RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.7
(3 votes)
Un évadé en fuite est suivi par un flic et un vautour en plein désert, un peintre dépressif prend goût aux meurtres, une véritable battante tue sa colocataire et se rend à un curieux concours de beauté.



Pour rester dans le même ton que le second volume, ce volet se permet même un manque d'humour et nous offre des histoires assez rudes mais incroyablement réussies. D'excellents acteurs (le trio Kyle MacLachlan, Tim Roth et Mimi Rogers répartis chacun sur un épisode est tout simplement époustouflant), du sang (comme d'habitude) et des idées en veux-tu en voilà.



* Le canyon de la mort : Habitué aux rôles de gentils ou de héros bien propres sur eux (dans "Blue velvet" en l'occurrence, ainsi que dans "Dune" ou "Roswell"), Kyle MacLachlan nous donne ici une performance de bad guy inattendu, un anti-héros que l'on va devoir se coltiner tout au long de ce sketch particulièrement éprouvant, puisque reposant sur un concept assez percutant et d'une cruauté incomparable. Après son évasion de prison, un jeune bandit se retrouve poursuivi par un énigmatique policier à quelques km de la frontière du Mexique. Aucun habitat, des cactus, de la chaleur, un soleil qui tape méchamment, pas de vivres ou de quelconques ressources : l'horreur totale ! Mais il y a aussi ce vautour suivant les deux personnages, on ne sait pourquoi, attendant quelque chose… ou quelqu'un.

En combattant le policier dans un restaurant désaffecté, le bandit le tue sur le coup. Seulement, avant de donner son dernier souffle, l'increvable poulet s'accroche à son assassin avec des menottes et avale la clé !! Autrement dit, notre cher ami va devoir se taper la cadavre accroché au poignet. Je ne gâcherais rien pour la suite, même si je tiens à signaler que la fin est particulièrement atroce, et qu'elle n'est que la première de la série d'épisodes de ce DVD. Totale réussite, et beaucoup de sang et de sueurs pour ce grand moment à voir absolument.



* La peinture au sang : hommage au film de Herschel Gordon Lewis, "Color me blood red", cette histoire est la plus noire des trois présentes ici, malgré un début apportant un soupçon d'humour noir sanglant bien senti. Tim Roth (hallucinant !!) incarne un peintre sans succès, qui ne réussit guère dans l'abstrait et se retrouve rejeté sans cesse. Malgré l'utilisation d'une charmante demoiselle comme modèle, il semble complètement perdu. En voulant taire un voisin trop bruyant, il le tue accidentellement en lui balançant un pot de fleurs sur la tronche. Et lorsque le cadavre atterrit sur le trottoir, pour laisser échapper un beau filet de sang, le jeune peintre se sent tout de suite inspiré.
Et ce désir de tuer devient encore plus important lorsqu'il rencontre un milliardaire un peu siphonné, passionné par l'art morbide. Et c'est un joli paquet de flouze qu'il reçoit en échange de ses toiles. Les victimes s'entassent, et le jeune peintre va jusqu'à utiliser leur sang pour faire ses peintures. Mais tout cela va-t-il durer ? Ben ça, c'est à vous de le voir…
Ambiance désespérée parfois bien glauque, personnage principal torturé, scènes gores qui tachent… Pas de doute voilà une perle. On rajoute une pincée de sexe et une chute finale qui risque de vous hanter pendant un bon moment. Vous voilà prévenus…



* Le concours : Une version féminine et moins drôle du fameux "Tête d'affiche" qui s'oriente avant tout thriller avant de céder aux exigences de l'horreur par une fin plus que surprenante. Le casting féminin vraiment très agréable composé de quelques belles déesses fait bien plaisir à voir, et d'ailleurs on remarquera la présence de la mignonne Jennifer Rubin, la punkette de "Freddy 3 les griffes du cauchemar" ou la gentille traumatisée de "Panics". Quant à la réalisation, elle est l'oeuvre de Stephen Hopkins, de quoi se réjouir…
Une battante venant de perdre un rôle pour une pub de parfum retourne dans son appartement, épuisée. Pas de chance, sa colocataire a remporté le rôle à sa place, et celle-ci se paye le luxe d'annoncer que son petit copain va la faire gagner à un concours de beauté. Exaspérée, elle la drogue avec quelques tranquillisants mais force un peu trop la dose, au point de la tuer. Elle maquille le meurtre en suicide, et hop se casse avec le passe pour gagner au concours. Mais alors que tout ce passe bien, elle se fait à nouveau une rivale, elle aussi bien déterminée. Une belle surprise pour une intrigue assez classique dégringolant dans le grand guignol le temps d'une chute elle aussi assez marquante (quoique fortement teintée d'humour noir). Savoureux.

Encore un volume fortement recommandable, auquel vous pouvez laisser une place dans votre dvdthéque sans hésiter.








Du même réalisateur :