RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.5
(31 votes)
SPOILERS - NE LIRE LE RESUME ET LA CRITIQUE QU'APRES AVOIR VU LE FILM Alors que la guerre des clones fait toujours rage, Obi Wan Kenobi et Anankin Skywalker ont la dure mission d'aller sauver le Chancelier Palpatine des griffes du Général Grievous. Une fois sauvé, le Chancelier montre de plus en plus d'hostilité envers le conseil des Jedi et tente de garder la confiance du jeune Skywlaker. Celui-ci apprend de son épouse Padmé qu'il va être prochainement père. Des cauchemars l'assaillent concernant cette grossesse et il rêve que Padmé va mourir pendant l'accouchement. Anakin ne sait plus quoi faire. Le Chancelier en profite alors pour révéler sa véritable identité au jeune Jedi : c'est un Sith, tourné vers le côté obscur de la force. Il parvient à convaincre Anakin que le côté obscur de la force lui permettra de sauver Padmé de la mort. Anakin prévient Mace Windu de la nature du Chancelier. Windu va se battre en duel avec Palpatine mais au moment de le tuer, Anakin s'oppose entre les deux hommes. Le jeune Jedi, torturé par ses pensées et ses actes, va alors se donner totalement au Chancelier Palpatine, qui a retrouvé son apparence de Sith, sous le nom de Dark Sidious. Il nomme Anakin d'un nouveau nom : Dark Vador et lui donne pour mission d'éliminer tous les chevaliers Jedi...



Il est enfin là, devant nos yeux, ce fameux tant attendu épisode de transition. Un épisode attendu comme le Messie. Sera-t-il meilleur que les deux précédents films ? Sera-t-il plus noir, plus sombre ? La magie va-t-elle opérer ? La transition entre cet épisode 3 et l'épisode 4 que nous connaissons et qui date de 1978 va-t-elle tenir la route ? Autant de questions que se posaient les fans et qui vont trouver enfin une réponse !

A ma première question, la réponse sera un grand OUI. La Revanche des Sith est à mille lieues de "Star wars, épisode I : la menace fantome", ce qui n'était pas difficile à réaliser, il faut bien le reconnaître, cet épisode étant sûrement le plus faible des 6 chapitres de la saga. J'avais nettement préféré "Star wars, épisode II : l'attaque des clones", par son côté plus adulte, par la disparition de Jar-Jar (OUF !!!!!), par la naissance d'une trame amoureuse entre Anakin et Padmé, bref, par un côté qui me rappellait plus les épisodes de la saga que je connaissais. Mais La Revanche des Sith va encore plus loin dans le bonheur qu'il procure, car cette fois, on est en pleine épopée, en pleine tragédie grecque !

Dès la séquence d'introduction, on en prend plein la vue et les oreilles. La guerre dans l'espace bat son plein et Lucas nous offre une magnifique scène de guerre des étoiles. C'est même impressionnant, les FX s'intègrent parfaitement bien, on se croirait revenu à la séquence de l'attaque de l'Etoile Noire, c'est pour dire. Les vaisseaux virevoltent dans l'espace, ca tire de partout et ça vous cloue d'entrée sur le fauteuil.



Devant sauver le Chancelier Palpatine, Obi Wan et Anakin vont affronter un nouveau méchant, le Général Grievous, grand droïde au look ravageur, chef de l'amrée séparatiste. Un méchant charismatique même s'il n'est pas humain et que l'on retrouvera assez souvent au cours de ce troisième volet. Le dernier duel entre Grievous et Obi Wan sera un morceau de bravoure, Grievous pouvant dissocier ses deux bras pour en faire quatre et sachant manier le sabre laser comme un Jedi. La séquence ne se contentera pas d'un simple duel au sabre et nos deux personnages vont avoir bien du mal à s'entretuer. Encore une fois, les images proposées sont assez monstrueuses en terme de spectacle ! Et du spectacle, il y en a revendre dans ce Star Wars 3 !

