RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2
(1 vote)
S'envolant à bord d'un avion afin de découvrir la "vallée des dinosaures" au cœur de l'Amazonie, réputée très dangereuse mais bénéficiant de fossiles de dinosaures très rares, le professeur Ibanez, sa fille Eva, Kevin Hall un paléontologue et d'autres passagers s'écrasent au beau milieu de la brousse inhospitalière. Les quelques survivants du crash vont devoir affronter bien d'autres dangers au cours de leur périple…



Réalisé par Michele Massimo Tarantini, l'un des maîtres de la comédie sexy à l'italienne, ce film est également connu sous différents titres, comme "prisonnières de la vallée des dinosaures" (titre officiel) ou bien encore "cannibal ferox 2".
Ce dernier titre ne reflète en rien le film de Tarantini et ne sert qu'à utiliser la réputation du "cannibal ferox" de Umberto Lenzi, l'un des grands classiques du film de cannibales.
En effet, plus qu'un film de cannibales, c'est bien à un "film de jungle" que l'on a affaire ici et on est très loin des débordements du film de Lenzi.



Après un début plutôt mauvais, où les acteurs jouent comme des pieds, enfoncés en plus par une version française catastrophique et hilarante, le réalisateur décide d'envoyer tout son casting en Amazonie. On retrouve un professeur et sa fille, un ex-marine du Vietnam et sa femme, au look rappelant Marilyn Monroe, le glamour et la classe en moins, un photographe et ses deux modèles, plantureuses et sexy, le pilote de l'avion et un paléontologue, Kevin Hall, sorte de baroudeur de la jungle, beau gosse mal rasé dont on sait qu'il deviendra le héros du film. Devant se rendre à Manaus, le professeur a négocié avec le pilote pour que celui-ci les conduise d'abord dans la fameuse "vallée des dinosaures" où des fossiles de monstres préhistoriques seraient présents. Malheureusement, l'appareil se détraque et c'est le crash dans la jungle. Se disant qu'il y a trop de personnages à exploiter, Tarantini en fait mourir trois dans l'accident de l'avion et laisse les survivants aux dangers de l'Amazonie.

On retrouve alors les éléments classiques de ce type de film, avec l'ex-marine voulant prendre le commandement du groupe, ce qui nous vaudra quelques bagarres entre lui et Kevin Hall, peu décidé à se laisser dicter la marche à suivre, des attaques animales avec serpents, piranhas et crocodiles, un érotisme soft (quelques seins dénudés), des sables mouvants et bien sûr, l'arrivée d'une tribu inhospitalière pratiquant le cannibalisme.



Mais attention, ne vous attendez pas à des débordements gores. "Massacre dans la vallée des dinosaures" ne joue pas la carte de l'horreur. On a seulement droit à une séquence où le chef de la tribu éventre l'un des survivants capturés pour lui extirper le cœur et le manger. Point. Rien de plus à se mettre sous la dent. Cela paraîtra très peu pour la personne ayant acheté ce film avec l'espoir de voir quelques festins anthropophagiques. Cette partie avec la tribu cannibale est surtout une occasion de dénuder un peu plus les filles encore en vie, et de proposer des séquences d'actions et de poursuites en forêt. Bref, de proposer de l'aventure et du dépaysement. Mais pas de l'horreur. Tarantini est néanmoins suffisamment doué pour qu'on suive les mésaventures de nos touristes perdus sans ennui, jouant sur le rythme avec habileté, enchaînant les situations dangereuses sans temps morts.



Une fois la partie "cannibale" terminée, Tarantini livre ce qui reste du groupe en pâture à des exploitants d'émeraudes, trafiquants d'esclaves, qui donneront du fil à retordre à notre héros mal rasé, tombé amoureux d'Eva, la fille du professeur, comme on s'y attendait. Malmenée, emprisonnée, Kevin Hall ne supportera pas de voir sa nouvelle fiancée aux mains du chef des trafiquants, personnage bourru, qui n'hésite pas à abattre l'une des rescapés à qui on avait promis la liberté en échange d'une partie de jambe en l'air avec une autre fille…
La traditionnelle scène d'érotisme saphique était bien sûr nécessaire, mais celle-ci n'est guère convaincante et ne marquera pas les esprits.
Le reste du film relève du film d'action en jungle, avec bagarres, explosions et autres joyeusetés.

"Massacre dans la vallée des dinosaures" est un très honnête film d'aventure qui se laisse voir avec plaisir. Les amateurs de cannibales passeront par contre leur chemin, tout comme les amateurs de dinosaures car ils n'en verront aucun, si ce n'est des traces de pas fossilisés. Une fois en pleine jungle, les acteurs s'en sortent bien mieux, leurs jeux devenant plus naturels et efficaces, même si certaines situations prêtent à sourire. Bref, pas de quoi s'extasier mais pour les amateurs de Bis rital, un film sympa qu'ils ne manqueront pas de découvrir, surtout qu'il est l'un des derniers représentants du genre.

Disponible en dvd zone 2 chez Néo Publishing






Du même réalisateur :

CALIBRE MAGNUM POUR L INSPECTEUR