RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Bernard L. Kowalski

Scénariste
Leo Gordon

Date de sortie
1959

Genre
monstres

Tagline


Cast
Ken Clark
Yvette Vickers
Jan Shepard
Michael Emmet
Tyler McVey...


Pays
Etats Unis

Production


Musique
Alexander Lazslo

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4.3
(4 votes)
Un braconnier raconte à ses amis qu'il a vu des sortes de monstres bardés de ventouses dans le marais du coin. Connu pour ses excès de boisson, personne ne le prend au sérieux. Mais des disparitions surviennent de plus en plus fréquemment. Le braconnier n'avait-il pas vu juste ?? Le garde forestier Steve Benton n'est pas de cet avis et va explorer les moindres recoins du marais, sans succès…



Tiens, un "craignos monsters" ! Vous me direz, avec un titre pareil, il ne pouvait en être autrement. Datant de 1959, ces sangsues géantes sont issues de l'association des deux frères Corman, Roger (pas besoin de le présenter) et Gene, bien moins connu que son frère. Ils choisissent Bernard L. Kowalski pour mettre en scène le film. Kowalski avait réalisé l'année précédente "night of the blood beast". Il sera surtout connu pour la réalisation de très nombreux épisodes de séries télévisées, comme "rawhide", "les incorruptibles", "mission impossible", "chips", "magnum", "K2000" et bien d'autres encore. Les amateurs du genre ne se rappellent peut-être pas son nom mais il est également le réalisateur de "SSSSnake" en 1973.



Le film a une durée très courte. 62 minutes seulement au compteur !! C'est dire qu'on ne devrait pas avoir le temps de s'ennuyer. Pourtant, ça nous arrive quand même de temps en temps. Notamment lors de l'intrigue secondaire nous présentant Liz, jeune femme plantureuse faisant cocu son mari, qui est le dernier au courant alors que tous ses soi-disant copains le savent déjà depuis belle lurette, le prétendant étant l'un d'eux. Ca meuble un peu l'histoire mais on aurait aimé que le film gagne en dynamisme, surtout sur une aussi courte durée. Le héros du film est un garde forestier qui aurait très bien pu être le penchant masculin de Dana Scully tant il demeure sceptique sur la présence de monstres dans les marais. Quasiment trois quarts d'heure sans y croire, malgré les nombreuses disparitions et corps qu'on ne retrouve pas ! Plus sceptique tu meurs ! S'ajoute son amour invétéré de la nature, qui l'entraînera quasiment à vouloir menotter le père de sa femme, celui-ci voulant utiliser de la dynamite dans le marais pour faire remonter les corps disparus. Pensez-vous !! De la dynamite dans le marais !! Trop dangereux pour l'écosystème !! Il y a quand même longtemps que je n'avais pas vu un personnage aussi borné dans ses convictions. Un vrai film pour écologique ça !



"Bon, et ces sangsues géantes, tu nous en parles un peu ?" Oui, oui, deux minutes ! Holala… Bon alors comme je disais tout en haut de ce texte, on est dans la catégorie "Craignos Monsters", terme qui prend ici toute sa dimension à la vue des bestioles qui nous sont présentées. L'amateur éclairé ne manquera pas de deviner le costume en latex noir porté par les malheureux acteurs jouant les sangsues. Je dis "malheureux" parce que ça ne doit franchement pas être évident de bouger là-dedans, surtout dans les eaux d'un marais en plus ! Les créatures apparaissent rapidement dans le film, de manière progressive, comme souvent dans les films de monstres des années 50. D'abord une tête qui sort de l'eau après le passage d'une barque, une ventouse entre aperçu par-ci, par là, puis l'animal en entier. Pas mal de membres du casting vont avoir affaire aux sangsues, ce qui n'est pas pour nous déplaire. La séquence se déroulant dans la grotte sous-marine, où nos créatures suceuses se mettent à coller leur grosse ventouse dans le cou de leurs victimes est assez sympa, même si on voit bien la faiblesse du budget. Mais il y a toujours dans ce genre de film un petit charme naïf qui fait qu'on sourit mais pas par méchanceté, plus par compassion d'une époque révolue et pleine de nostalgie.



Au final, "l'attaque des sangsues géantes" n'est pas aussi fun que je l'aurai imaginé. Ca se regarde gentiment, mais voilà, sans plus. Un petit manque de rythme, des scènes pas toujours utiles nuisent au film. Créatures craignos, message écolo, héros doté d'un scepticisme hallucinant et mise en scène sympa en sont les points forts. Ca reste dans une bonne moyenne quoi…

Disponible à la vente chez : http://www.bachfilms.com






Du même réalisateur :

SSSNAKE LE COBRA