RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Cliquez pour noter..
Horreur.com est fier de vous présenter la critique d'une comédie Troma. Une comédie me direz-vous, quelle étrange idée? Cependant, parce qu'elle est Tromatisante, elle a sa place ici. "Cry Uncle!" raconte les exploits (sexuels) de Jake, un détective privé, et de son neveu. Les éléments de l'affaire sont simples, un millionnaire qui habite un vieux paquebot, un film porno dont les actrices tombent comme des mouches, une maîtresse énervée, une autre éliminée… Quelle image apparaîtra une fois les pièces du puzzle rassemblées? Quelle horrible machination se cache derrière tout cela? Vous le saurez en regardant "Cry Uncle!" (en plus de découvrir une grande variété de poitrines et de fesses, de formes aussi diverses que variées…).



A vrai dire, vous découvrirez effectivement le fin mot de l'histoire, mais n'en aurez cure. L'intérêt du film n'est certainement pas dans un scénario fourni, non plus que dans une enquête trépidante… Tout au moins pas au sens conventionnel du terme.
Ce qui rend l'investigation de Jake digne d'intérêt, c'est l'obsession monomaniaque du privé pour les femmes. Il ferait n'importe quoi et bien plus encore pour pouvoir s'adonner à des ébats débridés.



A ce titre, le film n'y va pas de main morte, puisque le tout regorge de corps de femmes nues. Tant et si bien, que sans son humour, "Cry Uncle!" tiendrait plus du film érotique que de n'importe quel autre genre.
Fort heureusement donc, le métrage distille un humour féroce. Evidemment, la majorité des rires que le métrage vous soutirera, proviendra des scènes érotiques en question. Si sexe et humour ont toujours fait bon ménage, cela ne retire aucun mérite à "Cry Uncle!". Les situations sont toutes plus cocasses les unes que les autres: le neveu allumé au lance-flamme qui ne sait quoi faire du corps qui s'offre à lui (pourtant la donzelle va jusqu'à l'entourer de ses jambes nues), le privé obsédé qui pousse la questionnette DURANT le coït…
Ce n'est certes pas de l'esprit de toute première finesse, mais personne ne crache sur "Y a-t-il un flic pour...", alors pourquoi rechigner si l'on vous propose de visionner "Cry Uncle!"?



Il y a d'autant moins à renâcler que les acteurs sont vraiment impressionnants. Allen Garfield –le privé obsédé– offre une prestation sans faute. Le voir boire du lait comme s'il n'y aurait jamais de lendemain, baver, bafouiller, laisser libre cours à toutes ses envies… cela a quelque chose de très authentique, de caustique même.

Le film prend donc le contre-pied des films de détectives (plus particulièrement des films noirs des années 50, comme les enquêtes de Philip Marlow) en présentant un détective corpulent, qui a du mal à se tenir, et qui n'a rien d'un héros… Un être humain finalement. Un peu obsédé, mais humain quand même!



Si tous ces arguments ne suffisent pas à vous convaincre, en voici quelques autres. Paul Sorvino et Lloyd Kaufman jouent tous deux dans "Cry Uncle!".
Le film répertorie un nombre de seins impressionnant (ah! Je radote…), tous mis en scène avec volupté.

Au final, Troma nous offre l'opportunité de voir à l'écran le vrai Jack Palmer (avec plus de seins!). En effet les ressemblances entre l'oncle en question et le détective de Petillon sont assez troublantes. Tous deux sont l'antithèse même du privé américain, ils sont plutôt patauds et maladroits…

Le film est aussi connu sous le nom de "Super Dick".






Du même réalisateur :