RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.4
(3 votes)
Une équipe de scientifiques se rend sur une île perdue afin de voir ce qu'il est advenu de la première équipe qui ne donne plus signe de vie. L'équipe doit également faire des tests sur les méfaits de la radioactivité au niveau de la faune et de la flore, l'île ayant été irradiée lors de bombardements nucléaires. A peine débarqués, les scientifiques vont découvrir que l'île est la proie de crabes géants qui possèdent des pouvoirs télépathiques et qui peuvent leur causer…



Réalisé en 1956, "attack of the crab monsters" est l'un des titres cultes de Roger Corman. C'est avec un très petit budget que le prolifique réalisateur a mené à bien son projet et cela se ressent, surtout lorsqu'on voit apparaître les crabes mutants. Mais avec Corman, petit budget = inventivité et on ne sera pas déçu à ce niveau, le scénario fourmillant de trouvailles comblant les lacunes financières.

Le film dure à peine 1h05, Corman n'a donc pas le temps de s'étendre dans d'innombrables séquences de dialogues qui ralentiraient le rythme du film. Le film a démarré depuis quelques minutes que déjà, Corman nous dévoile ses crabes lors d'une séquence sous-marine qui n'aurait rien à envier à celle du film "le lac des morts-vivants". Mais là où Corman fait preuve d'ingéniosité, c'est que seul le spectateur a vu les monstres des profondeurs. Nous avons une longueur d'avance sur les personnages et cela permet de nous faire prendre conscience des dangers qui règnent sur cette île, tout en laissant les principaux protagonistes vierges de toute inquiétude. Du moins en ce qui concerne les crabes géants car d'autres dangers vont se révéler, comme des secousses violentes provoquant l'éboulement et la disparition de nombreuses falaises, et créant des trous béants dans le sol.



L'équipe se compose exclusivement d'hommes à l'exception de Martha Hunter, une biologiste spécialisée dans les animaux marins. Mais de par la courte durée du film, il n'y a pas la place pour tramer des intrigues amoureuses complexes. Les conditions climatiques n'étant pas clémentes, nos protagonistes se retrouvent totalement isolés sur cette île, aucune liaison radio n'aboutissant. Le suspense se met doucement en place, la lecture du journal de la première équipe disparue parlant de la découverte d'un lombric d'1m50 de long en rajoutant un peu plus. Un peu plus tard, nouvel ajout : certains personnages entendent des voix qui leur semblent familières. Corman a tout compris pour que son film ne devienne pas ennuyeux. Il ajoute petit à petit des éléments irrationnels et fait donc progresser son histoire de façon astucieuse, augmentant l'intérêt du spectateur. Malin et habile ! Entre une séquence aquatique, la découverte d'un trou béant, il n'oublie pas ses crabes, qui s'en prennent à deux artificiers sur la plage. Conscient que ses créatures ne sont pas très réussies, il les montre rapidement et ne s'attarde pas trop dessus, ce qui aurait eu pour effet de les rendre vraiment ridicules.



L'explication des fameuses voix est assez ingénieuse également, et apporte une part de réflexion sur les dangers du nucléaire dans ce qui ne semblait être qu'un hommage aux vieux films de monstres. Désormais conscient des dangers et de la menace représentés par les crabes géants télépathes, les survivants vont s'activer à trouver une solution pour s'en sortir et le reste du film sera basé sur cela, alternant scènes de recherches et séquences de combats contre les monstres à pinces, que nous verrons de manière plus large. Leur aspect prêtera forcément à sourire mais les amateurs de kitsch et de "craignos monsters" seront aux anges ! Sacré Corman, il fallait quand même oser nous montrer de telles créatures !



"L'attaque des Crabes Géants" est un bon petit spectacle, divertissant, plutôt bien rythmé, grâce aux trouvailles scénaristiques permettant de relancer sans cesse l'intrigue. Les scènes de combats contre les fameux crabes sont savoureuses et vous feront bien sourire ! Bref, un film de monstres géants à petit budget mais inventif, qui mérite que l'on achète le dvd édité par Bach Films, présentant une bonne qualité d'image, ainsi que la version française et originale sous-titrée, ainsi qu'une interview écrite de Roger Corman.