RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)
Alors qu'il allait braquer une diligence avec son colossal ami Hank Tracy, le célèbre hors-la-loi Jesse James tombe dans un piège mais parvient néanmoins à s'enfuir. Hank étant blessé, Jesse James, avec l'aide d'une jeune Mexicaine, Juanita Lopez, se rend dans l'hacienda des Frankenstein, où il est accueilli par Maria Frankenstein ainsi que par Rodolph, son frère. Tous deux docteurs, ils proposent à Jesse James de soigner son ami. Celui-ci accepte, sans se douter que Maria a décidé de continuer les macabres travaux de son illustre grand-père...



"Jesse James meets Frankenstein's Daughter"! Un titre culte pour tous les amoureux de nanars en puissance, qui s'accouple parfaitement bien avec l'autre film tourné la même année : "Billy the Kid versus Dracula"!

Cette idée excellente de réunir des légendes du western et de les opposer à des légendes du cinéma d'épouvante vient de deux personnes: le réalisateur William Beaudine et le scénariste Carl K Hittleman. William Beaudine est un réalisateur très prolifique puisqu'ayant réalisé pas moins de 298 films depuis l'époque du cinéma muet! C'est dans les années 40 qu'il réalisera quelques films de genre avec "The ape man", "Voodoo man", "The living ghost", "Ghosts on the loose" ou encore "Bela Lugosi meets a Brooklyn gorilla" par exemple. Il dirigera également Bruce Lee dans les années 60 pour des épisodes de la série "Le frelon vert".

Surnommé William "one-shot" Beaudine, c'est donc en 1966 qu'il se lance dans la réalisation de "Jesse James meets Frankenstein's Daughter", titre mensonger puisque c'est la petite fille du docteur qui est présente et non sa fille. Peut-être que "Jesse James meets Frankenstein's Grandaughter" n'était pas assez vendeur!



Le film mixe donc deux genres très en vogue : le western et l'épouvante. Un mélange déjà tenté en 1959 avec "Dans les griffes du vampire" d'Edward Dein, film plutôt réussi et agréable à suivre. Le film de Beaudine se situe dans un petit village à la frontière du Mexique, village quasiment deserté par tous les habitants en proie à la peur suite aux expériences menées par la petite fille du docteur Frankenstein et causant de nombreux morts parmi la population, celle-ci ne parvenant pas à concrétiser ses tests de transplantation de cerveau. C'est Narda Onyx qui campe Maria Frankenstein, et son interprétation est fort réussie. Complétement obsédée par les travaux de son grand-père, elle se révèle déterminée et sans aucune émotion concernant ses victimes. Ce qui n'est pas le cas de son frère Rodolph, qui préfère mettre fin à la vie des cobayes en leur injectant du poison afin qu'ils ne subissent plus la folie de sa soeur. La présentation de ces deux personnages nous renvoit directement à l'imagerie du film d'épouvante des vieux films des années 30, avec laboratoire, orage dans le ciel, cobaye dont le cerveau est relié à un casque avec des électrodes, et utilisation du pouvoir de la foudre. Une belle entrée en matière, si on excepte l'apparence du casque, en total décalage avec le reste!



Après ce début digne d'un film gothique, le western reprend ses droits et on fait la connaissance de Jesse James et son ami Hank Tracy, un solide gaillard au corps d'athlète. Nos deux héros vont rejoindre "La horde sauvage" pour mettre au point le braquage d'une diligence remplie d'argent. Beaudine accumule les petites références cinéphiliques liées au western, ce qui n'est pas désagréable et fait sourire. Tension entre les cowboys, duel au pistolet, attaque de diligence, trahison, tous les codes du western sont bien présents, baignés dans des paysages typiques, vallée montagneuse, haciendas... Les amateurs des deux genres ne sont donc pas dépaysés et le spectacle n'est pas dénué d'intérêt et se laisse suivre sans aucun ennui.

Une fois que le compagnon de Jesse James se sont fait tirer dessus lors de l'attaque et que nos deux héros sont pourchassés par le Marshal MacPhee, on devine évidemment la suite de l'histoire et on imagine très bien le sort qui va être reservé à Hank Tracy, colosse destiné à devenir le nouveau cobaye de Maria Frankenstein!

Le reste de l'histoire se passe dans la demeure des Frankenstein, Beaudine ayant inclu un autre élément féminin en la personne de Juanita, jeune Mexicaine dont le frère est mort en servant de sujet d'étude à Maria Frankenstein et qui va tomber amoureuse de Jesse James. Comme prévu, Hank va devenir le nouveau jouet de Maria qui va enfin réussir son expérience et posséder une créature à elle, qu'elle surnomme Ygor (nouvelle référence pour l'amateur!). Mais Jesse James ne va pas l'entendre de la sorte...



On pouvait donc s'attendre à un pur nanar avec ce film mais au final, il n'en n'est rien! Spectacle très divertissant, acteurs donnant une bonne performance, une Maria Frankenstein bien hystérique, des décors bien utilisés, malgré le manque évident de moyen (voir la demeure des Frankenstein qui n'est qu'une peinture sur une toile, ou le décor derrière l'hacienda de Juanita, peint également et qui se devine aisément...), des maquillages sobres mais efficaces, un rythme qui se tient, bref, Beaudine surprend et le film est vraiment agréable, en tout cas d'un niveau bien supérieur à ce que sa réputation laisse suggérer. N'hésitez donc pas à vous procurer le dvd édité par Bach Films, qui bénéficie d'une copie assez soignée en plus. Comme quoi, même avec un titre surprenant, un film peut receler bien des surprises... et de bonnes surprises!

Disponible en dvd zone 2 chez Bach Films.






Du même réalisateur :