Mais spectacle ne veut pas dire pour autant qu'on en oublie les personnages. Bien au contraire, c'est la force du film. Le principal personnage que l'on va suivre est bien entendu Anakin Skywalker, tiraillé entre les deux côtés de la force. Alors que l'on avait commencé à entrevoir sa future destinée dans l'épisode 2, on va enfin découvrir comment ce jeune homme, élu parmi les Jedi, va retourner sa veste et rejoindre le côté obscur. Et c'est là que l'aspect de tragédie grecque va prendre toute sa saveur.

Notre jeune Anakin apprend qu'il va être papa de sa douce Padmé. Une révélation qui le rend heureux mais des visions vont le faire basculer dans le doute. Il voit en rêve la mort de Padmé lors de l'accouchement. Ses précédentes visions sur la mort de sa mère s'étant révélées exactes, Anakin se refuse à laisser mourir Padmé. Il veut coûte que coûte trouver un moyen de la sauver. L'Amour. Avec un grand A. Voilà ce qui va faire chuter Anakin. Tel Roméo ne voulant perdre sa Juliette, Anakin, devant la proposition de Palpatine, qui vient de lui révéler qu'il était un Sith et que le côté obscur de la force pouvait vaincre la mort, ne sait plus quoi faire. Mais il est determiné à utiliser tous les moyens qui existent afin de sauver Padmé. De plus, les intrigues politiques entre l'ordre Jedi et le Chancelier ne font que renforcer ses doutes sur lui-même et certaines décisions du conseil le tourne vers la colère. Colère, Amour, Jalousie, notre jeune Jedi est définitivement perdu. Lucas est quand même un habile artisan car il se sert de l'amour pour détourner Anakin du bien, mais ce sera aussi l'amour, l'amour d'un père face à son fils, qui le fera revenir du bon côté dans "star wars, épisode VI : le retour du jedi". La boucle étant ainsi bouclée !



Lors du combat entre Mace Windu et Palpatine, on assiste à la transformation du Chancelier en Dark Sidious, dont le physique nous est cette fois familier puisqu'il prend le visage bien connu de l'Empereur des épisodes 4,5 et 6. Traits vieillis, dents pourries, yeux quasi translucides. Un Empereur qui est en passe de perdre son duel face à Windu, le plus puissant des chevaliers Jedi. Mais l'intervention d'Anakin, qui voit en la mort de Sidious la perte de la possibilité de sauver Padmé, va faire tourner la balance en faveur de l'Empereur, Anakin n'hésitant pas à frapper Windu de son sabre laser. Malgré le profond regret de son geste, Anakin cède et se livre totalement à l'Empereur. Celui-ci le nomme Seigneur Sith et lui donne son nouveau nom : Dark Vador. Je ne vous raconte pas les frissons qui m'ont parcouru l'échine à la simple évocation de ce nom. Comme un vrai gamin, je jubilais intérieurement sur mon fauteuil de cinéma. Enfin, il est de retour, celui qui nous avait tant manqué dans les deux premiers épisodes, le Seigneur noir, LE méchant de la saga. Même s'il nous apparaît encore sous les traits d'Anakin, un vrai sentiment de joie s'empare de nous.

La suite du film s'enfonce encore d'avantage dans le côté sombre et noir, tant désiré par les fans. Certes, Lucas n'a pas non plus trop montré, mais quand même, voir les corps des petits enfants Jedi, morts, assassinés par Anakin au sabre laser, c'est déjà pas mal je trouve. La suite sera encore plus dramatique, puisque Obi Wan découvre que son protégé est passé du côté obscur de la force. Il prévient Padmé qui ne veut le croire. Celle-ci va rejoindre Anakin, embarquant sans le savoir Obi Wan. Les retrouvailles entre Pamé et Anakin ne se passent pas comme prévu. Anakin est devenu radicalement différent, il ne parle que de pouvoir, il veut même "faire la galaxie à leur image et gouverner le monde avec elle"... Padmé ne reconnaît plus son amour. Quand Obi Wan surgit du vaisseau, la jalousie s'empare d'Anakin, qui ira jusqu'à tenter de tuer Padmé en l'étouffant, ce qui nous permet de retrouver le même geste que Dark Vador fera dans l'épisode 4. Car sans qu'on s'en rende compte immédiatement, Lucas installe petit à petit des références à la trilogie que nous connaissons, et installe progressivement sa transition.

