RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(16 votes)
Jeune couple paisible chargé de veiller sur leur nouveau-né, Phil et Kate cherchent une gouvernante pour les aider dans leur tâche. Après plusieurs échecs, une mystérieuse et rayonnante jeune femme vient à eux : Camilla. Jolie, fraîche, douce, sympathique, compétente : elle a toutes les qualités requises et enchante le jeune couple. Mais Phil commence à faire des cauchemars troublants, tournant particulièrement autour de son fils, de cette étrange gouvernante et d'un arbre tortueux qu'il n'a pourtant jamais vu de ses propres yeux. Lorsqu'il apprendra la terrible mission qu'a entreprise Camilla, Phil va tout faire pour sauver son enfant, dont la vie est menacée…



Après une longue période cinématographique bardée de films cultes démentiels et novateurs ("La chasse", "L'exorciste", "Le convoi de la mort" ou "Police Federale Los Angeles"), William Friedkin semble dérailler quelque peu après la mauvaise expérience que lui valut le film "Le sang du châtiment" (remontage, échec commercial…), ce qui lui vaut une filmo cette fois jonchée de films mineurs.

Deuxième tentative pour Friedkin de renouer avec l'horreur, "La nurse" subira à son tour un échec avant d'être rangé dans la partie la plus sombre de sa filmographie. Un acte un peu précipité, puisque si le film n'a rien de transcendant, il mérite une agréable redécouverte.



Entre les infirmières, les docteurs, les policiers, les dentistes ou les barbiers, n'importe qui et n'importe quoi se retrouve touché par la grâce meurtrière !! Et ici ce sera une brave gouvernante, au service d'un arbre maléfique friand de jeunes bébés tout frais.
Jenny Seagrove incarne avec délice cette nymphe diabolique, dissimulant sa véritable et monstrueuse apparence sous un physique charmeur et innocent (difficile de croire en la voyant qu'elle kidnappe les bébés dont elle s'occupe pour les donner à bouffer à un arbre maléfique !!) auquel elle apporte une touche de sensualité (quelques apparitions nues dont une séquence où elle se fait lentement caresser par les branches du grand arbre !!).



"La nurse" est un film qui ressemble difficilement à du Friedkin, et on reconnaîtra avant tout cette audace d'aller jusqu'au bout de son concept, en ne négligeant ni la violence, ni le sexe (le cauchemar érotique tellement…spécial). Friedkin semble vouloir renouer avec des œuvres comme "La malédiction" ou son fameux "L'exorciste" (sa préférence pour le grand guignol est d'ailleurs toujours présente), en s'adaptant aux séries B d'horreur de la génération Fangoria (toutes ces séries B apparues à la fin des années 80 maniant l'horreur avec décontraction et efficacité, mais sans réellement innover).

Car "La nurse" est tout de même bien gore, et ne manquera pas d'étonner encore aujourd'hui : à ce titre, le massacre des trois voyous, molestant et blessant Camilla, par l'arbre maléfique est quand même bien gratiné, avec une série de mutilations diverses allant de l'empalement en passant par l'immolation par le feu. Attaque de chiens et utilisation jubilatoire d'une tronçonneuse sont également au programme. Ça fait plaisir !



Cette imagerie de l'arbre maléfique et de la nurse sanguinaire renvoit volontairement aux contes, aux légendes fantastiques ou à l'univers des druides. Et même si Friedkin ne met pas en scène une très grande histoire, il réussit à combler les manques de celle-ci par de beaux morceaux de bravoure, souvent particulièrement graphiques. Ça n'a rien de novateur donc, mais ça fonctionne tranquillement.
Par ailleurs, on fera un très léger rapprochement avec une autre série B mettant en scène elle aussi une femme maléfique et de plus briseuse de famille : "The Kiss", d'ailleurs nettement moins bon que le film de Friedkin.
Voilà de l'horreur dénuée de tout humour, d'ados braillards et de mauvaises surprises. Un Friedkin moyen certes, mais un sacré bon petit film d'horreur.








LUMIèRE SUR