RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.4
(20 votes)
Un couvent devient le lieu de phénomènes inquiétants, causant la mort de plusieurs religieuses. Un prêtre tente d'exorciser le bâtiment mais sans succès. Un jeune prêtre, qui s'intéresse plus au domaine de la psychologie humaine qu'aux croyances en Satan, est dépêché sur les lieux pour tenter de trouver une solution…



La sortie du film de Ken Russell "les diables" en 1971, va lancer toute une série de long-métrages se déroulant dans une enceinte religieuse, et mettant en scène des nonnes, même si on peut lui trouver un précurseur en 1947 avec "le narcisse noir" de Michael Powell et Emeric Pressbuger ou bien encore avec "la religieuse de Monza" de Eriprando Visconti, réalisé en 1968. Mais c'est bel et bien le chef d'œuvre de Russell qui va servir de détonateur à cette branche spécialisée que les experts vont baptiser "nunsploitation". Parmi les grands classiques de la Nunsploitation, on retrouve "le couvent de la bete sacree", "sinful nuns of St-Valentine", "les démons" de Jess Franco ou bien encore "la petite sœur du diable". Sans compter toute une flopée de films à caractère pornographique mettant en scène des nonnes au comportement plus que libertin…

C'est en 1980 que Bruno Mattéi et Claudio Fragasso vont débuter leur longue collaboration et justement, par un film de nonnes. Mattéi doit réaliser "les novices libertines", un soft-core se déroulant dans un couvent. Et pourquoi ne pas réaliser également un film d'horreur se déroulant dans le même lieu ? L'idée fait rapidement son chemin et voilà que nos deux réalisateurs se retrouvent à réaliser deux films en même temps ! Mattéi se charge principalement des "novices libertines" pendant que Fragasso se voit chargé de "l'autre enfer". Fragasso revendique 80% de la réalisation de "l'autre enfer", malgré le fait que le film soit toujours attribué à Bruno Mattéi, qu'il signa d'ailleurs du pseudonyme de Stefan Oblowski (en référence à Alejandro Jodorowski). Une mise en avant du nom de Mattéi qui sera récurrente dans la carrière du duo Mattéi/Fragasso.



Pur film Bis italien, L'Autre Enfer s'avère une bonne surprise pour le spectateur, généralement apeuré par le nom de Bruno Mattéi à un générique. En effet, malgré un côté naïf et daté, le film possède une bonne ambiance et n'est pas inintéressant. Fragasso le dit lui-même, c'est en ayant vu le "carrie au bal du diable" de Brian de Palma qu'il a eu l'idée de faire un film de possession démoniaque, et de situer l'action dans ce couvent pour en renforcer l'impact. En effet, quoi de plus blasphématoire que de faire pénétrer le démon dans une enceinte sacrée, dans un film italien en plus ! Fragasso jouera avec ces codes de "mauvaises" conduites religieuses, allant même jusqu'à déposer un crâne à l'endroit où sont généralement placées les hosties (blasphème suprême !), et peut-être pire encore, il fera vomir du sang à une pauvre nonne venant de recevoir l'hostie. Le bien contre le mal, la vertu contre le péché. Le Diable est apparemment au Paradis…

Niveau casting, on retrouve avec plaisir plusieurs figures bien connues des amateurs de films de genre. La Mère Supérieure est interprétée par Franca Stoppi, inoubliable dans le malsain "blue holocaust" de Joe d'Amato. Elle est ici encore une fois particulièrement habitée par son rôle, ses regards nous faisant vite comprendre qu'elle est au courant des secrets cachés dans ce couvent. Le jardinier du couvent est joué par Franco Garofalo, qu'on reverra également dans "virus cannibale" ou bien encore "crimes au cimetiere etrusque". Le jeune prêtre venant aider les sœurs est joué par Carlo de Mejo, acteur bien connu des fans de Lucio Fulci puisqu'on le verra dans "frayeurs", "la maison pres du cimetiere" ou encore "la malediction du pharaon". Une galerie fort sympathique d'acteurs, qui donnent le meilleur d'eux même.



En ce qui concerne les séquences d'horreurs proprement dîtes, le film n'en est pas avare. Coups de couteau, éviscération, attaque canine à la gorge, torche humaine et j'en passe. C'est rudimentaire mais bien dans l'esprit du film. Un esprit très Bis donc, puisque "L'Autre Enfer" jongle avec les genres sans aucune retenue, mélangeant nonnes, enfant dissimulé sous un voile et possédant des pouvoirs paranormaux, présence diabolique, et même des zombies !! Un joyeux mælstrom qui ne sacrifie pas tout à la surenchère. En effet, je parlais d'ambiance tout à l'heure. Le passage dans les catacombes, la recherche de preuves par le prêtre, la découverte d'un dessin, le décor avec toutes ces poupées pendues et aux visages brûlés, tous ces éléments confèrent au film une ambiance inquiétante et mystérieuse qui est bienvenue. Une atmosphère étrange renforcée par la musique des Goblin. Mais attention, point de partition originale du célèbre groupe italien, mais juste des morceaux déjà entendus dans d'autres films, pour une question de budget nous dira Fragasso. Pas bien grave, car les musiques procurent toujours leurs petits effets quand elles sont placées là où il faut. Ce qui est le cas ici.



Il serait donc dommage de ne pas se laisser tenter de découvrir cet Autre Enfer. Je pense qu'il s'agit sûrement là d'un des meilleurs films du duo Mattéi / Fragasso. Certes, on sent le poids des années mais il reste un divertissement tout à fait correct. Certaines séquences fonctionnent encore très bien, et la réalisation tient la route. Profitons du fait que Néo Publishing vient de l'éditer en Dvd, avec une bonne qualité d'image et surtout, un commentaire audio de Claudio Fragasso qui est excellent ! Il nous raconte le film avec humour et passion, tout en plaçant des anecdotes très intéressantes. Vous aimez les nonnes, les ambiances démoniaques, les meurtres ? Passez les portes de ce couvent infernal…

Le film est également connu en France sous le titre "le couvent infernal".

Disponible à la vente sur http://www.neopublishing.com






Du même réalisateur :

SCALP
ZOMBI 3