La suite verra un formidable duel entre Obi Wan et Anakin, ainsi qu'un duel entre Yoda et l'Empereur. On retrouve le Yoda bondissant du second film, ce qui fait toujours un drôle d'effet quand on a l'habitude de le voir plus âgé et marchant avec une canne. Le duel entre Obi Wan et Anakin se terminera de façon tragique pour le futur Seigneur Noir, ce qui nous permet de voir enfin pourquoi Dark Vador est vêtu de son costume noire, pourquoi il respire comme un asthmatique et pourquoi il porte un casque. Sa première apparition sous son armure est un grand moment pour tous les fans de ce méchant ultime.



Comme je le disais, Lucas nous a donc installé tous les éléments de la transition. Dark Vador est enfin comme nous le connaissons, l'Empereur à son visage ridé, Yoda nous explique que face à sa défaite, il va s'exiler, on assiste à l'accouchement de Padmé ou elle nomme ses deux jumeaux Luke et Leïa. Comme dans les visions d'Anakin, elle ne survivra pas. Les deux bébés seront séparés et Luke se retrouvera chez ses parents adoptifs, sur la planète Tatouine, sous la surveillance d'Obi Wan. Même les vaisseaux spatiaux se sont modifiés et prennent des formes bien connus des spectateurs. La mise en place de la transition ira même jusqu'à la modification du bruit des moteurs de ces vaisseaux, qui nous semblent également beaucoup plus familiers. Lucas n'oublie pas de faire effacer la mémoire de C3PO, ce qui expliquera qu'il n'aura aucun souvenir de ce qu'il a déjà vécu dans l'épisode 4. Pendant une scène de bataille avec des Wookies, nous avons aussi fait connaissance de Chewbacca. Bref, Lucas s'en sort vraiment bien, même si des petits détails n'ont pas passés cette barrière de la transition, du style "comment Leïa peut-elle parler de sa mère dans Le retour du jedi" ? Mais qu'importe, le pari est pleinement réussi pour ma part !

Et que dire de la séquence finale, nous montrant tout d'abord L'Empereur et Dark Vador à bord d'un vaisseau, qui se trouve devant une construction en forme de boule...le future Etoile Noire ! Et voir les parents adoptifs sur Tatouine, tenant Luke bébé, devant un splendide soleil annonçant... Un Nouvel Espoir ! C'est magnifique, beau à en pleurer.

Ma critique ne serait pas complète (elle ne l'est d'ailleurs sûrement pas, tant cet épisode est riche...) sans parler d'un autre personnage principal, sans qui le film ne serait rien : la musique de John Williams. Que peut-on dire qui n'a pas déjà été dit ? Williams a composé une splenide partition pour cet épisode, qui vous transporte vraiment au coeur du film, mélant fougue, émotion, noirceur. Vraiment un grand bravo monsieur Williams !

Bravo également aux acteurs du film, Hayden Christensen en premier, nouvelle star montante qui incarne vraiment avec brio Anakin et qui possède un réel charisme. La jolie Natalie Portman est touchante dans son rôle de mère qui perd son grand amour. Je ne citerai pas tout le monde mais l'ensemble du casting est vraiment excellent.

Et un grand Bravo à George Lucas, qui nous a enfin donné l'épisode que l'on voulait voir. C'était beau, c'était puissant. Merci !