RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.6
(5 votes)
Une famille emménage dans une vaste demeure de la campagne anglaise sans se douter un seul instant que cette maison renferme un terrible secret. La vieille dame qui la loue, Mrs Aylwood, d'abord réticente accepte ses nouveaux locataires après une discussion avec la fille aînée des Curtis. Jan Curtis possède en effet une forte sensibilité et une capacité à ressentir tout ce qui a trait au surnaturel.



Au début des années 80, Disney se lance bien modestement dans le film fantastique. Pour un film assez réussi ("La foire des ténèbres" de Jack Clayton), on compte une autre tentative bien plus surestimée celle-là : "Les Yeux de la forêt". Cahier des charges oblige, le réalisateur John Hough ("The Incubus", "Hurlements 4") doit composer pour obtenir un résultat visible pour toute la famille. Ce qui aboutit à un résultat fort logique : de bien belles scènes faisant monter le sentiment d'angoisse côtoient des séquences plus "familiales" jusqu'à un happy end guimauve. Regrettable car la première partie est sur le plan technique particulièrement réussie.



L'entrée en matière n'est pas sans rappeler le très réussi "Trauma(1976)" de Dan Curtis (Bette Davis au générique des deux films). Même postulat de départ: une famille s'installe dans une demeure qui ne va pas tarder à livrer ses secrets. Et lorsque la mère tentera de quitter les lieux, elle en sera empêchée par une force mystérieuse qui fera s'effondrer un pont. Cette impossibilité de fuir se retrouve aussi justement dans le film de Dan Curtis... Pour faire monter la tension crescendo, le réalisateur utilise une technique voisine de celle de Sam Raimi pour "Evil Dead", à savoir nous placer dans la peau de "ce qui se cache dans la forêt". John Hough faisant preuve là d'une grande fluidité dans sa mise en scène.



Beaucoup de scènes sont très soignées : l'arrivée dans la demeure, les apparitions de la "disparue", Karen, dans les miroirs. Celles dans la fête foraine qui la voit se démultiplier renforcent un sentiment de terreur. Il n'est guère difficile d'imaginer le résultat que cela provoquerait sur nos chères petites têtes blondes. Concernant le jeu des comédiens, c'est la petite Kyle Richards ("Le crocodile de la mort", "Halloween, la nuit des masques") qui retient l'attention. Bette Davis ayant tendance elle à forcer le trait, se faisant presque passer pour la méchante sorcière de "Blanche Neige". Mais peut-être n'est-ce pas un hasard? Une partie de la thématique du film prenant part dans des bois en apparence féerique mais pouvant cacher bien des dangers.



Ce qui vient gâcher cette belle ambiance, c'est la révélation de la "disparition" de Karen et le silence de ceux qui étaient là au moment où cela s'est produit. On se croirait dans une histoire tirée du "Club des cinq". Ce qui n'est pas illogique vu le coeur de cible du film, mais pourtant on retrouve plus de noirceur dans quelques autres productions Disney ("Blanche Neige et les sept nains" par exemple). La révélation finale vient donc ternir un film à l'ambiance réussie, mais qui plaira néanmoins aux plus jeunes d'entre vous.