RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Frank Agrama

Scénariste
/

Date de sortie
1981

Genre
zombies

Tagline


Cast
Brenda King
Barry Satells
Ellen Faison
George Peck
John Salvo


Pays
USA

Production


Musique
Ryan Ulyate

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2.6
(7 votes)
Egypte, 3000 ans avant Jésus-Christ, le cruel pharaon Safiraman sème la terreur et la zizanie. Il est épaulé par ses fidèles serviteurs, tout aussi avides de sang. Mais chaque règne a une fin, et lors de sa mort, Safiraman sera invité par une prêtresse à continuer sa mission même durant la mort, à la condition ultime que son tombeau soit profané. De nos jours, un trio de bandits ne trouve rien de mieux que de piller le tombeau, avides d'or et de luxure. Au même instant débarque une troupe de mannequins et un photographe à la recherche de somptueux décors…



Souhaitant surfer sur la vague des production italiennes de l'époque, Ahmed Agrama, le réalisateur/producteur, tente sa chance dans le film de zombies. La vague est haute, il ne sait pas surfer, et Agrama se noie. Pas complètement pourtant, étant donné la prétention du film à ne satisfaire que du Bis Zèdement tendencieux. A ce stade, on peut éplucher et chercher l'argumentaire de cette production, non sans prendre le risque de faire débander la momie.



La réalisation est somme toute acceptable, en ce sens qu'elle n'est pas gâtée. Les acteurs traînent la savate et servent tantôt de figurants tantôt de premiers rôles. Pourtant on ne leur demandera pas plus (surtout pas !) que de se faire zigouiller un par un de manière fort imagée. Les répliques du style : "personne ne s'intéresse à tes pieds" aux "ahhhhh" rituels viennent servir une histoire simple et ennuyeuse, qui n'est pas aidée par des décors naturellement baillants qui serviront à remplir une bonne moitié du film. A noter ceci qu'il faut impérativement éviter le doublage français (comme souvent) qui plombe encore plus la maigreur du dialogue, avec pour preuve : - "Je me marie demain" - "Ah bon, toi, tu en es bien sûr ?". Fort heureusement, la splendide momie tombera à pic et mettra fin à cet interminable sablier. Et pour aller plus vite, elle appellera ses disciples à l'aide, qui vont en profiter pour grignoter deux trois villageois, parce que, après 5000 ans, faut pas déconner ils crèvent la dalle.



Les maquillages sont plutôt moyens, mais restent à des millions d'années lumières des trucages à la gouache en vogue à ce moment-là. Les trois maquilleurs n'ont pas du voir "Zombie", ou bien si ils l'ont vu c'est encore pire : l'imitation de la machette dans la tête qu'inflige la momie à un acteur est à se fendre de rire. Et le comédien armé d'un fusil à silex (au chargeur illimité) qui décoche des balles dignes d'un bazooka japonais nous laisse penser que le tournage a eu lieu un 14 juillet. Reste à espérer que les techniciens étaient équipés d'extincteurs. C'est ainsi sur une musique extrêmement agaçante (quand il y en a) que nous verrons déambuler les zombies ma foi plutôt convaincants de Luigi Batistelli, tantôt la tête dans le sable, tantôt en train de festoyer à la mode fulcienne.



En définitive, il n'y a pas grand-chose à dire sur cette production moyenne qui aurait gagné à se doter d'un scénario et de vrais acteurs sinon qu'elle apporte une pierre de plus à l'effigie du bis zombièsque, non sans copier de près "l'Abîme des morts-vivants" en légèrement plus soutenable. A regarder par curiosité et à collectionner en VHS, ce film n'étant je pense pas près de sortir chez nous en DVD (ou alors rangé à côté du best of de Roucas).








Du même réalisateur :