RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
James Bryan

Scénariste
Garth Eliassen

Date de sortie
1982

Genre
slashers

Tagline


Cast
Jack Mc Clelland
Mary Gail Artz
James P. Hayden
Angie Brown
Ken Carter...


Pays
Etats Unis

Production


Musique
H. Kingsley Thurer

Effets spéciaux



Cliquez pour noter..
Quatre jeunes randonneurs en quête de sensations se baladent dans une forêt de l'Oregon. Pendant ce temps-là, d'autres individus partis également découvrir les joies de la nature, se font décimer, un par un, par un homme des bois qui semble n'en être jamais sorti. Nos amis parviendront-ils à quitter cette forêt devenue un lieu hostile et inhospitalier ?



D'habitude peu enclin à descendre un film dans sa globalité, notamment en matière de slasher, je dois avouer que cette fois-ci, j'ai vraiment eu du mal à trouver quelque chose à sauver dans ce "survival naturaliste". Du genre bon public, je suis tombé sur ce qu'on appelle dans notre jargon, "une grosse bouse". Il n'y a vraiment rien à tirer de ce métrage où tout, oui mesdames et messieurs j'ai bien dit tout, contribue à saborder une entreprise vouée dès le départ à l'échec, étant donné l'étroitesse de son budget.



Le truc le plus hallucinant du film, c'est que nos randonneurs ne sont pas seuls dans cette forêt, tenant plus du centre commercial pour touristes avides de découvrir la nature sous tous ces aspects, que du bois pépère où il fait bon flâner afin d'oublier le stress quotidien du milieu urbain. En effet, on rencontre ça et là, d'autres promeneurs, des campeurs (dont un en chaise roulante !), un ornithologue, un photographe, un couple de jeunes mariés qui forniquent dans un van (un air de déjà-vu, non ?), un pêcheur, une peintre avec son gamin en bas âge (ce qui est pour sûr un bon moyen d'être au calme et en communion avec la nature que l'on souhaite immortaliser sur la toile !). Ah oui, il y a aussi un tueur mystérieux, un shérif obèse accompagné de son fidèle adjoint qui sont censés enquêter sur les étranges disparitions qui depuis quelques temps sont foison de ce côté-ci de la région.



Le tueur, assez réussi niveau costume et part de mystère, est une sorte de Jupiter de "La colline a des yeux", affublé d'un costume de viking et arborant une barbe de taliban. Ne s'exprimant que par des borborygmes, il peut paraître déroutant, d'autant qu'au début du film il apparaît totalement silencieux et dans l'ombre des arbres avant de commettre ses assassinats. Il perd toutefois toute crédibilité à partir du moment où le scénariste a décidé, on ne sait pour quelle raison obscure, de lui faire annoncer sa présence par un rire très audible façon vieux pirate des mers !

La trame, sans réel fil conducteur, nous propose de suivre les pérégrinations des quatre jeunes randonneurs qui passent leur temps à se scinder en groupes de deux et à essayer de se retrouver tout en se faisant poursuivre par le tueur des bois et en explorant la cabane de ce dernier. Ces scènes sont entrecoupées de scénettes où l'on voit notre meurtrier occire des promeneurs égarés ou bien d'autres où l'on assiste aux esquisses de recherches organisées par les forces de l'ordre, mettant un temps interminable pour se décider à choisir tel ou tel plan d'action efficace (pendant ce temps-là des gens ont disparu et d'autres continuent à se faire massacrer !).

Ce film frôle les bas-fonds abyssaux de la nullité. Vous ai-je dit qu'aucun acteur ne savait jouer et qu'ils étaient fades à en mourir, si bien qu'on les confond très souvent (notamment les deux filles du groupe de randonneurs)? Ai-je mentionné l'existence d'un réel script et de véritables dialogues ? Ai-je encore parlé de la musique, probablement composée par un singe savant sur son Bontempi et des bits de banjos supposés nous rappeler un film ("Delivrance" pour les incultes) dont Le tueur de la forêt n'arrive même pas au niveau des orteils ? De même, ai-je omis de vous dire que les effets de caméra étaient si pauvres qu'on arrivait presque pas à distinguer les intentions meurtrières du serial killer d'autres actions à caractère bénin ? Enfin, ai-je parlé des effets gore incroyablement cheap qui suscitent plus les rires qu'une profonde révulsion ?



Non ? Bon, ben si tout cela n'a pas été clairement relaté, je vais derechef réparer cet oubli. Alors les scènes gore ne sont pas innovantes pour deux sous, tout est atrocement filmé, les acteurs sont encore pires que des amateurs, car ces derniers, eux, sont au moins excusables pour leur interprétation et la musique est proprement ahurissante (attention, j'ai pas dit que c'était de la bonne musique, c'est juste que le score métallique est ici très malvenu !). Les homicides auraient pu être sympas, puisque notre homme des cavernes tue à la machette, à la lance, à la hache et quand il ne peut faire autrement, avec ses mains ! Et qu'en plus les meurtres sont au nombre de treize (5 femmes, 8 hommes), ce qui pouvait largement combler nos attentes ! Seulement voilà, c'est tellement incohérent (aucune logique interne, on passe du coq à l'âne et la police locale met des plombes avant de réagir), prévisible (la scène du feu de camp, pour ne citer que celle-ci), mal réalisé (la caméra tremble et parfois il est difficile de distinguer les individus apparaissant à l'écran) et avec un casting pitoyable, insipide (aucun des protagonistes n'arrive à dégager ne serait-ce qu'un semblant d'émotion, sauf peut-être le tueur, seul personnage qui ne parle pas, c'était peut-être ça le secret d'un slasher réussi, un film muet !), que ça en devient très vite lassant pour rester poli !

Trois trucs seulement valent qu'on s'y attarde cinq minutes : un campeur qui se fait dézinguer après avoir été enfermé dans son sac de couchage puis suspendu à un arbre après une blague de ses potes ! Puis, un randonneur qui en tue un autre par accident (d'ailleurs c'est trop mal filmé qu'on a vraiment du mal à se rendre compte qu'il s'agissait de "deux gentils" !) et qui n'arrête pas de dire : "je suis désolé, je suis désolé" ! Et enfin, une fin très violente mais qui arrive un peu trop tard pour rendre le film digne de "La colline a des yeux" ou bien encore de "Survivance" auxquels il semble être directement affilié.

En clair, c'est l'un des plus mauvais films qu'il m'ait été donné de voir, et pourtant, j'en ai vu des navets, croyez-moi ! J'ai même dû en chroniquer ! Mais là, j'ai presque envie de dire que mes yeux de cinéphiles pourtant avertis, se sont fait violer par une horreur sans nom ! Enfin si elle s'appelle Le tueur de la forêt et elle est à éviter à tout prix sauf pour les inconditionnels du slasher hyper cheap !

Connu aussi sous le titre original "survival"






Du même réalisateur :