RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Wes Craven

Scénariste
Carl Ellsworth & Dan Foos

Date de sortie
2005

Genre
thriller

Tagline


Cast
Rachel McAdams
Cillian Murphy
Brian Cox
Jayma Mays
Angela Paton
Jack Scalia


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Marco Beltrami

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(8 votes)
De retour des obsèques de sa grand-mère, Lisa prend un verre avec un jeune homme, Jackson Rippner, dans l'attente de son vol, retardé pour cause de mauvais temps. Le "hasard" place les deux jeunes gens côte à côte dans l'appareil. Très rapidement Jackson tombe le masque et révèle sa véritable nature. Lisa doit lui obéir sous peine de voir son père assassiné par un tueur à gage. Une seule chose à faire de la part de Lisa : placer le secrétaire adjoint à la sécurité nationale dans le numéro de la suite qu'on lui aura indiqué.



A peine remis de son film malade "Cursed", Wes Craven tente à nouveau de quitter le domaine de l'horreur pur et dur. Une nouvelle tentative, après bien d'autres ("l'amie mortelle", "La musique de mon cœur"), mais tout en restant dans le domaine du suspense. On sait que depuis "Scream", le réalisateur est très à l'aise sur le terrain de la montée en puissance d'une certaine peur. C'est là que se trouve le seul véritable intérêt de ce petit (télé)film qui ne brille pas par un scénario innovant ni subtil. Craven réussit pourtant habilement à nous intéresser au jeu du chat et de la souris entre Lisa et Jackson dans la partie se déroulant dans l'avion. Cette première partie en huit clos nous montre deux acteurs en osmose, Rachel McAdams et Cilian Murphy ("28 jours plus tard", "Batman begins").



Il est dommage que la tension retombe lorsque l'action quitte l'avion pour se déplacer dans l'hôtel où un attentat doit avoir lieu, ou dans la maison du père (qui fait "Scream" de bas étage). Sans le savoir faire d'un réalisateur roublard, "Red Eye", n'aurait pas plus d'intérêt que l'épisode d'une série télé quelconque (au hasard, l'intrigue aurait très bien pu se trouver dans "24 heures chrono", la prévisibilité en plus). La violence est on ne peut plus soft, et à part un coup de stylo dans la gorge, le film est assez grand public.

Le thème central du film est le traumatisme post 11 septembre mais Craven, en bon démocrate qu'il est, fait tomber les clichés des terroristes d'origine uniquement arabe, et nous montre un monde où le danger peut prendre toutes les formes possibles. Une intention louable et la volonté évidente de se débarrasser de ce traumatisme.



Mais, là ou le bât blesse, c'est que les uniques victimes se trouvent être les vilains terroristes. Craven se trouve alors embourbé dans un script gentillet et moralisateur. Et un final :



Attention GROS SPOILER FINAL
Ou l'héroïne se trouve vierge de tout meurtre et n'a pas à apporter elle-même à son adversaire la mort. Ce qui n'entache pas sa conscience.
FIN SPOILER







Avec sa dernière partie lorgnant du côté de la trilogie "Scream" sans vergogne, "Red Eye", passe en grande partie à côté de son sujet. Il aurait mieux valu que l'intrigue se recentre sur l'affrontement psychologique entre Lisa et Jackson. Dommage pour deux acteurs sympathiques mais malgré toute la bonne volonté du monde, on ne peut s'empêcher de dire que Craven est capable de mieux faire. Au lieu de maintenir la pression, le réalisateur se contente du minimum syndical. A l'instar de Dario Argento, l'avenir du père Craven est sur une pente bien inquiétante même si "Red Eye" se regarde (mais alors distraitement). Il est vraiment bien loin le temps où Craven mettait mal à l'aise ("La dernière maison sur la gauche", "la colline a des yeux").