RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.4
(10 votes)
Une bande d'ados se rend en voiture dans la zone 52 du désert américain pour une énorme fête étudiante. Trip a pour l'occasion volé à son dealer une bonne poignée d'ecstasy. Dealer qui entend bien récupérer ses pilules magiques au plus vite. Lorsque Gretchen s'aperçoit que Trip a de la drogue sur lui, elle décide de le laisser à la station service la plus proche. Mais lorsque la voiture s'arrête, elle ne veut plus redémarrer. Les cinq jeunes se rendent alors compte qu'ils sont dans un motel tout ce qu'il y a de plus normal à l'exception du fait qu'il donne l'impression d'avoir été déserté. Ils décident cependant d'y passer la nuit, mais apparemment ils ne sont pas si seuls que ça dans le motel et ce sera pour certains d'entre eux la dernière nuit de leur vie…



Ce pitch est tout ce qu'il y a de plus banal. Pourtant il cache un film plutôt original, drôle et généreux. "Reeker" est une véritable bonne surprise, rafraîchissante et sans prétention, dans le cinéma horrifique actuel. Dave Payne, le réalisateur (coupable de films dont je n'ai jamais entendu parlé comme "Just Can't Get Enough", "Alien Avenger II", "Under Oath" ou "Alien Avengers") apparaît comme un roublard de première. Il pique à tous les râteliers des films d'horreur à succès du moment (très particulièrement "Destination Finale" et "Identity") pour accoucher d'un métrage étonnant et bien barré.



Dave Payne plonge le spectateur dans un univers morbide et délirant où tout peut arriver. Dans le motel, l'aveugle du groupe de jeunes tombe nez à nez avec une femme à la mâchoire arrachée (la communication s'avère difficile), un homme tronc s'échappe d'une poubelle à toute vitesse devant les yeux de Trip, un vieil homme à la recherche de sa femme fait une crise cardiaque devant Gretchen. Et comme si ça ne suffisait pas, une entité étrange et très violente tente de tuer le groupe. Vous l'aurez compris, difficile de s'ennuyer devant "Reeker" qui, comme le dit son auteur, veut "flanquer la trouille aux spectateurs, les faire rire, leur raconter une histoire assez substantielle pour qu'ils aient quelque chose à se mettre sous la dent, mais assez légère pour qu'elle ne leur reste pas sur l'estomac". De bien bonnes intentions !



Niveau technique, pas grand-chose à reprocher à cette série B de luxe si ce n'est les flash back explicatifs trop insistants et récurrents qui font que l'on a : soit l'impression d'être pris pour un con, soit l'impression d'être beaucoup plus intelligent que la moyenne (ça dépend de l'humeur). C'est les gars de Monster Fx qui se sont occupés des maquillages spéciaux et ils ont plutôt bien fait leur boulot puisque tous les freaks du métrage sont surprenants de crédibilité. Le film dénombre plus de 300 effets visuels et rien que pour la séquence d'ouverture plus de 260 litres de sang ont été utilisé. Ca donne un bon aperçu de la générosité en effets gores du métrage.



Les acteurs, même s'il ne sont pas exceptionnels (on a là un beau panel de filmographies bien nazes qui vont de "Beethoven's 5th" (c'est pas une blague !!) à "American Pie 4" en passant par "Earth Vs. The Spider") ont l'air de croire en ce qu'il font et dégagent une énergie de groupe communicative qui donne la patate au métrage. Dave Payne, scénariste, réalisateur mais aussi compositeur a pondu une bande originale rock et dynamique qui fleure bon l'esprit grungie des années 80. Vous l'aurez compris, "Reeker" n'est certes pas un chef-d'œuvre mais une véritable bonne surprise fun, décomplexée, violente et généreuse qui vous fait passer une petite heure et demi étonnante et bien jouissive.

Sortie sur les écrans français le 31 mai 2006






Du même réalisateur :