RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5
(22 votes)
Enfin au grand complet, après le retour définitif de l'Oncle Fétide, la famille Addams accueille un nouveau membre dans la famille, un troisième enfant : Puberté. Mais Pugsley et Mercredi ne l'entendent pas de cette oreille, et tente de le supprimer. Pendant ce temps, Fétide tombe amoureux de la nouvelle gouvernante, aussi timbrée que la famille. Mais ses intentions sont t-elles vraiment claires ?



Difficile de résister à l'envie de tourner une suite à "La famille Addams" tellement son accueil fut chaleureux. Du coup, Barry Sonnenfeld revient derrière la caméra, en compagnie de la même clique. Cependant deux changements : Caroline Thompson et Larry Wilson ne figurent plus au scénario et laissent la place à un certain Paul Rudnick, quand à l'actrice Judith Malina incarnant la grand-mère dans le premier film, elle est remplacée par Carol Baker, beaucoup plus jeune mais bien grimée pour faire plus que son âge réel (41 ans à l'époque). Mettant moins l'accent sur le coté fantastique contrairement au premier, cette suite réussit tout de même la gageur de faire encore mieux que le premier volet.



Tout comme dans le premier film, le scénario s'attache plus ou moins au sort de Fétide, mais pas seulement fort heureusement. En fait, les problèmes commencent lorsque Morticia Addams accouche de son troisième bambin un bébé a moustache ressemblant fortement à son père et nommé Puberté !! Essayant tant bien que mal de l'éradiquer de milles manières, les enfants Addams finissent par se faire gronder par leurs parents, et doivent être surveillés à présent par une gouvernante. Après un défilé hilarant (gouvernantes écolos, strictes, débiles tout y passe !!), le choix se porte sur la curieuse Debby qui ne semble pas effrayer par la famille et de leur manoir. Etonnant donc, et Fétide va en tomber forcement amoureux. Mais Debby n'est pas aussi innocente qu'on peut le croire, et se relève être une "veuve noire" se mariant avec des hommes riches pour ensuite les tuer. Et sa cible première est bien sur le farfelu Fétide qui ne se doute de rien. L'horrible garce en profite pour envoyer les enfants dans un camp pour gamins de riches, et qui va réserver bien des surprises au spectateur !!




Debby est dont la grande surprise de ce volet, simple gouvernante au début mais tueuse dégénérée quand l'occasion se présente. Elle est incarnée avec brio par la pétillante Joan Cusack, mi blondasse timorée, mi garce aux méthodes plus qu'expéditives. Les Addams sont toujours en forme bien sur, quoique ici plus "humains" et encore plus attachants. C'est d'ailleurs la très mignonne Mercredi qui reste le personnage le plus intéressant de cet épisode, découvrant l'amour en la personne d'un gamin allergique un peu à tout ce qui peut exister sur terre et terrifié par Michael Jackson ( remarquez on le comprend !). Lurch, Pugsley et la grand-mère reste toujours en arrière plan, ce qui est encore un peu dommage. Les époux Addams sont également moins présents à l'écran mais bénéficient toujours d'un excellent traitement, surtout quand ils s'adonnent à un tango survolté et surréaliste. La encore, on ne saura pas plus sur les secrets du manoir, même si on aura droit cette fois, à un mariage lugubre rappelant davantage un enterrement. On retrouve par ailleurs Margaret, la vendeuse peureuse et terrifiée du premier film, cette fois devenue une Addams puisque s'étant mariée avec le cousin Machin, et lui a même donnée un enfant ! Je vous laisse la surprise de le découvrir. Mais pourquoi cette suite serait-elle meilleure que le premier ? Car tout simplement l'humour macabre et survolté trouve ici un second souffle hallucinant, permettant ainsi des gags dignes des meilleurs épisodes des "Simpsons", et ça fait donc rudement plaisir. Là encore, les dialogues savoureux sont toujours omniprésent comme le fameux "- Il a les yeux de son grand père ! – Reprends lui Maman veux-tu ?" ou encore "- Hurlez si vous avez besoin de quelque chose".



Mais ce qui fait avant tout le bonheur de visionner cette suite, reste les multiples passages se déroulant au Camp Chippewa, camp pour gamins américains issus de familles riches ou de middle class, et ou est envoyé Pugsley et Mercredi. Les animateurs y sont d'ailleurs insupportables de niaiserie, envoyant paître les gamins "à part", et "torturant" les enfants Addams en les envoyant dans un cabane ou est diffusé en boucle des classiques Disney et des comédies musicales insipides, l'horreur quoi ! Mercredi se fera une rivale en la personne de la prétentieuse Amanda, petite blondinette décervelée déjà présente pendant un cours moment dans le premier opus, devenant très vite la chouchoute du camp. Bien entendu, Mercredi préfère lui faire la tronche ou la laisser se noyer lors d'un exercice de secourisme. Et le délire atteint son paroxysme lorsque les enfants du camp, obligés de danser déguisés en légumes et dindons, se révoltent bien comme il faut contre les spectateurs et les "gentils" gamins du camp, Tout simplement jouissif ! On notera également un rebondissement final bien frappé rendant hommage à une scène légendaire de "Carrie au bal du diable". Encore plus rythmé et décoiffant que le premier opus, voila un spectacle dès plus savoureux, se jouant de la morale américaine (le mariage et la fête de Thanksgiving en prennent plein la gueule) et du coup fait encore mieux que son prédécesseur.






Dans le meme genre :

FAMILLE ADDAMS - LA