RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.3
(33 votes)
Avant de monter sur un gigantesque roller coaster, Wendy, a le pressentiment qu'un accident va survenir. Prise de panique, elle descend avec d'autres camarades de classe. Peu de temps après, sa prédiction se produit et elle assiste impuissante à la mort de ses amis. Très vite, les survivants de l'accident vont s'apercevoir qu'avoir échapper à la Mort n'est pas forcément une sinécure car le destin rattrape brutalement les survivants les uns après les autres.



Il y a des films dont on sait à quoi s'attendre avant de les visionner. Sans prétentions aucunes, "Destination Finale 3" est de ceux là, offrant au spectateur ce qu'il est venu chercher : frissons et humour. Le concept trouve finalement son équilibre dans ce 3ème opus, dans lequel on retrouve les compères à l'origine de la saga : James Wong ("Destination Finale", "The One") et Glen Morgan("Willard"). On peut donc considérer ce film comme une forme de rattrapage par rapport à un premier épisode qui se révélait bien gentillet eut égards aux possibilités du concept. La leçon est retenue et la copie rendue est supérieure à ce que l'on pouvait espérer. Après le très débridé "Destination Finale 2", la série poursuit sur le même chemin. Ceux qui ont donc apprécié le précédent seront comblés d'aise. Le public visé est clairement celui des jeunes ados en manque de sensations fortes. Excessivement fun, la mise en scène des meurtres se révèle tellement jubilatoire qu'on en redemanderait bien encore.


On ne change pas une histoire qui gagne (à la base, on retrouve toujours une personne qui à la vision d'un accident à venir et qui fait descendre du manège une partie des passagers. La Mort ne tardera pas à réclamer les morts manquants à l'appel). Sans liens aucuns avec les précédents (exit A.J Cook- "Ripper", "Wishmaster 3"-, qui ne rempile pas, et Tony "Candyman" Todd qui se contente d'intervenir uniquement via sa voix mais pour en bénéficier il faut visionner le film en vo), "Destination Finale 3", fait donc office de quasi remake comme l'ont été en leurs temps les premiers "Vendredi 13". Le concept reposant sur une formule qui semble répétable à l'infini.
Comme on commence à en avoir l'habitude maintenant, on a droit à une tétanisante séquence d'introduction censée marquer les esprits et surpasser la précédente. Pari globalement réussi même si le carambolage de "Destination Finale 2" reste la meilleure séquence à ce jour de la saga. L'accident du roller coaster est malgré tout spectaculaire tout en étant délibérément exagéré (la série est émaillée ainsi de scènes un poil cartoonesque mais moins poussé ici que pour le second Final Destination). Un spectacle à visionner impérativement sur grand écran pour ressentir ce vertige de la scène du manège.


La jeune fille qui a prédit l'accident, Wendy (Mary Elizabeth Winstead : "Le cercle 2", "Black Christmas 2006"), dispose d'un élément nouveau pour tenter d'empêcher les prochaines morts. Elle a prise des photos juste avant l'accident, et des éléments indiquant comment les personnes vont mourir y apparaissent (une pirouette scénaristique piquée au mythique "La malédiction"). Un apport au scénario qui tente de donner une cohérence à l'histoire et par la même occasion éviter les signes à répétition auxquels avaient droit A.J Cook et qui intervenaient à n'importe quel moment du récit. Wendy n'a ainsi pas d'autres visions et doit se concentrer sur les objets de son environnement pour parer la menace. Le danger peut toujours venir de partout, comme dans cette boutique ou sont entreposés différents outils de bricolage, et où nous, pauvres spectateurs sommes à l'affût de tout objet potentiellement mortel.

Le récit n'est quand même pas à prendre au sérieux car certaines des morts sont plus burlesques que terrifiantes. Comme celles de deux bimbos (des sortes de Paris Hilton totalement superficielles) qui se font grillées en prenant leur UV. Une scène jubilatoire et assez longue (largement supérieur à ce que l'on a vu dans le désastreux "Urban Legend 3") mais qui est loin d'être la seule. Wong et Morgan s'amusant comme des gamins à inventer des morts inédites. Et passé, les premiers trépassés, difficile de prévoir l'ordre des victimes malgré la bonne volonté de Wendy accompagnée de son copain de mésaventure Kevin (Ryan Merriman : "Le cercle 2", "Halloween Résurrection"). Comme dans tout bon film se rapprochant de la mouvance des slashers, les personnages sont très stéréotypés comme on en a l'habitude dans ce type de films : les bimbos , le sportif, le dragueur….. mais joué par des acteurs globalement convaincants. Quant on sait que la sélection des acteurs a eut lieu au dernier moment, cela tient du miracle.


Mené sans temps morts, "Destination Finale 3", ne laissera pas le spectateur se reposer jusqu' à oser le final le plus spectaculaire de la trilogie. Wong et Morgan ont donc mené à bon port ce troisième chapitre, qui n'hésite pas à donner dans les morts gores (cela devenant une surenchère) comme le second. On pardonnera donc les redites (la scène de l'enterrement) pour se concentrer sur ce qui fait le charme et la force de cette série digne des meilleurs slashers d'antan. Alors, pourquoi bouder son plaisir. La Grande Faucheuse n'attend plus que vous.








LUMIèRE SUR