RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.7
(3 votes)
Yousef Bey vient d'être choisi par le Grand Prêtre d'Arkham pour se rendre en Amérique afin de ramener le corps de la Princesse Ananka, conservé dans un musée. Le Grand Prêtre dévoile à son disciple que la momie Kharis n'est pas morte et qu'elle rôde toujours, cherchant vengeance. Une fois sur les lieux, Yousef Bey, à l'aide des feuilles de Tana, récupère Kharis et tous deux se rendent au musée afin de voler le corps momifié d'Ananka. Mais quand Kharis touche Ananka, celle-ci semble disparaître et ne laisse que des bandelettes. Pour Yousef Bey, une autre prophétie vient de s'accomplir : l'âme d'Ananka vient de se réincarner dans le corps d'une personne vivante. Cette personne ne serait-elle pas la jolie Amina, étudiante égyptienne qui porte sur la main un curieux symbôle...?



Après deux films un peu répétitifs, Reginald Le Borg parvient à insuffler une énergie nouvelle à ce troisième volet des aventures de Kharis.

Après le passage obligé de pouvoir entre le Grand Prêtre et son disciple, joué cette fois par John Carradine, le film s'oriente vers de nouveaux horizons et ne se contente pas de réutiliser les ficelles des films précédents. Les scénaristes ont fait un effort, incluant cette idée que l'âme de la princesse Ananka se soit réincarnée dans le corps d'une jeune étudiante, égyptienne de nationalité. Une idée nouvelle, et qui apportera au film un peu de fraîcheur et surtout un aspect dramatique jusqu'ici inédit.



On retiendra également une très bonne réalisation, et surtout, une excellente utilisation des décors. On a même l'impression d'être dans un western parfois. Les scènes finales sont particulièrement frappantes dans cette mise en place du décor. Franchement, on assiste à un beau travail de recherche et d'originalité !

Mais c'est surtout l'aspect dramatique qui se détache de cette oeuvre. Les personnages, en particulier Amina, font naître des émotions de par les situations qu'ils vont vivre; Amina est toujours troublée quand elle parle de l'Egypte et ce sera elle la première à se trouver nez à nez avec Kharis. Une rencontre qui se soldera par l'évanouissement de la jeune fille, qui se réveillera avec une mèche de cheveu totalement blanche sur sa chevelure brune. On comprendra par la suite, avec l'apparition de nouvelles mèches de cheveux, qu'Amina est en train de se réincarner en Ananka.



La momie Kharis est également beaucoup plus touchante, marchant toujours en boîtant mais cette fois, elle semble animer d'émotions, puisqu'elle ira jusqu'à se révolter contre son maître, préparant un sombre plan contre Amina/Ananka. Les scènes où elle porte l'héroine dans ses bras sont très belles et la fin est vraiment émouvante, un final empli de poésie et qui inspira sûrement Terence Fisher pour son film "La malédiction des pharaons".

Niveau rythme, le film est vraiment bien mené et on ne s'ennuie pas une seconde, que ce soit pendant les recherches d'un égyptologue sur les feuilles de Tana, pendant l'enquête policière ou pendant les attaques de la momie. Pas de scène inutile, pas d'humour qui n'a pas sa place. Non Reginald Le Borg va à l'essentiel et marque des points !



"Le Fantôme de la Momie" est donc nettement supérieur à ces deux prédécesseurs, "La main de la momie" et "La tombe de la momie". Avec le film de 1932, c'est ce volet que je conseillerai aux spectateurs désireux de voir un film de momie de la Universal. A moins que le quatrième chapitre, "La malédiction de la momie" ne soit encore supérieur mais ça, je ne le saurai qu'après l'avoir regardé !








Du même réalisateur :