RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION
JEUX (VIDEOS, DE SOCIETE...)



Réalisation
Roger Corman

Scénariste
Leo Gordon, Kinta Zertuche

Date de sortie
1960

Genre
monstres

Tagline


Cast
Susan Cabot
Anthony Eisley
Barboura Morris
William Roerick
Michael Mark...


Pays
Etats Unis

Production


Musique
Fred Katz

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2.5
(2 votes)
Le professeur Zinthrop est un spécialiste des abeilles et des guêpes. Avec la gelée royale de ces dernières, il a mis au point un sérum permettant de rajeunir. Il va proposer son élixir à Janice Starlin, ancien mannequin dirigeant une agence de cosmétique au bord de la faillite. Ne supportant pas de voir son corps vieillir, Janice demande à Zinthrop de tester son produit miracle sur elle-même...



Roger Corman n'a pas encore réalisé "La petite boutique des horreurs" quand il met en chantier cette "Femme Guêpe" en 1960, bien que cela ne saurait tarder. Le film peut être considéré comme un épisode un peu plus long de la "Quatrième dimension", par sa structure narrative et son sujet très science-fiction. Ce qui est loin d'être négatif !

En effet, Corman a réalisé un film plutôt réussi, malgré son manque évident de budget, mais n'est-ce pas là sa marque de fabrique? C'est souvent grâce à ce manque de budget d'ailleurs qu'il mettait tout son talent à inventer des créatures étranges (ces fameux crabes en 1957, ou son extraterrestre improbable en 56...), ce qui sera le cas ici.



Pour incarner Janice Starlin, Corman a recours à nouveau à Susan Cabot, qu'il avait déjà engagé dans plusieurs de ses films, comme "Soroty girl", "The saga of the viking women" ou "Machine gun kelly" par exemple. Janice Starlin est un ex mannequin qui faisait la renommée des produits de cosmétiques. Mais son image actuelle n'est plus la même qu'auparavant, la vieillesse commençant à faire son effet et ses campagnes de publicité où elle continue de s'afficher ne font plus recette. C'est pourquoi elle saute sur l'occassion lorsqu'un spécialiste des abeilles lui apprend qu'il a mis au point un sérum de rajeunissement à base de gelée royale. Et bien évidemment, Starlin va demander à tester le produit sur elle-même! N'a-t-elle jamais vu de film d'épouvante ???



Comme je vous le disais, le film fleure bon la science-fiction kitsch des années 50, et nous prévient à nouveau des dangers de la science et des soit-disant produits miracles destinés à faire retrouver aux femmes leur beauté d'antan. Un discours toujours d'actualité, au vu des chiffres toujours croissant des opérations de chirurgie esthéthique, des apparitions de nouveaux produits de beauté inondant le marché, et surtout lorsqu'il y a des "ratés", montrant qu'il ne faut pas jouer à Dieu et qu'on doit laisser au temps le soin de faire ses actions et de ne pas chercher à le contrecarrer par la science.

Comme vous vous en doutez bien, l'effet du produit sur un être humain va se révéler bien contre-indiqué et notre pauvre Janice va bientôt se métamorphoser en "femme guêpe", n'hésitant pas à tuer et à manger ses victimes, tout comme l'insecte. Le spectateur d'aujourd'hui rira bien devant le maquillage de la femme guêpe, mais ce côté ultra kitsch fait tout le charme du film. C'est sûr qu'à côté du maquillage d'homme mouche du film "La mouche noire", celui de cette "Wasp woman" fait quand même pâle figure... mais il a le mérite d'exister!



Ce qui est étonnant dans ce film, c'est qu'il n'y a pas de méchant! En effet, on ne peut pas vraiment en vouloir à Janice car lorsqu'elle redevient humaine, elle n'a aucun souvenir de sa transformation, ce qui ne fait pas d'elle un "monstre". C'est juste une femme refusant de se voir vieillir à qui on a offert une chance et qui l'a saisi, sans se demander s'il y aurait des conséquences. Tout comme notre pauvre savant qui ne se doutait pas de effets bien négatifs de son produit. Et tous les employés de Janice, même s'ils vont jusqu'à fouiller le bureau ou les affaires de leur patronne, c'est uniquement car ils s'inquiètent pour elle. Bref, un film de monstre où il n'y a que des gentils, c'est rare!

La réalisation est sobre mais efficace, l'interprétation juste, on ne s'ennuie pas et on prend plaisir à suivre cette étrange aventure d'une durée assez courte, une heure treize environ. On pourra noter que la musique semble être la même que celle de "La petite boutique des horreurs", les deux films ayant été tournés la même année, et la musique écrite par le même compositeur. Pour l'amateur de film de SF style "craignos monsters", ce film ne pourra que le satisfaire. Disponible en dvd zone 2 d'une bonne tenue, il aurait tort de s'en priver!

Remake en 1995

Disponible en dvd zone 2 chez Bach Films