RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.4
(3 votes)
Herman Umgar est un personnage excentrique, un peu benêt, qui adore la nature. Il possède également le don étrange de pouvoir communiquer avec les vers de terre, qu'il élève dans sa vieille bicoque. Le maire de la ville et ses associés veulent faire aménager le lac et faire construire des bâtiments sur les terres aux alentours de la demeure d'Umgar. Mais celui-ci, cachant un titre de propriété donné par son père, n'entend pas qu'on vienne toucher à sa nature. Avec ses amis rampants, il prépare une drôle de surprise aux habitants de la ville…



Pape de la série Z, Ted V. Mikels est un nom bien connu des amateurs de films fauchés. Ce touche à tout, qui passe aussi bien du métier d'acteur à celui de réalisateur, producteur ou bien encore scénariste est le responsable de films comme "the corpse grinders", "the astro zombies" ou "blood orgy of the she-devils" par exemple. Mikels est un bon ami d'Herb Robins et il décide d'aider ce dernier à réaliser un film. Ce sera "the worm eaters", alias "regal d'asticots". Pour la promotion du film, Mikels mise tout sur l'aspect peu ragoûtant de faire manger des vers à des humains pour attirer le public dans les salles. Mais c'est l'effet inverse qui se produit et le film est un échec commercial.



"Régal d'Asticots" aurait très bien pu être une production "Troma Films". On retrouve en effet tout l'univers de la firme créatrice du Toxic Avenger dans ce film. Humour lourdingue, personnages bien débiles, situations cocasses et "trash". Sans oublier des acteurs pas au top, qui surjouent et en deviennent risibles, mais c'était sûrement voulu. Pour interpréter Herman Umgar, le paysan qui comprend les vers de terre, c'est le réalisateur Herb Robins lui-même qui s'est attribué le rôle. C'est d'ailleurs lui qui s'en sort le mieux, et les séquences où il "cause" avec ses petits amis font baigner le film dans une atmosphère très étrange, les prenant dans ses mains, les embrassant, les appelant par des prénoms bien spécifiques, différenciant les mâles des femelles sans aucune difficulté. Il fallait quand même oser un tel sujet !



Mais ce n'est que le début, car les séquences qui vont suivre vont franchir les limites de l'incroyable ! En effet, suite à une ingestion accidentelle de vers de terre par une femme de petite vertu venue divertir Herman, celui-ci va découvrir que faire manger des vers à des humains les transforment en créatures mutantes, mi-homme (le torse et la tête), mi-lombric (le reste du corps, dans un beau costume en caoutchouc qui vous fera hurler de rire, vu la ringardise des effets spéciaux !). Il ne lui en faut pas plus pour définir son moyen de vengeance face au Maire et à ses acolytes, ce qui nous vaudra des scènes bien "gerbantes" d'ingestion de lombric, "gerbantes" car très réalistes, je pense d'ailleurs qu'elles ne sont pas truquées et que les protagonistes prennent bien les vers de terre dans leur bouche (ils ne vont pas jusqu'à les avaler, je vous rassure…). Effets répulsifs garantis !

Le summum de l'hilarité étant l'apparition de trois pécheurs qu'on a entrevus au tout début du film, devenus des mutants eux aussi, et réclamant des femmes mutantes pour se reproduire. Les voir ramper par terre, se traîner à la force des bras, engoncés dans leur costume de caoutchouc est un grand moment ! Une comédie Trash que n'aurait pas renié la Troma, je vous l'avais dit !



Mis à part ça, "Régal d'Asticots" a un côté amateur qui peut déplaire, il faut juste savoir qu'on nage en plein territoire du film Z pour l'apprécier, ce qui ne sera peut-être pas à la portée de tout le monde. Le film n'a certes rien d'un chef-d'œuvre mais il mérite bien d'être le premier titre de la nouvelle collection de Bach Films, intitulée "les inédits du mauvais goût", collection qui permettra à nouveau de découvrir des films méconnus, oubliés, qui n'ont jamais bénéficié d'une grande publicité par chez nous. Une collection en partenariat avec Horreur.com en plus, ça ne se refuse pas !

Disponible à la vente sur http://www.bachfilms.com






Du même réalisateur :