RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 1.3
(8 votes)
Dans un centre psychiatrique, suite à la découverte et à l'ouverture par un patient d'un curieux objet trouvé aux alentours, une étrange épidémie se propage, transformant petit à petit les contaminés en morts-vivants assoiffés de sang…



Taurus Entertainment est constitué de fans de George Romero et de ses films de zombies. L'annonce d'un projet baptisé "day of the dead 2" par cette nouvelle firme, alors que Romero nous livrait le quatrième volet de sa saga avec "le territoire des morts" avait quelque peu surpris. Pour tout le monde, la suite de "le jour des morts vivants", c'était justement "le territoire des morts" ! Que venait donc faire là un film réalisé par une personne autre que Romero et se voulant la suite d'un film qui en avait déjà une ?? Suite à de nombreux soucis, le projet de Taurus fut souvent reculé. Mais cette fois, le film existe bel et bien. "Day of the dead 2" débarque en dvd chez nos amis ricains. Sous-titré "Contagium", le film se veut en fait une préquelle au film de Romero, nous présentant comment les morts ont envahi le monde des vivants.

Le film débute en 1968, dans un hôpital en proie à la panique puisque des morts pourchassent des vivants. L'intervention de l'armée mettra fin à leur soif de sang mais également à la vie du personnel de l'hôpital, les militaires ayant reçu l'ordre de "nettoyer" entièrement les bâtiments et d'y mettre le feu. Un infirmier a pourtant eu le temps de s'échapper en emportant dans une thermos un curieux objet. Se faisant abattre par des soldats, l'infirmier laisse échapper la thermos qui ira finir sa course au beau milieu d'un fourré. Une introduction plutôt sympathique, avec quelques clins d'oeil au film de Romero, comme l'attroupement de morts derrière un grillage par exemple, image bien connue des fans.
Petit break temporel et nous nous retrouvons quelques années plus tard. L'hôpital a été rénové et c'est désormais un centre psychiatrique. Nous faisons la connaissance d'un petit groupe de patients, qui sont suivis par un brave docteur. Bien évidemment, l'un des patients va trouver la thermos et la ramener dans l'enceinte du bâtiment. La découverte de l'objet caché à l'intérieur et son ouverture vont exposer le petit groupe et le médecin à des sortes de spores lumineux, flottant dans les airs, et qui vont pénétrer dans le corps des personnes présentes. Nous apprendrons par la suite que ces spores sont une création de l'armée russe, devant servir à rendre invulnérable aux balles les soldats en les transformant en morts-vivants. Le film va donc nous présenter la contamination du groupe par ces spores, et nous montrer le processus de transformation d'un humain en zombie. Une idée de base originale, mais qui malheureusement ne parviendra pas à hisser le film au niveau d'un bon film.



En effet, "day of the dead 2 : contagium" s'enlise dans de nombreux dialogues qui ralentissent considérablement le rythme du film, déjà pas très soutenu. La séquence où le docteur tape un mail et lit à voix haute chaque mot qu'il pianote sur son clavier était-elle bien nécessaire ? On en arrive à regarder plusieurs fois le compteur de durée du lecteur dvd en se demandant dans combien de temps le film va vraiment démarrer. De plus, les réalisateurs nous assènent des sous intrigues pas très intéressantes, comme les disputes entre deux patientes par exemple, ce qui n'apporte pas grand chose au récit principal. C'est vraiment les deux points sur lequel le film pêche : absence de rythme et pseudos histoires internes inutiles. Je ne dis pas qu'il doit absolument y avoir de l'action pour qu'un film soit bon, regardez "la mouche" de David Cronenberg sur un thème similaire (le processus de transformation d'un corps) par exemple, on ne s'ennuie jamais à sa vision. C'est loin d'être le cas de "day of the dead 2".
Contrairement à d'autres critiques, j'ai trouvé que les acteurs étaient plutôt à leur place. Certains ont un côté un peu amateur ou caricatural, mais l'ensemble se tient bien.



Au niveau des points positifs, on peut mettre en avant les effets de maquillages et autres effets spéciaux, plutôt réussis dans la majorité des cas. Une fois les patients contaminés, on a droit à quelques séquences sympas sur le processus de transformation et ses symptômes, comme la perte d'une couche de peau (comme lorsqu'on attrape un coup de soleil), l'apparition de nausées et de vomissements (un liquide noirâtre épais et répugnant), le développement de pustules et autres joyeusetés. Le premier patient à atteindre la phase finale nous offrira un maquillage outrancier qu'on croirait sorti d'un film de la Troma. Pour ma part, le maquillage le plus réussi est celui du directeur de l'hôpital devenu zombi, pourvu d'un look ravageur et bien saignant. Néanmoins, ne vous attendez pas à du gros gore qui tâche. La majorité des effets gores sont suggérés ou en hors champs. Il y a beaucoup de sang sur les vêtements ou sur les murs mais très peu de morsures ou d'explosions de cervelles à l'écran. Taurus est une petite firme indépendante et n'a donc pas eu un gros budget, on est donc très très loin des excès de Tom Savini pour le film de Romero.



Nos zombis apparaissent donc à l'écran après plus d'une heure passée de film ! C'est peu pour un film qui s'appelle "day of the dead 2" ! Le rythme va donc s'accélérer dans le dernier quart d'heure. La contamination s'est répandue sur quasiment tous les patients du centre et l'hôpital se transforme en réserve à zombis. Ce dernier quart d'heure va s'avérer assez fun et relève le niveau du film. Les zombis sortent dans les rues et attaquent tout ce qui bouge. Pas de démarche mécanique, ils courent dans tous les sens, comme dans "l'armée des morts". La contamination par morsures se propage donc à vitesse grand V dans les rues de Pittsburgh et la dernière image, nous montrant une équipe de journalistes télévisés filmer les zombis, nous ramène à l'introduction du "day of the dead" de George Romero, sur lequel on peut enchaîner avec plus de bonheur !

"day of the dead 2 : contagium" souffre de son titre. Le fan de zombie-movie en attend beaucoup. Beaucoup trop évidemment. Normal, quand on veut surfer sur la vague du succès des films de Romero, il faut en donner aux spectateurs. Encore une fois, je trouve que l'idée de base est là, mais à peine vingt minutes de zombis à l'écran, c'est vraiment trop peu. De nombreuses scènes auraient pu être supprimées ou évitées, ce qui aurait dynamisé l'ensemble. Au final, on est carrément déçu par le film, qui n'est pas celui qu'on aurait dû voir. Une tentative de fan qui se solde par un échec donc, mais bon, qui ne tente rien n'a rien. Attendons "creepshow 3" avant de juger Taurus Entertainment sur un unique film…








Du même réalisateur :