RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Ricky Lau

Scénariste
Barry Wong

Date de sortie
1986

Genre
vampires

Tagline


Cast
Yuen Biao
Lam Ching-Ying
Pauline Wong
Moon Lee
Chung Fat & Wu Ma


Pays
Hong Kong

Production


Musique
Melody Bank

Effets spéciaux



Cliquez pour noter..
A la recherche d'objets anciens quelconques, un archéologue et ses deux abrutis d'assistants découvrent une mystérieuse grotte en pleine cambrousse chinoise. Un antre sombre et humide, dont le sol est jonché d'os et de squelettes, mais cachant également les corps d'une famille asiatique, en parfait état de conservation. Le front recouvert d'un parchemin marqué d'une curieuse inscription et parés de costumes de mandarins, les trois corps sont emmenés au labo pour être examinés mais ne vont pas tarder à se réveiller suite à la malveillance de leur gardien…



Auréolé d'un formidable succès, "Mr Vampire" deviendra très vite une véritable référence de la ghost-kung-fu-comedy et lui donner une suite s'avère pratiquement inévitable pour ses producteurs.
Ricky Lau se tourne vers un cinéma plus pop-corn, voire plus accessible au public occidental et japonais, et place son film dans un cadre contemporain.

L'idée est beaucoup trop risquée, et même si ce second opus sera quand même récompensé d'un succès confortable, il reste sans aucun doute le très vilain petit canard de la saga "Mr Vampire".
On retrouve presque la même équipe, et pourtant la magie, la folie, le charme inédit du premier film se volatilise au profit d'une œuvre assez commerciale, lourde et très maladroite.



On ne retrouve malheureusement pas les mêmes personnages, puisque une petite partie se retrouve dans le spin-off "New Mr Vampire", seul Lam Ching-Ying trouve un rôle ayant un petit lien avec son personnage du Maître Kau, en reprenant ses fameuses techniques et toujours en possession de ce charisme discret qui rend sa présence très agréable.

Le très lourd Billy Lau et la très charmante Moon Lee reviennent également, quoique leurs rôles soient finalement sans grande importance (enfin surtout pour Moon Lee, qui n'apparaît que quelques minutes). Pas d'éclairages kitch, pas de décors très variés, pas de morceaux de bravoure ultra mémorables, non décidément cette deuxième fournée tourne mal...

En fait, on ne retrouve que le charme légendaire du premier film dans la première demi-heure, parsemée de quelques bons gags et offrant un jeu de cache-cache dans un labo avec un couple de Gyonshi, où la victime essaye de jongler avec une seule étiquette paralysante ! On redécouvre le rythme, l'hystérie et l'inventivité d'une séquence digne de "Mr Vampire" premier du nom, mais les choses vont commencer très vite à chauffer.



Découvert dans une vieille grotte par des archéologues/pilleurs assez limites mentalement, les membres d'une famille de Gyonshi se retrouve séparé malgré eux. Il y a d'un coté le couple, inséparable, et de l'autre le bambin, lâché accidentellement dans la nature, et se retrouvant malgré lui dans la petite cabane à outils d'une famille chinoise modèle. Une famille gentiment niaise comptant un papa poule débordé et un couple de gamins un peu rondelets à la langue bien pendue. La petite fille de la maison tombe sur le petit vampire, et pense bien maladroitement en regardant les infos, qu'il s'agit d'un petit enfant pauvre.

Le surnommant O.K Boy (si ça fait pas américain ça), elle s'occupe de garder la jeune créature avec son frère et en fait un compagnon de jeu idéal (et très spécial !). Ricky Lau nous fait le coup d'un "E.T" vampirique d'abord mignon comme tout mais finalement aussi niais que poussif (le clip musical racontant les aventures urbaines du petit vampire donne surtout l'impression d'être tomber sans le vouloir sur un film pour kids). Lau se vautre dans un produit filmique à tournure familial et ça, ce n'est décidement pas bien !



Comme je l'ai dit plus haut, il n'y a finalement peu de morceau de bravoure et ce qui s'avère annoncé comme étant le gros morceau du film tombe méchamment à plat : une longue séquence édifiante d'une dizaine de minutes où l'un des protagonistes fait éclater une bouteille de ralentisseur, dégageant une odeur peu agréable et ralentissant l'action ! Le concept est cocasse, le résultat est une lourdeur sans pareille, nous donnant surtout l'impression de patauger dans une semoule filmique. Et dire que les combats de la saga sont surtout réputés pour leur rapidité, là c'est franchement n'importe quoi…

Mais le pire vient sans doute des Gyonshi eux-mêmes, sobres et livides dans le premier, cabotineur et grimaçants ici. Les acteurs jouent à fond leur rôles, et font même clairement n'importe quoi, déployant une gamme de mimiques insupportables (la palme revient surtout au cri insupportable de la femme vampire… à moins que vous aimiez entendre "Ah, ah" toutes les deux secondes, affaiblissant considérablement l'ensemble. Même leurs actions sont d'un répétitif à toute épreuve (et que je te saisis le cou, et que je rebondis, et que j'ouvre la bouche…), à ce stade là, la coupe est pleine.

Et aussi bancal soit-il, le film reste divertissant et se suit plus ou moins bien. Et à moins que vous ayez décroché à la fameuse scène du ralentisseur ; l'ensemble se veut sympa, et peut faire même parfois sourire (l'apparition du pompier semi-débile ou la première demi-heure).
"Inégal" est le mot convenant parfaitement à ce deuxième volet, s'écartant méchamment de l'univers plus classique de la ghost-kung-fu-comedy, qui n'est pas censé se situer dans un cadre moderne on le rappelle. A voir si l'univers de "Mr Vampire" vous accroche vraiment, sinon la fuite est plutôt préférable.