la série réussit un véritable tour de magie, c'est que tous ces personnages, au premier abord peu attrayants, mais si authentiques, sont représentés à l'écran au travers d'une animation en pâte à modeler. Voir la bimbo se faire labourer le visage et le décolleté par le chat qui lui a préalablement vomi sur les genoux, le tout en animation, est un véritable plaisir. Plus que jouissif : jubilatoire.

A partir d'un format qui dans l'esprit collectif était synonyme de divertissement enfantin, les créateurs de Crapston Villa nous servent un divertissement résolument adulte. Tous les sujets sont traités avec un humour tel que sa place n'est pas dans les mains d'un enfant. Le langage est très cru et la représentation de la réalité l'est aussi.
Pourquoi s'embarrasser de fioriture quand on peut aller droit au but de façon complètement décalée ?



C'est cependant par cette qualité qu'un défaut (négligeable, mais défaut quand même) entache le visionnage de ce petit bijou d'animation trash : les personnages manquent parfois de détails. D'un point de vu visuel, s'entend. Mais considérant le budget qui a dû être utilisé pour la mise bas de cette série, c'est un miracle qu'il n'y ait que cette tare du point de vue technique.

Pour le reste c'est un sans faute, pour peu que vous appréciiez l'humour corrosif à l'extrême.

Mention spéciale au matou et à la grand-mère victime d'hallucinations.








Du même réalisateur :