RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.8
(4 votes)
Le Dr Rex Martin fait des expériences sur les cerveaux, qu'il emmagasine dans des bocaux. Le but est de permettre d'agir sur le cerveau, afin d'apaiser les patients. Le Dr Halsey fait figure de cobaye. Il se trouve interné alors qu'il connaît des formules pouvant intéresser de grandes corporations. Le Dr Martin est alors chargé d'expérimenter sur son cerveau. C'est alors que la vie de Martin bascule, entre rêve et cauchemar.



Quand Adam Simon s'essaye à la réalisation, les résultats sont peu souvent convaincants. La faute, certainement à une faiblesse des budgets, ce qui aboutit à des petites productions, du style "Carnosaur" (1993). Pourtant, pour son premier film, le jeune Adam Simon semblait mettre pas mal d'atouts dans sa poche : un producteur confirmé en la personne de Roger Corman, un solide casting (Bill Pullman, Bill Paxton, George Kennedy), et le scénariste de la série télé "La 4ème dimension" (Charles Beaumont). Si l'histoire pouvait (à la rigueur) se révéler intéressante dans un court format, l'erreur a été de l'étirer sur 1h 20, ce qui est une très mauvaise idée.



Pas mal de mauvaises nouvelles attendent ceux qui espèrent au moins un jeu d'acteurs crédibles. Si Bill Pullman reste toujours impeccable (même dans des sombres navets), on reste effaré devant l'aspect gominé de l'autre Bill (Paxton). Il manque plus que les dents longues et la caricature du jeune loup serait complète. Difficile aussi de relier entre elles des bout de scènes. A coups de faux réveils, de cauchemars, on perd progressivement le fil de l'intrigue. Une histoire tellement désordonnée qu'on nage en plein délire. A ce titre, le titre français faisant appel à la Paranoia est bien plus percutant que le titre original (pour une fois).



On ne sait plus si le Dr Rex Martin existe ou bien si c'est le dr Halsey, qui est le fruit de son imagination. Bref, un vrai mic-mac. Mais, peut-être qu'il reste quelque chose dans le côté graphique. En général, les films où la réalité se trouble ont un environnement étrange, d'où une certaine distorsion d'avec la réalité ressort. A l'exception de quelques gros plans sur des cerveaux ouverts et où des médecins trifouillent, peu de choses diffèrent entre un monde réel et un monde imaginé. Il y a quand même quelques scènes surréalistes comme lorsque le dr Martin, tombe d'un placard dans le vide (une idée reprise dans "La fin de Freddy" de Rachel Talalay).



Difficile d'aboutir à une conclusion certaine des faits auxquels nous venons d'être confrontés, et ce jusqu'à la fin. Le Dr Martin existe-t-il réellement ? Ou n'est-il pas plutôt le dr Halsey ? A moins que les pensées en proviennent d'un de ces cerveaux en bocal ? Chacun peut y aller de sa propre conclusion, pour un film désagréable et insupportable, qui rappelle que Corman (jadis grand producteur : "Coppola", "Joe Dante") ne cesse de sombrer dans des productions de plus en plus z. Une seule envie nous tenaille, c'est d'appuyer sur la touche "vitesse rapide" pour mettre fin à notre souffrance mentale. Pour des histoires de savants fous largement supérieurs, je ne peux que vous conseiller de revoir la trilogie des "Re-Animator" avec le Dr West.








Du même réalisateur :

CARNOSAUR