RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 1
(2 votes)
"FLESH EATING MOTHERS est une comédie horrifique ultra sanglante très représentative du cinéma gore des années 80." Dixit uncutmovies.fr, et à vrai dire, difficile de leur donner tort. Dans une tranquille bourgade américaine, où rien de mal ne se passe et où la population de W.A.S.P. (White Anglo-Saxon Protestant : stéréotype de l'américain moyen) prospère tranquillement. Pour une raison inconnue, s'y développe un virus sexuellement transmissible, qui se répand comme une traînée de poudre. La bourgade en question est si tranquille que l'adultère y est devenu pour certain(e)s un véritable sacerdoce, facilitant ainsi la création d'une véritable épidémie. Cela s'avère plutôt ennuyeux puisque le virus ne se développe que chez les mères, les transformant en cannibales que rien ne peut repaître.



Comme majorité de film datant des années 80, la période d'exposition des personnages est longue et peu rythmée. La vie dans la petite ville se déroule sous nos yeux… rien ne s'y passant, l'ennui pointe doucement.

Fort heureusement, il est aussitôt balayé par le premier cas révélé de cannibalisme maternel.
C'est donc après une entrée en matière timide que Flesh Eating Mothers commence à se dévoiler. Les mères qui n'arrivaient plus à se rassasier, vont commencer à s'attaquer à leurs enfants.



La bonne surprise du métrage de James Aviles Martin est qu'il réussit à faire bon usage du sujet. Le scénario très simpliste est utilisé en profondeur pour un rendu emprunt d'humour potache et de gore.

A ce titre, le métrage ne déçoit pas, les Mères mangeuses de chair s'avèrent être très voraces, et peu concernées par les bonnes manières. Ainsi lorsqu'il s'agit de passer à table, les membres volent et le sang tapisse des pièces entières.
Mieux, le rendu des effets spéciaux est de très bon niveau ; on est ici très loin du rendu amateur de certains films gores allemands comme "Anthropophagous 2000". Il ne faut toutefois pas perdre de vue qu'il s'agit d'un petit budget, les prothèses et maquillages sont donc de très bonne qualité mais pourraient être perfectibles.



Flesh Eating Mothers tient donc ses promesses de la comédie et du gore.

Toutefois, et ce ne serait pas une série Z s'il en était autrement, certains acteurs sont horripilants au possible. C'est notamment le cas du médecin légiste du comté, dont la performance relève très largement du film porno semi professionnel des années 80.
Les mères, quant à elles, remplissent leur rôle avec brio, elle festoient et déchirent la chair avec moult grognements. Leur épais maquillage aide probablement à anesthésier toute velléité de comédienne du dimanche, et c'est bien mieux comme cela.



Flesh Eating Mothers de part son côté sincère (le réalisateur garde à l'esprit que le but du métrage n'est pas de décrocher un oscar, mais de satisfaire un public particulier à la demande spécifique) et perfectionniste se hisse sans difficulté parmi les meilleures sorties UNCUT.

Un titre à voir et revoir jusqu'à expiration de votre vieille VHS... ou éclatement de votre rate dilatée à force de trop rire.

Disponible (en VHS uniquement) sur le site de UNCUT MOVIES (www.uncutmovies.fr)






Du même réalisateur :