RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(15 votes)
C'est l'année des 14 ans d'Harry Potter, il entre en quatrième année d'études à Poudlard. C'est aussi l'année du Tournoi des Trois Sorciers: une grande compétition entre sorciers organisée autour de trois épreuves plus dangereuses les unes que les autres. Harry Potter va participer malgré lui à cette compétition dont l'âge minimum est de 17 ans. Bientôt des évènements étranges vont avoir lieu autour du tournoi mais surtout autour d'Harry. Il semble qu'on l'ait fait participer dans l'unique but de le capturer sans attirer l'attention. Il semble même que le réveil et la réincarnation de Lord Voldemort soient proches, Harry Potter ne cessant de faire d'étranges rêves dans lesquels il voit son ennemi de toujours organiser son retour dans un nouveau corps, et pour cela il lui faudrait trois gouttes du sang d'Harry. "Des Heures sombres et difficiles s'annoncent" comme le dit l'affiche.



Ce quatrième volet de "Harry Potter", bien que n'étant pas le meilleur, s'avère intéressant et très riche. Harry ne devra pas seulement participer au dangereux tournoi, il lui faudra aussi affronter son ennemi juré Voldemort, mais surtout il devra trouver une cavalière pour le grand bal de Noël. Telles sont les trois lignes narratives principales du film.

La partie du tournoi se laisse bien regarder mais ne fait jamais preuve d'une grande originalité, il s'agit d'un parcours initiatique très classique duquel Harry va ressortir grandi. Les différentes épreuves sont toutes plus farfelues les unes que les autres et bien réalisées, même si l'on peut regretter une utilisation abusive de l'image de synthèse qui donne à certains passages un aspect froid et sans vie.



La dernière partie du film correspond à l'apparition tant attendue de Voldemort et à sa confrontation avec Harry. Mike Newell de déclarer: "L'essence de cette histoire réside dans le côté thriller (...) Son moteur est la dramatique confrontation d'Harry avec une puissance maléfique qu'il est le seul à pouvoir combattre.". Pourtant ce passage qui est censé être le paroxysme de l'épisode déçoit. Voldemort n'est aucunement effrayant, et la lutte finale entre Harry et Voldemort est plus digne d'un "Dragon Ball" (j'aime beaucoup "Dragon Ball" mais faut avouer que la mise en scène de l'animé est limitée) que d'une véritable lutte épique et cinématographique. Pour le moment on ne sent pas un potentiel de Grand Méchant du cinéma chez Voldemort et cela en frustrera plus d'un.



La deuxième partie du film est la plus réussie. Il s'agit du passage à la fois touchant et drôle du Bal de Noël dans lequel Mike Newell s'exprime avec brio. Il réalise à l'intérieur de son film une véritable comédie romantique qui exploite à merveille la multitude de personnalités complexes qu'offrent les élèves et les professeurs de Poudlard. Il faut dire aussi que c'est le domaine de Mike Newell puisqu'il a réalisé "Dance With A Stranger" et "Quatre Mariages Et Un Enterrement". Il montre à merveille l'intérêt naissant d'Harry et ses copains pour le sexe opposé, et l'embarras qui en résulte est source de nombreux passages vraiment drôles. Les tentatives de communication entre les jeunes sont d'une justesse étonnante.



Globalement "Harry Potter Et La Coupe De Feu" est plutôt bon, même si la fin déçoit un peu. Le film a son quota de surprises avec toujours son petit "twist" final bien surprenant. La personnalité de chacun des personnages prend de l'ampleur dans ce volet et se révèle dans la scène du "Bal de Noël" qui est la vraie bonne surprise du film et qui fait que cet épisode ne ressemble pas aux autres. Il faudra faire preuve de beaucoup d'imagination au prochain réalisateur pour ne pas lasser les spectateurs du monde d'Harry Potter qu'ils commencent à connaître par coeur. Tout devra maintenant se jouer sur les personnages, l'univers ne surprenant plus, un peu comme dans les trois derniers "Star Wars" en date...








Du même réalisateur :