RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.5
(2 votes)
Deux étudiantes, Elvira et Geneviève, préparent une thèse sur la sorcellerie et la magie noire. Elles décident de partir à la recherche du tombeau de la Comtesse Wandessa d'Arville de Nadasdy, ancienne sorcière qui buvait le sang de vierges pour garder intacte sa jeunesse et sa beauté. Entre-temps, un médecin légiste se rend dans un petit village pour pratiquer l'autopsie de Waldemar Daninsky, dont les habitants disent qu'il est un loup-garou. Pendant l'autopsie, le médecin retire les deux balles d'argent qui ont tué Waldemar. Celui-ci etant libéré de l'emprise des balles d'argent, il redevient loup-garou et s'échappe. Nos deux étudiantes arrivent dans le petit village et font connaissance avec Waldemar qui leur offre l'hospitalité dans sa vaste demeure. Il y réside en compagnie de sa soeur atteinte mentalement. Bientôt, Elvira tombe sous le charme de Waldemar, qui leur propose de les aider à retrouver la tombe de la Comtesse. Après quelques recherches, ils parviennent à la découvrir et ouvrent le cerceuil. Le corps décomposé de la Comtesse est bien là, un poignard en forme de croix étant planté dans son coeur. En retirant le poignard du corps de la Comtesse, nos trois compagnons ne se doutent pas qu'ils viennent de faire renaître une terrifiante créature de la nuit. Car la Comtesse est une vampire. Des meurtres mystérieux se reproduisent dans la région et Geneviève devient bientôt l'esclave de la Comtesse...



"La Furie des Vampires" n'est pas le premier film mettant en scène Paul Naschy dans le rôle du loup-garou. En effet, Naschy a déjà tourné trois autres films dans lesquels il interprète le rôle de Waldemar Daninsky. Et il va en tourner bien d'autre encore mettant en scène ce personnage récurent dans sa filmographie.

De par la présence du loup-garou et de femmes vampires, "La Furie des Vampires" est donc un cross-over, et ce, bien avant "Underworld" ! Déjà en 1943, la Universal avait fait se rencontrer le loup-garou et la créature de Frankenstein ! Comme quoi, cette idée de mélanger plusieurs monstres dans un même film ne date pas d'aujourd'hui.

Le film est vraiment très agréable à suivre et prouve que l'Espagne sait faire des films fantastiques également. L'ambiance rappelle un peu certaines productions de la Hammer, de même que la très belle photographie et les couleurs.



Paul Naschy reprend donc son rôle de Waldemar Daninsky, qui se transforme en loup-garou par les nuits de pleine lune. Les séquences de transformations sont assez simplistes, l'acteur se retrouvant de plus en plus poilus image après image. Le look du loup-garou est néanmoins assez sympa et plaira sûrement au fan de ce monstre mythique.

Niveau vampire, la Comtesse est toute de noire vêtue et possède deux belles canines qu'il serait difficile de cacher tant elles sont grandes. Elle s'adjoindra une compagne en la personne de Geneviève, ravissante jeune fille aux yeux magnifiques. Une des originalité du film est de nous faire vivre la présence des vampires de façon onirique. En effet, à chaque apparition des créatures de la nuit, le réalisateur a recours à la technique du ralenti, ce qui donne une atmosphère suréaliste au film. On pourrait presque rapprocher ces séquences de certains films de Jean Rollin. Certes un peu répétitif, ce procédé me m'a absolument pas dérouté et je trouve vraiment qu'il apporte un petit plus pour l'ambiance du film.



Le film a été réalisé en 1971, et on retrouve donc quelques éléments érotiques dedans, la mode à cette époque étant d'augmenter la violence et l'érotisme dans les films. Même la Hammer a du se plier à ces nouvelles régles dans ses productions des années 70. Rien de bien méchant, on dévoile juste les seins des actrices de temps en temps. Niveau violence, le sang est bien présent, sans que ce soit un monument du gore non plus. Les attaques du loup-garou sont assez sanglantes, et les morsures de la Comtesse provoquent de belle coulée de liquide bien rouge. On assistera même à une belle décapitation à coups de hache !

On pourra noter quelques détails un peu saugrenus, comme cette apparition d'une sorte de mort-vivant habillé comme un templier dans des ruines et dont on ne saura absolument rien. Pourquoi est-il là ? Mystère total ! Il en va de même pour le personnage de la soeur attardé de Waldemar, qui ne sert pas à grand chose dans le film.

Une excellente séquence par contre nous montre la vie de la Comtesse, rappellant la célèbre Comtesse Bathory, se livrant à des messes noires, récoltant le sang des vierges dans un calice en forme de corne pour le boire afin de garder sa beauté.

L'amour n'est pas absent du film, puisque notre héros lycanthropien va tomber amoureux d'Elvira, qui le lui rendra bien. Une jolie histoire qui n'a rien de mièvre et qui passe très bien à l'écran. Pour protéger sa dulcinée, Waldemar ira même jusqu'à s'enchaîner les soirs de pleine lune afin de ne pas commettre de meurtre. Ah l'amour...



"La Furie des Vampires" est donc une bonne entrée en matière pour qui ne connait pas le cinéma fantastique espagnol. Il est évidemment très différent des films d'horreurs actuels mais malgré quelques petites faiblesses, il réjouira et contentera le fan avide de découverte et voulant élargir sa connaissance du genre.








Du même réalisateur :