RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(2 votes)
Pour cette 7ème fournée de DVD, Uncut Movies a choisi d'apporter son support à deux partenaires de longtemps : d'une part Andreas Schnaas, avec son "anthropophagous 2000" sanglant, mais un peu mollasson ; et d'autre part Troma. Pour le coup Uncut Movies nous fait une véritable offrande avec une superbe édition d'un film… très particulier. Dans les années 20, 30 et 40 aux Etats-Unis, des foires sillonnaient l'Amérique avec leurs lots de ‘monstres'. Parmi ceux-ci étaient les ‘Geeks', des personnages si miséreux qu'ils en étaient réduis à trancher des têtes de poules avec leurs dents pour survivre. En fait, ces Geeks, seraient prêts à tout pour un verre de Whisky. Luther, alors qu'il tente d'approcher la cage d'un Geek, se fait passer à tabac par la foule. Il s'effondre et se casse les dents. Quelques trente années, trois meurtres et vingt ans de prison plus tard, Luther dit ‘le Geek' est a nouveau parmi nous. Avec sa dentition en acier et sa démarche de poulet, le taré guette sa proie.



Mesdames et Messieurs, fans ou non de la Troma, voici venir à vous un métrage qui vaut son pesant de grain. Un pur produit Troma, un peu gore, drôle et original.

A l'instar de "blood hook", Luther se démarque de la masse de slasher produit dans les années 80 par la personnalité particulière du tueur. Après le pêcheur fou qui tue ses victimes à l'hameçon géant, voici donc un Geek qui se prend pour un poulet et arrache le cou de ses proies a coup de dents. Evidemment, chaque mise à mort est effectuée avec force gerbes de sang. Ce n'est certes pas le métrage gore extrême que nous vend Uncut, cependant "Luther…" regorge de qualités autres que l'excès de viande froide.

A commencer par le tueur en lui-même incarné par Edward Terry, absolument bluffant dans le rôle du monstre. L'acteur à dû passer un certain temps enfermé dans un poulailler à observer les crétins-volatiles tant son interprétation semble authentique. L'acteur passe son temps à caqueter d'une façon des plus inquiétante et se meut comme un poulet égaré.



Le plus étonnant dans ce métrage est le fait qu'il se soit bonifié avec l'âge. Il est vrai que certaines scènes contenu dans ce menu "poulet" sont désormais des poncifs du cinéma de genre. Cependant la bobine a acquis un certain charme en même temps qu'un aspect comédie.

Si ce n'avait été une production Troma, il est fort à parier que "Luther…" serait aujourd'hui passé à la postérité grâce à un statut de film culte. Statut qu'il aurait par ailleurs amplement mérité. Les slashers originaux n'étant déjà pas légion, qu'est-ce à dire des slashers originaux ET réussit ?

Si l'ont dit qu'il faut rendre à César ce qui est à César, il faudrait aussi penser à rendre à Luther ce qui est à Luther. Ainsi Troma nous tient en haleine de la première à la dernière seconde. L'acteur principal est surprenant de charisme et l'actrice principale à une fille qui arbore de superbes nich… Ah ! J'allais oublier que les attributs mammaires ne font pas un film. Quoique dans le cas de Troma, ce lieu commun semble s'étioler quelque peu…



Carlton J. Albright signe ici une perle du cinéma de genre. Un film à petit budget complètement réussit, ne souffrant jamais d'une pénurie d'argent. Les effets spéciaux ne sont pas horriblement cheap, bien au contraire, ils créent l'illusion. C'est-à-dire qu'à moins d'y prêter vraiment attention, les trucages sont parfaitement transparents.

Il est un côté appréciable chez Troma : depuis trente ans ils ont su produire les pires immondices ("zombie island massacre", "garden dead"…) comme des chefs d'œuvre incontournables ("toxic avenger -the", "terror firmer", "cannibal the musical"…). A chaque fois que le temps est venu de découvrir un ‘nouveau' Troma, c'est avec un peu d'appréhension que je débute le visionnage. ‘Est-ce une perle où un fond de cuvette ? Vais-je devoir mettre la note sanction pour ce Troma là ?' Tant de questions se bousculent alors dans ma tête.
C'est en général au cours des 10 premières minutes du métrage que les réponses se font évidentes.

Dans le cas de "Luther…" le spectateur sait dès la première scène que le métrage qu'il s'apprête à regarder va flatter son âme de cinéphile.



Inutile d'insister, vous l'aurez compris, "Luther…" est une réussite sur tout les plans, un métrage filmé avec le cœur et les tripes mettant en scène des acteurs qui croient en ce qu'ils font.

Superbe !

Mais ce n'est pas fini, car chanceux que nous somme, Uncut Movies à agrémenté son DVD d'une introduction du film par Lloyd Kaufman (vite un verre d'eau, je sens mes jambes me faire défaut). Et le maître du cinéma Bis se prête à l'exercice en Français s'il vous plaît (ça y est, je me sens défaillir !) ! Comment remercier Uncut de tout le soin qu'ils apportent à l'édition de leurs DVDs ?!

Une édition indispensable pour un film indispensable. Mais comme vous l'avez déjà, inutile d'enfoncer des portes ouvertes… Comment ‘non' ?

Le DVD de ce film est disponible sur www.uncutmovies.fr






Du même réalisateur :